DE | FR

Pourquoi vous ne serez (sûrement) jamais addict à la cocaïne

Bild

Si les humains sont les principaux concernés, les rongeurs ne sont pas en reste. Vous découvrirez pourquoi ci-dessous.

La légende veut que la cocaïne soit une substance addictive en puissance dès la première prise. Des scientifiques ont découvert qu'elle ne l'était pas tant que ça grâce à une hormone bien utile, la sérotonine.



Contrairement à une croyance populaire, la cocaïne ne déclenche une addiction que chez une minorité des personnes consommatrices. C'est ce que soutient une nouvelle étude de l'Université de Genève (Unige). Les neuroscientifiques ont découvert pourquoi: un mécanisme bien utile de notre cerveau qui agit comme un frein à l'addiction, la sécrétion de sérotonine.

Sérotoquoi ?

Outre le titre d'un bouquin bien connu de Michel Houellebecq, la sérotonine est une hormone présente dans le système nerveux, qui joue notamment un rôle dans la régulation des émotions.

Et elle est pratique: c'est elle qui nous empêche de devenir accro à la cocaïne.

En effet, la cocaïne a pour particularité de déclencher une augmentation massive de sérotonine lors d'une prise de cette drogue. La sérotonine va permettre de ralentir l'effet de récompense provoquée par l'augmentation de dopamine, commune à toutes les prises de drogues (mais aussi à des activités plus saines comme la course à pied). Donc, en gros, en atténuant la sensation de récompense, elle nous empêche de basculer dans l'addiction.

Lorsque l'on consomme de la cocaïne, deux forces s'opposent dans le cerveau:

L'addiction apparaît lorsqu'un déséquilibre se crée entre les deux et que la dopamine supplante la sérotonine.

Au fait, c'est quoi une addiction?

Il faut bien distinguer «addiction» et «dépendance», qui ne sont pas la même chose.

La dépendance touche beaucoup de monde, contrairement à l'addiction qui n'affecte qu'une minorité de gens, même après une exposition prolongée. On estime par exemple que le taux d'addicts à la cocaïne s'élève à 20% des consommateurs.

Selon le directeur de l'étude, Christian Lüscher, professeur au département des neurosciences fondamentales à l'Unige, le même principe s'applique pour tous les produits potentiellement addictifs:

«En Suisse, quasiment tous les adultes consomment de temps à autre de l'alcool, qui est un fort stimulateur du système de récompense. Or, seule une petite partie d'entre eux deviendra alcoolique»

Des souris cocaïnomanes

Pour leurs expériences, les scientifiques ont eu un problème: comment observer un phénomène aléatoire, qui ne se déclenche qu'une fois sur cinq? Avec des souris, pardi!

L'équipe de recherche a appris à un large groupe de souris à s'administrer de la cocaïne de manière volontaire. Une partie de plaisir? Pas vraiment. Une partie d'entre elles recevaient un léger stimulus désagréable après chaque prise. Deux groupes ont alors émergé:

«Ce comportement compulsif est précisément ce qui définit l’addiction qui affecte 20% des individus, chez les souris comme chez les êtres humains», souligne Vincent Pascoli, collaborateur scientifique dans le groupe genevois et co-auteur de cette étude.

Chez d'autres souris, on a coupé le transporteur de sérotonine lors des prises de cocaïne. Il n'y a donc qu'une augmentation de la dopamine, l'hormone du plaisir et de la récompense.

Dans ce cas, 60% des animaux développent une addiction. La cocaïne dispose donc bien d'une sorte de frein naturel, efficace quatre fois sur cinq.

Et si vous n'aimez pas les souris, vous aimez peut-être encore moins les chiens...

Plus d'articles Actu

Un géant de l'immobilier vacille en Chine et les marchés mondiaux chutent

Link zum Artikel

La rentrée universitaire a commencé! Fâchés, des étudiants résistent

Link zum Artikel

«Un jour, ces molosses vont tuer quelqu'un du village»

Link zum Artikel

Vous planifiez vos vacances d'automne? Ce que vous devez savoir

Link zum Artikel

Le jour où Lionel Messi a refusé de laisser sa place

Link zum Artikel

Entrer en Suisse devient plus compliqué, 15 choses à savoir à ce propos

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

L'enquête à 2 balles

Les boutons des portes d'ascenseurs fonctionnent-ils vraiment?

Vous entendez le bruit du métro qui arrive. Vous êtes dans l'ascenseur, qui semble descendre encore plus lentement que d'habitude. Les portes de la rame s'ouvrent. Pendant ce temps, vous martyrisez le bouton d'ouverture de celles de votre cage en verre. Est-ce vraiment utile? Ou sommes nous définitivement esclaves de la technologie moderne?

C'est en lisant le journaliste et écrivain Jean-Paul Dubois que j'ai découvert l'un des plus grands mensonges de l'histoire de ma vie (après le fait qu'une pizza doit coûter environ trois balles à faire). Les boutons de commande des portes d'ascenseurs ne serviraient à rien:

Une rapide recherche google semble confirmer cette affirmation choquante (ou pas si étonnante quand on y réfléchit: mais il faut bien maintenir votre attention). Ce serait le cas aux Etats-Unis et en France, d'après …

Lire l’article
Link zum Artikel