ciel couvert
DE | FR
Suisse
Covid-19

Conseil fédéral: tests sérologiques reconnus et nouveau Certificat Covid

Tests sérologiques reconnus et nouveau Certif' Covid, les décisions du Conseil fédéral

Le Conseil fédéral ne compte pas alléger l'usage du certificat Covid, mais souhaite élargir et prolonger son accès aux personnes qui peuvent prouver leur guérison.
20.10.2021, 16:1420.10.2021, 16:28
Suivez-moi

Afin de faciliter la vie du plus grand nombre de personnes en Suisse, le Conseil fédéral arrive avec une nouvelle idée: un certificat Covid qui ne serait valable qu'en Suisse. Si cette option est retenue, le Conseil fédéral pourra l'avaliser le 3 novembre.

C'est l'une des nombreuses annonces du gouvernement ce mercredi 19 octobre. Voici 5 points pour résumer là où se situe la Suisse sur le front du Covid.

Qu'est-ce qui changerait pour les personnes guéries?

Actuellement, le certificat Covid est délivré aux personnes guéries dans un seul cas:

  • Uniquement si elles peuvent attester de leur infection passée par un test PCR.

Reconnaissance des tests sérologiques

Le nouveau certificat suisse serait délivré aux gens qui peuvent présenter un test (payant) de détection des anticorps. Autrement dit: un test sérologique positif récent. La durée de validité de ce certificat serait limitée à 90 jours.

Durée prolongée de la validité du certificat de guérison

Aujourd’hui, la durée de validité des certificats de guérison – délivrés jusqu’à présent sur la base d’un test PCR positif – est de 180 jours. Cette dernière, avec le projet du Conseil fédéral, pourrait être poussée à 365 jours.

Pourquoi? Les données disponibles montrent, selon les autorités, que les personnes infectées par le passé sont suffisamment protégées contre les formes graves de la maladie et les hospitalisations.

Un certificat suisse pour la Suisse uniquement, mais pourquoi?

Etant donné que les certificats de guérison de l’UE – à quelques exceptions près – ne sont valables que 180 jours, cette prolongation ne serait valable que sur le territoire helvétique.

Faciliter l'arrivée des touristes

A l’heure actuelle, seuls les voyageurs vaccinés à l’étranger avec un vaccin approuvé par Swissmedic ou l’Agence européenne des médicaments (EMA) obtiennent un certificat Covid valable en Suisse et dans l’UE.

Ce que veux changer le Conseil fédéral:

  • Pour soutenir l’économie et le tourisme, il veut que tous les touristes ayant reçu à l’étranger un autre vaccin autorisé par l’OMS puissent obtenir un certificat Covid suisse.
  • Actuellement, deux vaccins sont concernés: Sinovac et Sinopharm. Le certificat ainsi obtenu aurait une durée de validité limitée à 30 jours et ne serait valable qu’en Suisse.

Pas de levée de l'obligation du certificat Covid

Lors de sa séance, le Conseil fédéral a également évalué l’opportunité de lever l’obligation du certificat Covid. Après une analyse approfondie des risques épidémiologiques, il a décidé de ne pas lever l'usage du sésame, pour ces raisons:

  • Le Conseil fédéral est toutefois arrivé à la conclusion qu’une levée – même partielle – du certificat Covid comporte aujourd'hui des risques trop élevés pour notre système de santé.
  • L’objectif du Conseil fédéral reste de limiter les futures vagues de contamination à un niveau suffisamment bas pour éviter une surcharge des hôpitaux.

Toutefois, les autorités se veulent rassurantes:

«Le but reste d’assouplir cette obligation dès que tout risque de surcharge des hôpitaux pourra être écarté – indépendamment du taux de couverture vaccinale –, conformément au modèle des trois phases»

Les autorités sont allées voir ailleurs

Le Conseil fédéral a également tenu compte de l’expérience d’autres pays. En Israël et aux Pays-Bas, les réouvertures ont entraîné une augmentation rapide du nombre de cas, qui s’est répercutée très fortement sur les hôpitaux. Au moment de ces réouvertures, les deux pays avaient un taux de couverture vaccinale similaire à celui de la Suisse aujourd’hui.

Pour toutes ces raisons, le Conseil fédéral souhaite attendre avant de lever partiellement l’obligation du certificat. Il préfère observer l’évolution ces prochaines semaines et réexaminera la situation à la mi-novembre, lorsque les conséquences des baisses de températures et de la fin des vacances d’automne seront connues.

Inquiétude face à la stagnation des cas

D'après les observations, le nombre de cas stagne depuis quelques jours en Suisse, et ce, malgré une météo clémente et les vacances d’automne.

Dans plusieurs cantons, les cas sont même déjà repartis à la hausse. Il est difficile d’effectuer des prévisions pour la suite. Il faut cependant s’attendre à une nouvelle augmentation des infections durant les prochaines semaines, avec la reprise des activités à l’intérieur et la fin des vacances d’automne.

A cela s’ajoute le variant Delta, qui est beaucoup plus contagieux que les souches précédentes. L’augmentation de la couverture vaccinale freine certes la circulation du virus, mais son niveau reste trop faible pour empêcher de nouvelles vagues d’infections importantes.

Attraper le Covid en étant vacciné? C'est normal et ça s'explique

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les hôpitaux suisses ne sont pas aussi propres que vous le pensez
En 2021, près de 40% des établissements hospitaliers contrôlés par Swissmedic n'ont pas respecté les normes d'hygiène recommandées. Un hôpital vaudois épinglé déplore une faute de moyens.

Gare aux infections que l'on attrape non pas hors de chez soi, mais... au sein des services hospitaliers. Si l'on en croit un récent article de 24 heures, en 2021, sur 20 hôpitaux suisses contrôlés par Swissmedic, 39% n'ont pas satisfait les exigences en matière de désinfection des instruments chirurgicaux. Selon les derniers rapports de l'autorité d'inspection, 50% d'entre eux n'employaient pas non plus de personnel «suffisamment qualifié et formé». Lors de contrôles improvisés, un des inspecteurs de Swissmedic s'étant entretenu avec le quotidien vaudois déclare, par ailleurs, avoir fait face à des scènes «écœurantes».

L’article