DE | FR
Bild

Anne Lévy s'inquiète des gens vulnérables qui ne sont pas vaccinées

La cheffe de l'OFSP surprise par la forte et rapide hausse des cas de Covid

Les chiffres de vendredi (les plus actuels) indiquent un quasi doublement du nombre des infections au Covid en une semaine, ce qui inquiète Anne Lévy.



La directrice de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) Anne Lévy s'inquiète de la recrudescence des cas de Covid-19 en Suisse:

«Nous savions qu'ils monteraient après les réouvertures. Mais nous ne nous attendions pas à ce qu'ils augmentent autant et si vite.»

La pandémie n'est pas encore terminée et la situation est difficile à évaluer, déclare Anne Lévy dans un entretien diffusé dimanche par la NZZ am Sonntag.

De quelle hausse des cas parle-t-on?

Vendredi, l'OFSP a enregistré 619 nouvelles infections au coronavirus en Suisse et au Liechtenstein en 24 heures. Une semaine plus tôt, il y en avait 323, pour tous les chiffres c'est par ici 👇.

De nouveaux chiffres seront diffusés dès lundi 13h30. Ils permettront de mesurer si la tendance à la hausse s'est poursuivie sur le week-end.

Pourquoi cette hausse des cas et qui cela concerne?

Elle impute le rebond des contaminations au fait que les Suisses se montrent moins prudents après avoir été vaccinés et depuis qu'il n'y a pratiquement plus de mesures de restrictions.

Ce sont avant tout les jeunes qui sont contaminés actuellement, remarque Anne Lévy. La situation deviendrait dangereuse, ajoute-t-elle, si le virus se propageait aux générations plus âgées non vaccinées, ce qui, par conséquent, ferait augmenter à nouveau fortement les hospitalisations.

Sa crainte? Les gens vulnérables non vaccinés

Anne Lévy s'alarme des nombreuses personnes de plus de 50 ans qui ne sont pas vaccinées. «Pour elles, la possibilité de développer une forme plus grave de la maladie est plus grande que pour les personnes plus jeunes».

A noter que deux tiers des personnes pouvant être vaccinées le sont, constate la directrice de l'OFSP. Parmi les personnes à risque, 85% ont reçu au moins une dose. Mais elle estime que cela n'est pas suffisant: «Nous devons réussir à motiver davantage de personnes à se faire vacciner».

Que faut-il imaginer pour le futur?

La responsable estime qu'il est possible d'étendre l'utilisation du certificat sanitaire Covid-19, par exemple aux restaurants, si la situation devait empirer:

«Ce serait dans tous les cas mieux que de nouvelles fermetures»

Selon elle, le Sars-Cov-2 ne sera jamais complètement éradiqué: «Un jour, nous apprendrons à vivre avec le Covid-19». Les mesures de protection pourraient ainsi devenir la norme, «comme dans les pays asiatiques. Là-bas, il est naturel de porter un masque, lorsque l'on est enrhumé».

(jah/ats)

Pourquoi les Suisses boudent-ils le vaccin?

Plus d'analyses en lien avec le Covid

Le «oui» à la loi Covid est-il un test fiable pour la confiance du peuple?

Link zum Artikel

Quand est-ce que le Conseil fédéral rendra son pouvoir?

Link zum Artikel

«Théories du complot»: De quoi ne parle-t-on pas?

Link zum Artikel

Accentué par la crise, un élan libertaire parcourt la Suisse

Link zum Artikel

«Théories du complot»: De quoi ne parle-t-on pas?

Les mesures sanitaires de lutte contre le Covid ont donné lieu à de multiples manifestations, parfois qualifiées de complotistes. Mais de quoi ne parle-t-on pas lorsqu'on évoque ces «théories du complot»? Analyse.

Le 28 mars 2020, l'institut de sondage IFOP, la Fondation Jean?Jaurès et le site Internet Conspiracy Watch publient un sondage: «L'Épidémie dans l'épidémie: thèses complotistes et Covid-19». Ce sondage reprend une étude américaine similaire publiée par le Pew Research Center quelques jours auparavant.

Les sondés se sont vus demander si le Covid-19, selon eux:

Si le Pew Research Center se contente de noter que 43% des américains «ont répondu correctement qu'il était apparu probablement de …

Lire l’article
Link zum Artikel