DE | FR
Il fait plus froid dehors, les gens sont plus à l'intérieur, le nombre d'infections augmente donc en automne. Mais cette vague est différente de celle de l'année dernière.
Il fait plus froid dehors, les gens sont plus à l'intérieur, le nombre d'infections augmente donc en automne. Mais cette vague est différente de celle de l'année dernière.image: shutterstock

Les vagues Covid des automnes 2020 et 2021 se ressemblent-elles?

Comme l'automne dernier, le nombre de cas augmente à nouveau en Suisse depuis les vacances d'automne. Mais la comparaison avec la vague de l'automne dernier nous montre une chose: la vaccination protège.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
18.11.2021, 11:5518.11.2021, 12:53
Lea Senn
Lea Senn
Lea Senn
Suivez-moi

La vague automnale de l'année dernière a dépassé tout ce que nous avions vu jusqu'alors durant la pandémie en Suisse: les jours de pic, plus de 300 personnes ont dû être hospitalisées à cause du Covid-19. On avait alors mis la faute sur les mesures laxistes et les personnes revenant de vacances d'automne.

Un an plus tard, deux tiers de la population suisse sont vaccinés et le nombre de cas augmente à nouveau, on parle donc une nouvelle fois de «vague d'automne».

Pour comparer les deux, nous superposons les courbes à partir du jour où le nombre de cas a commencé à augmenter à nouveau. L'année dernière, c’était le 26 septembre 2020, cette année, le 12 octobre 2021.

👉 Coronavirus: les dernières infos dans notre live

Le graphique suivant le montre: le nombre de cas augmente à nouveau clairement – même si la pente est moins raide qu'au début de la vague d'automne de l'année dernière. Avec plus de 3500 cas par jour, nous sommes à nouveau nettement au-dessus du niveau de la vague printanière de cette année.

Si l'on compare les chiffres des hôpitaux sur la même période, on constate, toutefois, que les hospitalisations n'augmentent que légèrement jusqu'à présent et qu'elles se situent toujours nettement en dessous du niveau de la vague d'automne de l'année dernière.

La comparaison des courbes des décès journaliers présente une image similaire. En effet, au cours des dix derniers jours, la moyenne des décès journaliers est passée à environ sept, alors qu'à la même période de la vague de l'année dernière, elle était de 29 décès par jour.

Il est, toutefois, encore très tôt pour faire des pronostics. Pour rappel, à l'automne dernier, l'augmentation du nombre de décès n'a commencé que trois semaines environ après l'augmentation du nombre de cas.

Répartition régionale

Il y a environ un mois, le nombre de cas a recommencé à augmenter en Suisse. Si l'on compare avec la situation de l'année dernière, également un mois après la recrudescence des cas, la situation était la suivante: le Valais et la Suisse romande enregistraient les taux d'incidence les plus élevés, avec près de 200 cas positifs pour 100 000 habitants. Aujourd'hui, un peu plus d'un an plus tard, ce sont les cantons de Suisse centrale qui enregistrent le plus grand nombre de cas.

Nombre de cas par 100 000 habitants par canton lors des deux vagues d'automne

Nombre de cas 30 jours après le début de la vague d'automne (25.10.2020 et 10.11.2021).
Nombre de cas 30 jours après le début de la vague d'automne (25.10.2020 et 10.11.2021).image: watson, données: ofsp

Le constat est le même pour les hospitalisations. Là aussi, les cantons d'Obwald, de Schwyz et d'Appenzell Rhodes-Intérieures affichent les incidences les plus élevées. Ils font partie des cantons ayant les taux de vaccination les plus bas du pays.

Hospitalisations par 100 000 habitants par canton lors des deux vagues d'automne

Nombre d'hospitalisations 30 jours après le début de la vague d'automne (25.10.2020 et 10.11.2021).
Nombre d'hospitalisations 30 jours après le début de la vague d'automne (25.10.2020 et 10.11.2021).image: watson, données: ofsp

Pour finir, quelques chiffres sur le statut vaccinal

Il y a un an, sur un groupe d'un million d'habitants – qui étaient bien sûr non vaccinés à l'époque – 24 personnes devaient être hospitalisées chaque jour.

Un an plus tard, le risque d'hospitalisation diffère nettement selon le statut vaccinal: ceux qui ont décidé de ne pas se faire vacciner ont certes aussi un risque d'hospitalisation plus faible grâce à une meilleure situation épidémiologique en Suisse, mais ce risque reste environ sept fois plus élevé que pour les personnes vaccinées.

Traduit de l'allemand par Anne Castella

Manifestation autorisée contre les mesures Covid à Berne

1 / 13
Manifestation autorisée contre les mesures Covid à Berne
source: sda / peter schneider
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'analyses en lien avec le Covid

La tension monte autour de la vaccination. La paix sociale est-elle en péril?

Link zum Artikel

Quand est-ce que le Conseil fédéral rendra son pouvoir?

Link zum Artikel

Accentué par la crise, un élan libertaire parcourt la Suisse

Link zum Artikel

Les scientifiques rêvent-ils de prendre le pouvoir?

Link zum Artikel
Bannir la pub pour le tabac: réglementer aussi le sucre et la viande?
Tabac, sel, sucre... Avenir Suisse publie ce matin une étude remettant en question l'intervention des Etats contre les produits «malsains». Qu'en penser alors que la Suisse s'apprête à voter sur l'interdiction des publicités pour le tabac visibles par les enfants? Interviews croisées.

«Le tabac, c'est tabou, on en viendra tous à bout.» Dans Le Pari, en 1997, les Inconnus ne croyaient pas si bien dire. La fumée est de plus en plus malvenue dans la société. D'ailleurs, on fume de moins en moins dans les pays industrialisés – sauf en Suisse, où le quota de fumeurs ne baisse plus depuis dix ans. Le 13 février, la population suisse votera sur l'interdiction des publicités pour le tabac visibles par les enfants.

L’article