Suisse
Droite

La droite et Pierre Maudet de retour au pouvoir à Genève?

Le candidat Pierre Maudet sera-t-il la très grande surprise des élections genevoises?
Le candidat Pierre Maudet sera-t-il la très grande surprise des élections genevoises?image: montage watson

La droite et Maudet de retour au pouvoir à Genève? Tout se joue ce dimanche

Ce dimanche, la droite part divisée et avec Pierre Maudet en électron libre à la reconquête du Conseil d'Etat genevois. Face à elle, une gauche sortante unie. On a ressorti la boule de cristal.
02.04.2023, 08:1503.04.2023, 09:26
Plus de «Suisse»

La droite genevoise et le Conseil d’Etat, ça fait un. Ben non. Depuis l’élection complémentaire de 2021 suite à l’embardée Maudet, la gauche, avec deux socialistes et deux écologistes, y est majoritaire. Avant cela, deux fois seulement celle-ci avait ravi l’exécutif cantonal. En 1933 et en 2005. La droite partant divisée, la gauche gouvernementale, qui se présente unie, augmente ses chances de se maintenir. Les résultats du premier tour, ce dimanche 2 avril, donneront de précieuses indications en vue du second, le 30.

23 candidats dont 8 femmes

Dans ce scrutin majoritaire, ils sont 23 dont 8 femmes sur la ligne de départ. Leur partition en treize listes donne à l’électeur tout loisir de biffer les noms qui ne lui conviennent pas. Face aux quatre candidats de la majorité sortante (trois actuellement en poste, une nouvelle venue, la socialiste Carole-Anne Kast, en lieu et place d’Anne Emery-Torracinta), la droite fait chambre à part.

Le PLR, l'UDC et Le Centre (ex-PDC) présentent des tickets à deux. Idem chez les Verts libéraux, visiblement sûrs d’eux-mêmes. Le MCG (Mouvement des citoyens genevois), Elan radical (une scission du PLR) et Pierre Maudet (Libertés et Justice sociale) y vont, eux, à un candidat. On a bien compté: cela fait sept listes à droite et au centre droit, sans compter des candidatures aux chances infimes.

Le Centre s'est fait désirer et rembarrer

Le grand ratage, selon les uns, un soulagement, pour d’autres, reste l’absence de ticket commun englobant le PLR, l’UDC et Le Centre. «L’UDC voulait cette grande alliance, le PLR y était favorable, mais Le Centre n’a pas voulu s’associer à l’UDC», explique le politologue Pascal Sciarini, professeur à l’Université de Genève (Unige), auteur du récent ouvrage Politique suisse. Institutions, acteurs, processus (éditions Presses polytechniques et universitaires romandes, collection Sciences politiques).

«Le Centre genevois, historiquement plus à gauche que Le Centre valaisan à titre d'exemple, ne se reconnaît pas dans les valeurs défendues par l’UDC genevoise sur l’immigration ou les questions sociétales. Alors qu’une grande alliance entre le PLR, l’UDC et Le Centre a été possible en 2022 dans le canton de Vaud, où l’UDC a un ancrage paysan et des positions à l’occasion modérées, elle n’a pas été possible à Genève, où l’UDC est une création blochérienne résolument à droite.»
Pascal Sciarini

Les Verts'libéraux, jeu perso

Dans la famille «droite et centre droit», d’autres alliances auraient pu voir le jour. «Le Centre n’était pas contre un ticket commun avec le PLR, mais c’est ce dernier qui ne voulait pas, préférant un ticket élargi à l’UDC», reprend Pascal Sciarini.

«Le Centre aurait pu nouer quelque chose avec les Verts libéraux, mais ceux-ci, qui veulent se faire connaître, ne souhaitaient pas être associés à ces jeux d’alliance électorale, disaient-ils»
Pascal Sciarini

L’entre-deux-tours, a fortiori si aucun candidat n’est élu au premier, pourrait donner lieu à des rapprochements, qui sait, jusqu’ici insoupçonnés. Cela tient pour l'heure de la galéjade: le très populaire conseiller d’Etat Mauro Poggia, qui ne se représente pas, pourrait se lancer dans la course après le 2 avril, si d’aventure son parti faisait un score «canon» au Grand Conseil. Peu probable, d'après les fins limiers de la politique genevoise.

Le proscrit de la République

Reste Pierre Maudet, 45 ans. Celui dont il ne faut pas dire le nom, mais qui squatte les pensées tel un bon vieux refoulé. Le proscrit de la République, pas nécessairement des électeurs, fait à la fois figure de favori et d’outsider dans l’élection au gouvernement cantonal. Lors de la complémentaire de 2021, ayant remis son siège en jeu pour cause d’ennuis judiciaires liés à son voyage en famille «tous frais payés» à Abou Dhabi, il avait créé la surprise, comme on dit.

Sans la présence au second tour de la centriste Delphine Bachmann (à nouveau candidate cette année), donnant lieu à une triangulaire, il aurait peut-être battu la verte Fabienne Fischer, élue à cette occasion et qui se représente dimanche. Si la chance devait lui sourire cette fois-ci, le canton en serait tout chamboulé.

Les débats qui agitent la société suisse et genevoise influeront-ils sur les résultats? Le PLR pâtira-t-il de la débâcle de Credit Suisse? Les restrictions à la circulation des voitures, leur dogmatisme sur des questions sociétales seront-ils préjudiciables aux Verts, un parti touché par des dissensions internes entre «fundis» et «realos»? Sa conception orthodoxe de la neutralité suisse, son discours sur l’islam, joueront-ils en faveur ou en défaveur de l’UDC?

Grand Conseil: grosses inconnues

Le Grand Conseil, lui, pourrait rester à droite, son ancrage familier. D’autant plus que l’extrême gauche présente deux listes concurrentes. Il y a toutefois suspense: et si, ni l’extrême gauche, donc, ni Libertés et Justice sociale, ni les Verts libéraux, ni le MCG, ni l’UDC, ni même Le Centre n’obtenaient le quorum de 7% des voix donnant droit à des députés? Ce surprenant scénario n’est pas impossible. Il pourrait se produire en cas de forte dispersion des voix. Auquel cas, hypothèse spectaculaire, seuls le PLR, le PS et les Verts se partageraient le pouvoir législatif. Toutes les réponses et des débuts de réponses dimanche. Le plus fracassant serait qu'on s'achemine vers l'élection de Pierre Maudet au gouvernement.

JP Fanguin et Andrew is Late à l'aéroport de Genève
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
Manifestation spectaculaire contre la géothermie dans le Jura
Une centaine de personnes ont protesté vendredi contre le forage géothermique à Haute-Sorne, dont les travaux ont commencé. Ils ont afflué autour des barrières qui protègent le site très sécurisé.

La mobilisation était moindre par rapport aux précédentes manifestations qui avaient réuni jusqu'à un millier de personnes, mais la détermination restait palpable. Après deux discours de résistance via mégaphone, les militants se sont rendus contre la barrière entourant le site très sécurisé, certains tentant d'y pénétrer tout en étant empêchés par le service d'ordre.

L’article