DE | FR
Quatre jours de travail, trois jours de congé. De plus en plus d'entreprises suisses adoptent de nouveaux modèles de travail.
Quatre jours de travail, trois jours de congé. De plus en plus d'entreprises suisses adoptent de nouveaux modèles de travail. image: shutterstock

Ces sociétés suisses testent la semaine de 4 jours, mais ce n'est pas si cool

De plus en plus d'entreprises proposent à leurs collaborateurs la possibilité de travailler quatre jours par semaine. Aujourd'hui, le secteur de l'artisanat prend lui aussi le train en marche. Reportage dans une entreprise suisse.
15.04.2022, 07:48
Helene Obrist
Helene Obrist
Helene Obrist
Suivez-moi

«Composez votre charge de travail hebdomadaire de manière individuelle»: c'est avec ce slogan que l'entreprise d'électrotechnique de Suisse orientale Bichler + Partner AG fait sa publicité sur son site Internet. Le propriétaire Oliver Lacher a décidé en avril de proposer à plus de 70 collaborateurs la possibilité de travailler quatre jours par semaine.

«Il était clair pour nous que nous devions agir», explique Guido Landert, responsable RH & Administration, interrogé par watson. «La pénurie de personnel qualifié s'est également aggravée dans le secteur de l'artisanat, les jeunes collaborateurs souhaitent plus de flexibilité et des horaires de travail plus attractifs».

Comme on ne veut pas débaucher des gens agressifs et qu'on paie déjà des salaires corrects, on a opté pour la flexibilisation de la semaine de travail, explique-t-il.

40 heures sur quatre jours

A partir de juillet, les personnes travaillant chez Bichler + Partner AG pourront donc effectuer leur charge de travail hebdomadaire de 40 heures sur quatre jours au lieu de cinq. Le jour d'absence fixe doit être fixé pour six mois. «Cela nous donne aussi une sécurité de planification en tant qu'entreprise. Car nous devons bien sûr veiller à ce que les jours d'absence soient bien répartis et que tout le monde ne reste pas à la maison en même temps le vendredi», explique le responsable RH de l'entreprise.

Mais que se passe-t-il si des erreurs sont commises ou des accidents surviennent en raison de journées de travail plus longues ? Sans oublier que les pauses sont obligatoires.

«Les journées de 10 heures ne sont certainement pas applicables à tout le monde dans l'entreprise»
Guido Landert, responsable RH Bichler + Partner AG

Après son lancement au mois de juillet, la semaine de quatre jours reste toutefois volontaire. Les personnes qui continuent à être employées de manière fixe et qui souhaitent travailler cinq jours peuvent également le faire.

Le directeur des ressources humaines, M. Landert, estime toutefois que cette charge de travail journalière est réalisable.

«Nous allons examiner chaque cas individuellement. Si nous remarquons que la semaine de quatre jours ne convient pas à quelqu'un, nous chercherons une autre solution»

A noter que le travail à temps partiel est également possible au sein de l'entreprise.

La restauration aussi

Outre le secteur de l'artisanat, le modèle des 4 jours rencontre un succès croissant dans la restauration et l'hôtellerie. En effet, ces secteurs doivent aussi faire face à la pénurie de main-d'œuvre qualifiée.

Mi-mars, la Berner Zeitung parlait déjà du deuxième restaurant bernois à passer à la semaine de quatre jours. Au Landgasthof Hirschen à Langnau, tous les employés fixes en cuisine travaillent désormais quatre jours au lieu de cinq. Le salaire reste le même, mais les collaborateurs travaillent 10,5 heures par jour. A Winterthour, l'équipe de cuisine du Parkhotel utilise déjà ce modèle depuis décembre dernier.

Dans l'hôtellerie également, le modèle de 4 jours est de plus en plus attrayant.
Dans l'hôtellerie également, le modèle de 4 jours est de plus en plus attrayant. Bild: Shutterstock

Et à Zurich aussi, les collaborateurs des deux hôtels 25hours commenceront à utiliser le modèle de quatre jours à partir du 1er mai.

«Presque tous les employés se sont inscrits pour une première phase de test de trois mois. Ensuite, nous tirerons un premier bilan et verrons comment le modèle a fonctionné»
Dario Gysel, directeur marketing 25hours Hotels

Plus de flexibilité

«Je trouve cette évolution formidable», déclare Rita Buchli, psychologue du travail et de l'organisation. «Les employeurs doivent bouger pour rester attractifs. Ceux qui restent immobiles perdent des employés à long terme».

Rita Buchli souligne toutefois que la semaine de quatre jours n'est pas la seule option. «Chaque employé a des besoins différents. Certaines apprécient d'avoir trois jours de congé d'affilée. D'autres préféreraient peut-être plutôt pouvoir répartir leur charge de travail sur six jours».

«L'époque où vous pouviez demander aux employés d'être présents à 100 % de 8h à 17h est lentement mais sûrement révolue»
Rita Buchli, Arbeitspsychologin

La numérisation et le télétravail offriraient d'autres possibilités de flexibilisation. «L'époque où l'on pouvait exiger des collaborateurs qu'ils soient présents à 100 % de huit heures à cinq heures est lentement, mais sûrement révolue», déclare la psychologue du travail. Il reste toutefois important d'impliquer les collaborateurs dans les nouvelles formes de travail, les nouvelles offres et de s'informer de leurs besoins respectifs. «Et ceux qui veulent continuer de travailler cinq jours par semaine doivent pouvoir le faire», conclut Rita Buchli.

Réactions positives à Saint-Gall

Le directeur des RH Guido Landert ne peut pas encore dire combien de collaborateurs de l'entreprise saint-galloise Bichler + Partner AG passeront effectivement à la semaine de quatre jours. «Mais les réactions lors de l'information des collaborateurs ont toutes été positives».

Les employés ont jusqu'à fin juin pour faire part de leur intérêt au directeur des ressources humaines. Ensuite, il entamera la phase de planification. Est-ce qu'il passera lui aussi à la semaine de quatre jours ? «Je travaille à temps partiel, à 80%, et je vais continuer à le faire», dit-il en souriant.

Voici des quokkas trop mignons:

1 / 10
Voici des quokkas trop mignons:
source: imgur
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Des activistes du climat bloquent l'autoroute

Plus d'articles sur le travail

Selon l'OMS, travailler plus de 55h la semaine se révèle mortel

Link zum Artikel

Comment j'ai tenté (et échoué) de rester «fit en télétravail»

Link zum Artikel

Se faire vacciner sur son temps de travail, problème?

Link zum Artikel

En Suisse, on peut vous épier au travail (sous conditions)

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Où et pourquoi l'Ascension et la Pentecôte sont-ils des jours fériés?
Les ponts de mai et juin approchent à grands pas. On vous explique point par point ce que signifient l'Ascension et la Pentecôte, et dans les cantons où ces jours sont fériés.

Les dates sont différentes chaque année et se réfèrent directement à Pâques. L'Ascension a lieu 39 jours après le dimanche de Pâques et dix jours avant la Pentecôte.

L’article