DE | FR
Bild

Interview

Voici pourquoi «le Covid a été un tsunami salvateur»

La crise et le télétravail seront-ils bénéfiques au fameux monde d'après Covid-19? A l'heure du retour au bureau, Stéphane Haefliger, consultant et ancien DRH, dresse le bilan.



Lundi 31 mai. Le télétravail n'est plus obligatoire en Suisse, à condition que les entreprises proposent des dépistages. Alors regardons dans le rétro. Qu'est-ce que la pandémie aura apporté au monde du travail? Le home office a chamboulé les organisations, mais a-t-il amené du positif? Stéphane Haefliger, membre de direction du cabinet Vicario Consulting et ancien directeur des ressources humaines (DRH), a sa petite idée. Interview.

Stéphane Haefliger, qu’est-ce que les télétravailleurs ont particulièrement apprécié durant ces mois à la maison?
Le Covid-19 a exaucé trois vœux chez les collaborateurs. Tout d'abord, le bonheur de pouvoir «bachoter» depuis la maison. Ils ont gagné un peu de cette liberté (d'ailleurs désirée depuis plus de 30 ans). Ensuite, ils ont pu ou pourront expérimenter la joie de revenir au bureau. Ils se sont rendu compte de l’importance de vivre avec un temps, un lieu et des actions définies.

«Les travailleurs ont été capables de démontrer concrètement leur capacité à rendre possible l’impossible»

Qu’est-ce qui a été le plus difficile à vivre pour eux?
J'ai pu observer quatre éléments. Un manque de relations sociales que l’on ne peut pas suppléer en organisant des apéros virtuels. Un esprit d’équipe qui s’est dissout dans des tâches déshumanisées. Une relation au chef qui a pu se tendre, ce dernier ayant la tentation d’organiser des séances numériques à répétition. Ce cumul a pu donner l’impression que le manager «police» et surveille les collaborateurs. Enfin, le manque d’infrastructures informatiques mises à disposition. Figurez-vous que certaines institutions n’ont pas encore autorisé l’usage de la visio-conférence!

Qu'est-ce que le home office a changé dans l’organisation du travail?
Il a amené des réflexions sur l’invention d’autres modèles de travail, l’expérimentation d’autres outils digitaux. Il s’agit aujourd’hui de gagner en agilité, de faire monter les équipes en puissance dans une forme d’«autonomie dirigée».

«Il s’agit de quitter une pyramide militaro-industrielle dirigée par un colonel pour se rapprocher d’une organisation du travail davantage organique et responsabilisante»

En gros, la crise a exacerbé les forces et les faiblesses de tout le monde?
Oui, exactement. Le Covid-19 a été un «stress test» total. Il a interrogé les organisations dans leur structure. Il a questionné les qualités managériales de la chefferie et leur modernité. Il a éprouvé la proactivité des collaborateurs et leur compréhension des enjeux. Ça a été un véritable tsunami salvateur.

Plus d'articles sur le travail

Selon l'OMS, travailler plus de 55h la semaine se révèle mortel

Link zum Artikel

Comment j'ai tenté (et échoué) de rester «fit en télétravail»

Link zum Artikel

Se faire vacciner sur son temps de travail, problème?

Link zum Artikel

En Suisse, on peut vous épier au travail (sous conditions)

Link zum Artikel

Interview

«Sans nouveau variant, on peut espérer du mieux entre l'été et l'hiver 2021»

Que faut-il penser des récentes annonces de réouverture alors que les chiffres du Covid-19 indiquent une situation plus qu'incertaine? Marcel Salathé, l'épidémiologiste qui a claqué la porte de la Task force en février, nous aide à comprendre.

Déchiffrer la drôle de situation que vit la Suisse depuis ce mercredi n'est pas une mince affaire. Selon l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), quatre critères sur cinq ne sont pas remplis pour une réouverture mais le Conseil fédéral a quand même décidé de lâcher du lest. Rappelons qu'il a lui-même fixé ces indicateurs afin de rendre les différentes mesures prises dans la lutte contre la pandémie plus efficaces.

Ancien membre de la fask force scientifique Covid-19 (il a claqué la porte en …

Lire l’article
Link zum Artikel