DE | FR
Image: watson
Commentaire

Calmez-vous, ce 16 février n'a rien d'un jour historique

Alain Berset a mis fin au suspens. Toutes les mesures Covid sont levées en Suisse, sauf le masque dans les transports publics et les hôpitaux. Pourtant, ce 16 février n'a rien d'historique. Trois arguments pour vous le prouver.
16.02.2022, 17:2617.02.2022, 08:26
Suivez-moi

Ce 16 février restera-t-il dans l'Histoire? Absolument pas. Ou alors en tout petit, dans le coin d'une page, comme une péripétie de plus de cette longue crise Covid. Bien sûr, les annonces du Conseil fédéral du jour sont plus que réjouissantes: la plupart des restrictions vont disparaître de notre quotidien.

C'est super, mais cela ne suffit pas à faire de ce 16 février un jour historique. Un jour dont on se rappellera dans 20, 50 ou 100 ans, un jour qui deviendrait férié pour le commémorer.

Ce jour n'est tellement pas historique que ce mercredi matin, avant de venir proclamer la fin des restrictions en Suisse, nos sept Sages ont pris le temps de parler entre eux de politique spatiale, de F-35, de stratégie maritime et de pénurie des médicaments. Vous pensez vraiment que le 8 mai 1945, après avoir enregistré la capitulation de l'Allemagne nazie, les Alliés ont discuté le bout de gras avant de se pointer pour annoncer:

«Ah, au fait, la guerre est finie»

Ce jour n'est tellement pas historique que ce mercredi matin en séance, l'un de mes collègues était davantage intéressé par regarder l'équipe suisse de hockey prendre une taule face à la Finlande que par les futures décisions du Conseil fédéral.

Pas encore convaincus? Voici trois raisons pour lesquelles ce 16 février n'a rien d'historique:

La crise Covid est finie depuis longtemps

En réalité, pour la grande majorité d'entre nous, la pandémie est terminée depuis plusieurs mois. Depuis que, vaccinés ou guéris, nous avons obtenu notre certificat. Très égoïstement, le Covid n'est plus qu'un bruit de fond dans nos vies que nous sommes libres de mener comme bon nous semble grâce au précieux sésame. Alors, si vous voulez un jour historique à célébrer, regardez la date inscrite sur votre certificat.

Par ses annonces, le Conseil fédéral ne fait qu'officialiser la réalité de la plupart des Suisses: la véritable crise est derrière nous

Quand on y pense, le virus ne perturbe désormais que très peu notre quotidien. Restaurants, fitness, cinémas, tout nous est ouvert. Nous avons même repris l'habitude de faire la bise à nos proches.

Alors, certes, nous n'aurons plus besoin de montrer patte blanche pour entrer quelque part et nous voilà débarrassés de l'obligation de porter le masque à l'intérieur (sauf dans les transports en commun). C'est bien, mais est-ce suffisant pour graver ce 16 février dans le marbre?

Le Covid, ce n'est pas fini

Cela peut sembler contradictoire, mais si le temps des contraintes et des peurs semble derrière nous, le virus lui continue de circuler en Suisse et à l'étranger. Et en deux ans de pandémie, nous avons appris à être méfiants. Est-ce une trêve de plus ou est-ce réellement fini?

Ignazio Cassis et Alain Berset, le rappelaient eux-mêmes ce mercredi:

Ignazio Cassis

«Nous ne devons pas être trop enthousiastes»

Alain Berset

«La circulation du virus reste élevée, nous souhaitons protéger les personnes vulnérables»

Un nouveau variant préoccupant qui émerge à l'autre bout du monde, une immunité qui chute radicalement, nous sommes loin d'être à l'abri d'une énième surprise. A deux reprises, on s'est crus tirés d'affaire, avant de voir Delta et Omicron venir tout gâcher.

Alors, avant de faire le V de la victoire avec nos doigts, croisons-les en espérant que ce soit bel et bien fini.

Il n'y aura pas de jour de la libération

C'est sans doute la raison la plus simple pour laquelle ce 16 février ne peut pas être considéré comme un jour historique. Face au Covid, il n'y aura pas de jour de la libération. Pas de jour J à partir duquel le Covid, c'est fini.

Nous ne pouvons pas signer de traité de paix avec le virus

La preuve? La grippe espagnole a causé entre 50 et 100 millions de décès entre 1918 et 1921. Soit 10 à 20 fois plus que le Covid. Et pourtant, avez-vous la moindre idée de sa date de fin? Non? Moi non plus. Personne ne célèbre le jour historique où l'épidémie s'est terminée, tout simplement parce que personne ne sait précisément quand elle s'est arrêtée.

Dans le meilleur des cas, le virus va désormais devenir endémique, quelques personnes vont être malades chaque année, certaines vont mourir, mais pas suffisamment pour que cela paralyse nos hôpitaux et notre société. Dans le pire des cas... Ai-je vraiment besoin de vous réexpliquer le scénario du pire? Alors, profitons de ce moment et laissons les historiens du siècle prochain trancher. Se souviendront-ils seulement de la crise Covid?

Et vous, vous en pensez quoi?

Fin du certificat covid, vous en pensez quoi?

Plus d'articles sur la fin du Covid

Covid: Comment nos politiciens préparent la fin de la pandémie

Link zum Artikel

A 3 jours de lever les mesures Covid, quelle est la situation en Suisse?

Link zum Artikel

Sommes-nous prêts à vivre sans Covid dès jeudi? «Non, je ne pense pas»

Link zum Artikel

L'après-Covid sera terrible

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Des milliers de Pékinois en quarantaine forcée ++ L'île de Pâques réouvre ses frontières
L’article