DE | FR

10 000 personnes ont défilé à Berne dont des politiciennes ukrainiennes

Image: sda
Près de 10 000 personnes ont à nouveau manifesté samedi à Berne pour la paix en Ukraine. Qu'importe leur bord politique, c'est dans l'union que les gens ont marché et revendiqué.
02.04.2022, 17:2803.04.2022, 09:32

Le temps hivernal n'a pas empêché les manifestants de se rassembler et de marcher de la Schützenmatte à la Place fédérale en passant par la vieille ville de Berne. Près de 10 000 personnes, selon les organisateurs, ont manifesté, samedi, à Berne pour la paix en Ukraine. Elles ont exigé un cessez-le-feu et le retrait des troupes russes ainsi qu'une enquête internationale sur les crimes de guerre et les violations des droits humains.

Dans la manifestation, on a pu voir les politiciennes ukrainiennes Olena Khomenko et Maria Mezentseva et Artem Rybchenko, ambassadeur ukrainien en Suisse (de gauche à droite ici 👇).

Image: sda

Appel à protéger les femmes

Les participants à la manifestation ont demandé un soutien humanitaire pour les réfugiés ainsi qu'un accueil généreux et non discriminatoire des réfugiés en Suisse, peut-on lire dans un communiqué des organisateurs. La situation des femmes a été particulièrement soulignée, car la guerre et les déplacements qui en découlent augmentent le risque de violences sexuelles.

Des sanctions sévères contre le régime de Poutine ont également été demandées, ainsi qu'une réduction rapide de la dépendance au pétrole et au gaz russes. En politique étrangère, les manifestants ont plaidé pour des interventions humanitaires et une politique de paix active dans le cadre de l'OSCE et de la Charte des Nations Unies.

Appel à lever le siège de Marioupol

Alexandra Karle, directrice d’Amnesty International Suisse, a plaidé pour un accueil généreux et facilité des personnes déplacées en Suisse. Elle a critiqué les agissements guerriers russes:

«La Russie attaque de manière ciblée des installations civiles et transforme les voies de fuite en pièges mortels. Le siège de Marioupol rappelle douloureusement celui d’Alep, en Syrie.»
Image: sda

«La population doit se tapir dans les sous-sols sans électricité, sans eau, sans nourriture ni soins médicaux. Des bombes sont déversées au hasard et frappent les hôpitaux, les quartiers résidentiels, les écoles», a-t-elle poursuivi.

Mobilisation des Eglises

Rita Famos, présidente de l’Eglise évangélique-réformée, s’exprimant au nom du Conseil suisse des religions, a lancé avec insistance un appel à la paix: «tous les êtres humains désirent la paix. La paix dans le monde est un objectif qui réunit toutes les religions. Mais la paix ne tombe pas du ciel. Elle doit être obtenue, préservée et défendue chaque jour, par toutes et tous».

Image: sda

Les prises de parole se sont terminées par une minute de silence à la mémoire des victimes de la guerre.

L'éventail des partis qui ont appelé à la manifestation allait de la gauche à la droite. Les syndicats, de nombreuses organisations de la société civile et des communautés religieuses ont également invité à se joindre à la rencontre. (jah/ats)

Les kangourous d'un zoo de Kharkiv en Ukraine ont été sauvés

Plus d'articles sur les armes employées en Ukraine

Le char high-tech de Poutine a été détruit en Ukraine

Link zum Artikel

Les tanks T-72 de Poutine ont un point faible et l'Ukraine le sait

Link zum Artikel

Ce que l'on sait du missile Kinjal, nouvelle super-arme de Poutine

Link zum Artikel

Zelensky voulait des armes modernes et offensives, voici ce qu'il a obtenu

Link zum Artikel

Pourquoi le super char T-14 Armata de Poutine ne roule que lors des défilés

Link zum Artikel

Le «Pinocchio» de Poutine: Voilà pourquoi cette arme répand la peur et la terreur

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Variole du singe: le virus qui a tout pour faire peur
La guerre en Ukraine s'enlise, le Covid joue les petits bras et les vacances d'été tardent à pointer leurs coups de soleil. Le terreau est donc fertile pour s'enflammer autour d'un virus qui, pour l'heure, ne fait pas vraiment paniquer le monde scientifique. Sexe, horreur, paranoïa, voici les trois ingrédients qui font monter l'angoisse aussi vite qu'une mayonnaise.

Le 7 mai 2022, le monde (re)découvre la variole du singe par l'intermédiaire d'un anglicisme moins effrayant que la version française: monkeypox. Et pour cause, c'est en Angleterre qu'un homme, de retour d'un voyage au Nigeria, est parachuté au cœur d'une nouvelle inquiétude planétaire. Depuis, une centaine de cas ont été détectés en Occident. Confirmés ou suspectés. La Suisse n'échappe d'ailleurs pas aux annonces solennelles des autorités sanitaires, qui se succèdent.

L’article