DE | FR

La Confédération paie des tests chinois 9 fois trop chers

Les tests rapides sont un business juteux pour de nombreuses entreprises privées: selon de nouvelles informations, certaines d'entre elles facturent à la Confédération neuf fois le prix d'achat du matériel.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
11.01.2022, 18:3811.01.2022, 19:06
Petar Marjanović
Petar Marjanović
Petar Marjanović
Suivez-moi

Les centres de dépistage suisses font de grosses affaires avec les tests antigéniques. Ils encaissent des marges lucratives sur les frottis par rapport aux efforts et aux coûts relativement faibles. La Confédération paie jusqu'à 36 francs pour cela, alors que seulement six francs sont versés pour le matériel de test, selon les recherches de watson.

De nouvelles informations montrent désormais à quel point les profits peuvent effectivement s'avérer élevés: des entreprises chinoises vendent les kits de tests antigéniques pour une fraction de ce que les centres de tests facturent à la Confédération.

Une entreprise de fabrication de tests à Hangzhou (province de Zhejiang) a indiqué à watson que les kits de tests sont actuellement vendus pour l'équivalent de 0,65 à 1,40 francs suisses. «Nos prix dépendent des quantités commandées», explique la société dont les kits sont utilisés en Suisse.

>>> Toutes les nouvelles sur le Covid-19 en Suisse et dans le monde

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a déclaré la semaine dernière que le coût du matériel ne devrait pas dépasser six francs. Pourtant, comme le montrent les tests effectués par les collaborateurs de watson, certains centres de test facturent la totalité ou presque du montant de 36 francs pour un test Covid antigénique.

Le kit utilisé pour ce test provenait de Chine. Le prix facturé est bien au-delà de son coût de production.
Le kit utilisé pour ce test provenait de Chine. Le prix facturé est bien au-delà de son coût de production.image: watson

Le conseiller national PLR Marcel Dobler parlait déjà des prix bas sur les marchés chinois en décembre. Aujourd’hui, il estime que le Surveillant des prix de la Confédération doit réagir. Il était déjà intervenu il y a un peu plus d’un mois auprès du Conseil fédéral, qui est responsable de l’adaptation des tarifs des tests. Marcel Dobler estime à ce sujet: «Le montant payé par la Confédération est clairement exagéré pour de simples centres de test walk-in sans grand conseil médical. Mais en effet, il serait dangereux de baisser drastiquement les tarifs dans un élan de précipitation.»

Des tests antigéniques à domicile?

Les objections de Marcel Dobler vont dans le même sens que l'argumentation de l'OFSP. Celui-ci parle d'un «exercice d'équilibre» lors de la fixation des tarifs. Il faut garantir les capacités de test nécessaires tout en rémunérant la «fourniture de prestations la plus efficace». En d’autres termes, cela signifie que la prise en charge élevée des coûts des tests antigéniques a créé d'énormes capacités de test au cours des dernières semaines. Si la Confédération réduit trop fortement leur profit, elles risquent de disparaître à nouveau – ce qui n'est pas souhaitable compte tenu de la surcharge des laboratoires de tests PCR. Sur cette question, le Surveillant des prix doit trouver une voie médiane, selon Marcel Dobler.

Marcel Dobler mentionne dans ce contexte une idée de l'épidémiologiste Marcel Salathé. La Confédération devrait mettre à la disposition des citoyens les autotests antigéniques à faire chez soi. On ferait ainsi d'une pierre deux coups: d'une part, la durée de la quarantaine pourrait être réduite et, d'autre part, toutes les personnes ne devraient pas se rendre dans un centre de dépistage pour effectuer un test antigénique plus coûteux.

Le Conseil fédéral peut décider de manière autonome. La loi Covid lui permet de réglementer la prise en charge des coûts des «tests rapides pour l'usage personnel». On verra si le gouvernement mettra en œuvre cette proposition lors de la première séance du Conseil fédéral de la nouvelle année, ce mercredi.

Les autorités ferment des centres de dépistage douteux
Selon la SonntagsZeitung, les autorités de plusieurs cantons ont fermé des centres de dépistage, car certains collaborateurs ne portaient ni masque ni gants. De plus, les tests n'auraient pas toujours été effectués par des assistants médicaux, ce qui est pourtant obligatoire dans certains cantons.

Traduit de l'allemand par Charlotte Donzallaz

Lutter contre le Covid avec Maman j'ai raté l'avion

Plus d'articles sur le Covid-19

Tanja Stadler: «Il est trop tôt pour dire si nous nous ferons vacciner régulièrement»

Link zum Artikel

«On pourra se détendre mi-avril»: ce virologue se montre optimiste sur Omicron

Link zum Artikel

Le Danemark va lever presque toutes les mesures la semaine prochaine

Link zum Artikel

Les vaccinés à bout envers les non-vaccinés? «Il y a un grand malaise»

Link zum Artikel
Pas de Conseil fédéral aux JO: «C'est la solution de facilité»
Le Conseil fédéral ne se rendra pas à Pékin pour les Jeux olympiques, officiellement à cause du Covid-19. Même si la raison est considérée comme un prétexte, cette décision ravit les détracteurs de la Chine.

Le Conseil fédéral a tranché: il n'enverra aucun de ses représentants aux Jeux olympiques de Pékin. Comme les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, pour ne citer qu'eux. Mais la raison, officielle du moins, n'est pas la même que celle de ces deux pays qui boycottent le gouvernement chinois pour sa politique envers les minorités, ouïghoure notamment.

L’article