ciel couvert
DE | FR
Suisse
Climat

Fribourg vote la première loi cantonale pour le climat de Suisse

Fribourg veut s'imposer une loi climat, mais pourquoi?

La ville de Fribourg.
La ville de Fribourg.
Le canton de Fribourg se lance un défi novateur: il met en consultation la toute première loi cantonale sur le climat de Suisse. Si ça passe, les enjeux climatiques devront obligatoirement être pris en compte dans les décisions de l'Etat.
08.09.2021, 17:0908.09.2021, 17:29

Fribourg poursuit «sa politique climatique ambitieuse». Ce sont les mots de Jean-François Steiert, le président du Conseil d'Etat fribourgeois, accompagné de ses collègues Didier Castella (agriculture) et Olivier Curty (économie).

En juin, l'exécutif cantonal a adopté son Plan climat cantonal (PCC). Cela tombe plutôt bien: le dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental (Giec) a donné un nouveau signal d'alarme, remarque le président du gouvernement. «Nous commençons à réaliser des choses avant d'avoir bouclé tous les débats de principe», a expliqué Jean-François Steiert, histoire de donner une assise à long terme.

C'est quoi cette LClim?

L’avant-projet de loi sur le climat, la LClim, doit permettre d'encadrer et de renforcer la politique climatique de Fribourg. Pour la première fois dans le canton, une base légale donne une légitimité juridique à la protection du climat.

Le texte fixe clairement les objectifs cantonaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’adaptation aux changements climatiques. Certains éléments de la stratégie climatique fribourgeoise seront désormais contraignants.

En juin 2020, le Grand Conseil avait voté une motion «Base légale pour le climat et l’environnement», votée par le Grand Conseil en juin 2020. La LTrans permettra sa mise en oeuvre concrète.

La LClim agit comme un instrument de coordination pour assurer l’efficacité du plan climat cantonal et de l’ensemble de la stratégie climatique du canton. Ses maîtres-mots, selon Jean-François Steiert: renaturation et biodiversité.

Quels sont les objectifs?

  • Réduire les émissions de gaz à effet de serre de moitié d’ici à 2030.
  • Atteindre zéro émission nette d’ici à 2050, selon l'objectif général à l'échelle nationale.
  • Accroître la résilience du territoire face aux changements climatiques.

Désormais, la mise en place du plan climat cantonal devient l'une des missions permanentes du Conseil d'Etat fribourgeois. Les enjeux climatiques devront constamment être pris en compte dans les décisions, les tâches et les activités du gouvernement.

Le texte précise aussi les soutiens financiers et la collaboration entre Etat, communes, entreprises et citoyens.

«Tout le monde doit agir à son échelle, des petits pas pour parvenir à des pas de géants in fine»
Didier Castella

Et concrètement, qui va mettre ça en place?

Le texte ne s'arrête pas aux frontières du canton de Fribourg. Au-delà, il veut contribuer à l’effort international et national pour rendre les flux financiers compatibles avec les objectifs climatiques. La participation de tous les acteurs de la société est indispensable et encouragée. «Des soutiens financiers seront proposés aux plus actifs», a détaillé Olivier Curty.

À plus petite échelle, les communes sont directement concernées par les effets des changements climatiques, tant le territoire que la population. «Il est indispensable qu'elles s’engagent à côté de l’Etat», a insisté Didier Castella. L'exécutif soumettra également périodiquement au Grand Conseil un crédit d'engagement pour financer des mesures.

Quelles sont les prochaines étapes?

Le sujet sera discuté vendredi par le législatif cantonal. Les députés sont appelés à voter ou non un crédit de 21 millions de francs pour mettre en œuvre ce plan climat entre 2022 et 2026.

La consultation de l’avant-projet de loi sur le climat dure jusqu'au 10 décembre. (sda/ats/mb)

Dormir dans un vieux bunker nazi? C'est possible sur Airbnb

1 / 13
Dormir dans un vieux bunker nazi? C'est possible sur Airbnb
source: airbnb
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi les armées occidentales (dont la Suisse) ont un problème de taille
Les armées occidentales sont des monuments de haute technologie. Mais elles manquent d'hommes et de matériels. Autrement dit, de masse. Côté suisse, la situation est critique, constate l'expert militaire Alexandre Vautravers.

Vous avez sûrement entendu ce mot qui revient en boucle sur les chaînes d’infos à propos de la guerre en Ukraine. Les généraux invités comme experts militaires l’ont en permanence à la bouche. Ce mot, c’est «masse». Il évoque quelque chose de lourd, de volumineux, de puissant. Bref, de massif. Enseignement du conflit russo-ukrainien pour les armées occidentales: la plupart d'entre elles manquent de masse. Elles se rendent compte qu’elles seraient à la peine si, comme les Ukrainiens, elles devaient faire la guerre pendant de longs mois.

L’article