Suisse
Commentaire

Armes suisses pour l'Ukraine: le sondage qui gifle les «pacifistes»

Un enfant prend dans ses mains une arme atichar panzerfaust lors des celebrations des 50 ans de la place d'armes de l'armee suisse ce samedi 16 juin 2018 a Bure dans le Jua. (KEYSTONE/Jean-C ...
Démonstration d'arme antichar à la caserne de Bure. le 16 juin 2018.Image: KEYSTONE
Commentaire

Armes suisses à l'Ukraine: le sondage qui gifle les «pacifistes»

Un sondage dimanche de la Neue Zürcher Zeitung montre qu'à l'exception de l'UDC, les électorats de tous les partis, Verts compris, sont pour la réexportation de matériels militaires suisses en Ukraine. Les enseignements pour l'avenir proche.
05.02.2023, 19:3207.02.2023, 06:33
Plus de «Suisse»

La Suisse est divisée. Nettement. Elle l’est d’une manière originale, à défaut d’être totalement inattendue, vu la nature du débat: la réexportation d’armes suisses vers l’Ukraine par des pays tiers.

Un sondage commandé par la Neue Zürcher Zeitung à l’institut Sotomo montre une UDC splendidement seule face au reste des partis politiques, y compris les Verts. Et l’on n’est pas dans de la demi-mesure, même si, chez les personnes favorables à la réexportation, la part des «plutôt pour» permet d’obtenir de solides majorités absolues, le «pour» proprement dit n’étant absolument majoritaire que chez les Vert’libéraux (58%). Globalement, le sondage fait apparaître 55% de «oui» à la réexpédition de matériels militaires suisses vers l'Ukraine – un résultat qui correspond à ce qu’il ressort du questionnaire soumis le 1er février par watson à ses lecteurs.

👉 Suivez notre direct sur la guerre en Ukraine 👈

L'UDC, «grand parti patriotique»

Pour l’UDC, dont un diplomate occidental issu d’un pays neutre nous disait récemment qu’elle incarne «une vision salafiste de la neutralité», cet isolement, sur une question charriant des aspects identitaires, est une bénédiction en vue des élections fédérales d’octobre. La formation conservatrice pourra se présenter comme le «grand parti patriotique», comme l’unique et véritable garant de la neutralité, et escompter ainsi récolter des voix au-delà de son électorat, si l’on peut dire attitré.

Cinglant désaveu pour la direction des Verts

L’autre grand enseignement de ce sondage, c’est le «oui» massif de l’électorat Vert à la réexportation d'armes: 45% de «oui», 69% en adjoignant les «plutôt pour». Pour les délégués du parti, réunis en assemblée samedi 28 janvier à Genève, le désaveu est cinglant. Ils avaient, à une écrasante majorité, dit «non» à la réexportation de matériels militaires vers l’Ukraine, au nom de la fidélité au «pacifisme».

Mais l’humeur, ce jour-là à Genève, sur cette question, aurait dû nous mettre la puce à l’oreille: de tous les objets soumis à la délibération lors de l'assemblée écologiste, celui sur la réexportation fut le plus long et le plus disputé. Les Bernoises Regula Rytz et Natalie Imboden, qui pouvaient se penser minoritaires au vu des décisions du 28 janvier, savent aujourd’hui, certes, sur la foi d’un sondage, qu’elles sont majoritaires au regard de la base électorale, elle-même à l'unisson des verts allemands et français sur la question ukrainienne. On peut aussi se demander si, lors de cette assemblée des délégués, tous se sont sentis totalement libres de leur vote.

Ce petit «oui» qui cache des choses

Bémol chez les sondés favorables à la réexportation: la plus petite proportion de «pour», sans compter les «plutôt pour», se trouve chez les libéraux-radicaux (32%), et non comme on aurait pu s'y attendre chez les pacifistes historiques que sont les socialistes et les Verts. Pointe peut-être là une inquiétude de type identitaire, ou la crainte que l’UDC ne retire un important profit électoral de son orthodoxie en matière de neutralité, au détriment du PLR, l'autre grand parti de droite.

Il faudra d’autres sondages pour connaître dans le détail les raisons pour lesquelles ces électorats, à l’exception de l’UDC (74% contre!), se disent globalement en faveur d’une aide militaire suisse à l’Ukraine. Faire preuve de solidarité avec un pays agressé par un dictateur, comme jamais sur le sol européen depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, est certainement une explication. Et puis, il y a sans doute le sentiment qu’on ne peut décemment pas se situer du mauvais côté de l’Histoire. La neutralité est pour le moins mise entre parenthèses.

Le sondage en %: pour ou contre la réexportation d'armes suisses vers l'Ukraine par des pays tiers
Les Verts: pour: 45, plutôt pour: 24, ne savent pas: 4, plutôt non: 8, non: 19.
Parti socialiste: pour: 44, plutôt pour: 26, ne savent pas: 10, plutôt contre: 7, contre: 19.
Vert'libéraux: pour: 58, plutôt pour: 18, ne savent pas: 6, plutôt contre: 8, contre: 10.
Le Centre (ex-PDC): pour: 48, plutôt pour: 22, ne savent pas: 6, plutôt contre: 11, contre: 13.
Libéraux-radicaux: pour: 32, plutôt pour: 38, ne savent pas: 1, contre: 21.
Union démocratique du centre: pour: 18, plutôt pour: 6, ne savent pas: 2, plutôt contre: 7, contre: 67.
Marge d'erreur: 3,5 points.

Copin comme cochon: les cyberattaques
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
9 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
9
Les cantons romands sont pauvres, sauf Genève
Les paiements compensatoires aux cantons pauvres augmenteront de 4,8% à 6,2 milliards en 2024. Tous les cantons romands, sauf Genève, bénéficieront de la péréquation financière.

Les paiements compensatoires aux cantons dits pauvres vont encore augmenter l'an prochain, de 4,8% à 6,2 milliards de francs. Tous les cantons romands sauf Genève figurent parmi les 18 bénéficiaires de la péréquation financière.

L’article