DE | FR
Image: shutterstock / keystone
Commentaire

Des mesures... comme si personne n'avait envisagé la fin du Covid

Ce mercredi, le Conseil fédéral s'est extirpé des vacances de Noël sur la pointe des pieds, avec des mesures immédiates qui paraissent dérisoires et d’autres en consultation qui laissent penser que nous sommes au bout du calvaire.
12.01.2022, 16:5712.01.2022, 19:24
Suivez-moi

Les restaurants sont désormais remplis de vaccinés qui toussent et reniflent, les écoliers et les profs pataugent dans le virus, les malades s'agglutinent devant les centres pour quémander des tests (peu fiables) et les hôpitaux (entre autres) perdent tous les jours une bonne grappe d'employés positifs. Malgré la troisième dose, la vaccination des gamins et les mesures toujours en cours aujourd'hui contre le virus, Omicron semble s'être si confortablement installé dans nos vies que le gouvernement espagnol envisage déjà, par exemple, de traiter le Covid comme la grippe et que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a décidé de balancer une petite bombe pour fêter la nouvelle année à sa manière:

«Des vaccins contre le Covid-19 ayant un impact élevé en matière de transmission et de prévention de l’infection, en plus de prévenir les formes graves de la maladie et la mort, sont nécessaires et doivent être développés»

De son côté, ce mercredi, le Conseil fédéral (pour fêter son retour de vacances) a pris une décision à la fois capitale et totalement dérisoire: raccourcir la durée de l'isolement et de la quarantaine pour tenter d'endiguer (sans le dire vraiment) l'érosion du personnel dans tous les secteurs économiques du pays:

  • Malade? 5 jours d'isolement au lieu de 10.
  • Cas contact? 5 jours de quarantaine au lieu de 7.

C'est tout? C'est tout. En tout cas pour les décisions immédiates et valables dès jeudi. En revanche, le Conseil fédéral a mis de grandes options en consultation auprès des cantons. Parmi elles:

  • Supprimer toutes les règles de quarantaine;
  • Abandonner totalement les tests rapides;
  • Rallonger la durée des mesures actuelles (jusqu'à fin mars);
  • Réduire la validité du certificat Covid (à neuf mois).

Annoncer vouloir à la fois réduire et rallonger des mesures peut paraître totalement contradictoire. Au mieux, c'est la communication qui se dévoile un peu brouillonne.

Pagaille généralisée

Mais ce sont des options qui, si on veut rester optimiste, nous poussent à penser que le Conseil fédéral entrevoit pour la première fois le bout du tunnel, mais sans prendre trop de risques non plus.

En ce début d'année 2022, le monde se surprend surtout à avoir les fesses mal calées entre deux stratégies pas forcément incompatibles: faut-il un nouveau vaccin plus efficace (valable quand? Pour qui? Et comment?) comme le réclame l'OMS ou se laisser envahir par Omicron et croiser les doigts pour que ce énième uppercut viral soit le dernier?

Tout ça à la fois, mon général. Car cette drôle de pagaille généralisée semble surtout nous dire une chose plutôt inédite depuis le début de la crise sanitaire: les armes qui ont pourtant fait leurs preuves pour bomber le torse face au Covid-19 s'essoufflent aujourd'hui peu à peu. Jusqu’au certificat Covid lui-même.

«Oui, on est peut-être à la veille d'un tournant important»
Alain Berset

Oui, mais sans y croire vraiment. Comme si, juste avant le prochain et probable dernier pic pandémique (que les spécialistes nous annoncent pour février), personne n'avait encore réellement eu le courage d'envisager sérieusement la fin, réelle et concrète, de la pandémie. Et de commencer à mettre en place une stratégie pour l'accompagner dans les meilleures conditions.

Et si c'était simplement ça, la vraie prochaine étape pour le Conseil fédéral?

Il traîne des piétons en voiture et ça le fait rire

Pour ceux qui ont le virus du Covid

Report des opérations: «Il était déjà anesthésié quand nous avons annulé»

Link zum Artikel

Les masques FFP2 protègent 70 fois plus, faut-il se ruer dessus?

Link zum Artikel

Amis de la Constitution décapités: quel avenir pour les anti-mesures Covid?

Link zum Artikel

Nécessaire ou inutile? La quarantaine de 5 jours fait débat en Suisse

Link zum Artikel
Ueli Maurer: «Sur le Covid, les médias participent à répandre la peur»
Le conseiller fédéral Ueli Maurer est en désaccord avec la politique du Covid-19 et aussi avec l'achat de l'avion de combat américain F-35. Mais le ministre des finances s'inquiète surtout de la compétitivité de la place économique suisse. Il se bat pour la suppression du droit de timbre.

Malgré un nombre record de contaminations, le Conseil fédéral renonce à prendre des mesures supplémentaires. Le gouvernement a-t-il adopté la ligne d'Ueli Maurer en appliquant le moins de restrictions possible?
Ueli Maurer
: La situation a changé. Omicron ne provoque que très peu d'évolutions graves de la maladie. C'est pourquoi on peut progressivement retourner à la «normale».

L’article