DE | FR

Fribourg veut s'imposer une loi climat, mais pourquoi?

Bild

La ville de Fribourg.

Le canton de Fribourg se lance un défi novateur: il met en consultation la toute première loi cantonale sur le climat de Suisse. Si ça passe, les enjeux climatiques devront obligatoirement être pris en compte dans les décisions de l'Etat.



Fribourg poursuit «sa politique climatique ambitieuse». Ce sont les mots de Jean-François Steiert, le président du Conseil d'Etat fribourgeois, accompagné de ses collègues Didier Castella (agriculture) et Olivier Curty (économie).

En juin, l'exécutif cantonal a adopté son Plan climat cantonal (PCC). Cela tombe plutôt bien: le dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental (Giec) a donné un nouveau signal d'alarme, remarque le président du gouvernement. «Nous commençons à réaliser des choses avant d'avoir bouclé tous les débats de principe», a expliqué Jean-François Steiert, histoire de donner une assise à long terme.

C'est quoi cette LClim?

L’avant-projet de loi sur le climat, la LClim, doit permettre d'encadrer et de renforcer la politique climatique de Fribourg. Pour la première fois dans le canton, une base légale donne une légitimité juridique à la protection du climat.

Le texte fixe clairement les objectifs cantonaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’adaptation aux changements climatiques. Certains éléments de la stratégie climatique fribourgeoise seront désormais contraignants.

En juin 2020, le Grand Conseil avait voté une motion «Base légale pour le climat et l’environnement», votée par le Grand Conseil en juin 2020. La LTrans permettra sa mise en oeuvre concrète.

La LClim agit comme un instrument de coordination pour assurer l’efficacité du plan climat cantonal et de l’ensemble de la stratégie climatique du canton. Ses maîtres-mots, selon Jean-François Steiert: renaturation et biodiversité.

Quels sont les objectifs?

Désormais, la mise en place du plan climat cantonal devient l'une des missions permanentes du Conseil d'Etat fribourgeois. Les enjeux climatiques devront constamment être pris en compte dans les décisions, les tâches et les activités du gouvernement.

Le texte précise aussi les soutiens financiers et la collaboration entre Etat, communes, entreprises et citoyens.

«Tout le monde doit agir à son échelle, des petits pas pour parvenir à des pas de géants in fine»

Didier Castella

Et concrètement, qui va mettre ça en place?

Le texte ne s'arrête pas aux frontières du canton de Fribourg. Au-delà, il veut contribuer à l’effort international et national pour rendre les flux financiers compatibles avec les objectifs climatiques. La participation de tous les acteurs de la société est indispensable et encouragée. «Des soutiens financiers seront proposés aux plus actifs», a détaillé Olivier Curty.

À plus petite échelle, les communes sont directement concernées par les effets des changements climatiques, tant le territoire que la population. «Il est indispensable qu'elles s’engagent à côté de l’Etat», a insisté Didier Castella. L'exécutif soumettra également périodiquement au Grand Conseil un crédit d'engagement pour financer des mesures.

Quelles sont les prochaines étapes?

Le sujet sera discuté vendredi par le législatif cantonal. Les députés sont appelés à voter ou non un crédit de 21 millions de francs pour mettre en œuvre ce plan climat entre 2022 et 2026.

La consultation de l’avant-projet de loi sur le climat dure jusqu'au 10 décembre. (sda/ats/mb)

On ne sait pas si c'est eco-friendly, mais si ça vous tente, vous pouvez dormir dans un vieux bunker nazi!

1 / 13
Dormir dans un vieux bunker nazi? C'est possible sur Airbnb
source: airbnb
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles Actu

La Suisse n'éduque pas correctement les enfants issus de l'asile

Link zum Artikel

La 5G vient à peine d'arriver et la 6G est déjà en route

Link zum Artikel

«Les catastrophes de cet été sont clairement liées au réchauffement»

Link zum Artikel

Oubliez Spotify, TikTok lance sa propre plateforme de musiques virales

Link zum Artikel

Les Etats traînent les pieds pour dire ce qu'ils vont faire pour le climat

Seuls 110 pays sur 200 ont déposé leur plan national d'action pour le climat qu'ils auraient dû rendre en 2020. Patricia Espinosa, responsable au sein de l'Organisation des Nations unies (ONU), appelle à davantage d'ambition.

Apparemment, les Etats ne sont pas pressés de régler le problème climatique. En vertu de l'Accord de Paris de 2015 qui vise à maintenir le réchauffement «bien en deçà» de +2°C, si possible +1.5°C par rapport à l'ère pré-industrielle, chacun des quelque 200 signataires devait déposer avant fin 2020 une version révisée de ses engagements en matière de lutte contre les dérèglements climatiques, appelés «contribution déterminée au niveau national» (NDC).

En raison de la pandémie de Covid-19 et du …

Lire l’article
Link zum Artikel