en partie ensoleillé10°
DE | FR
Suisse
Emmanuel Macron

Trois Vaudois ont été arrêtés pour avoir crié sur Macron

Trois Vaudois ont été arrêtés pour avoir crié sur Macron

Alors que le président français Emmanuel Macron montait dans le train à Renens (VD), trois jeunes gens l'ont bruyamment appelé à démissionner. Le gouvernement vaudois doit maintenant s'exprimer sur l'intervention de la police.
30.11.2023, 16:5930.11.2023, 17:58
Christoph Bernet / ch media
Plus de «Suisse»

L'après-midi du 16 novembre à Renens, alors qu'Emmanuel Macron s'apprêtait à partir pour Genève en train, en compagnie d'Alain Berset, il a été interpellé par trois jeunes individus l'appelant à démissionner. Un incident qui a amené la police vaudoise à intervenir.

Pour rappel, ce jour-là, Emmanuel Macron s'était rendu à l'Université de Lausanne afin d'échanger avec les étudiants avant de se rendre au Cern à Genève.

Une intervention qui fait parler

La police cantonale est désormais accusée d'avoir traité de manière disproportionnée les trois personnes qui auraient protesté bruyamment, mais pacifiquement, contre Emmanuel Macron. Vincent Keller, député du Parti ouvrier et populaire (POP) au Grand Conseil vaudois et domicilié à Renens, a déposé cette semaine une interpellation sur cet incident.

French President Emmanuel Macron, left, and Swiss President Alain Berset during a discussion with start-up representatives, on board a special train, Switzerland, Thursday, Nov. 16, 2023. (Martial Tre ...
Emmanuel Macron en route pour Genève dans un train spécialement aménagé. Keystone

Dans son texte, il décrit la scène comme suit: à 14h30, alors que le président se trouvait dans la gare, trois personnes auraient crié deux fois «Macron, démission!» à environ 80 mètres de distance, derrière des barrières. Par la suite, les trois jeunes gens auraient été arrêtés et, selon les dires de l'élu, un policier aurait «violemment agressé l'un d'entre eux, cherchant à l'intimider».

Toujours d'après le politicien, le contrôle qui a suivi a duré plus d'une heure. Les trois personnes auraient ensuite été fouillées, menottées et emmenées dans un fourgon pénitentiaire au quartier général de la police.

Aucune charge retenue

Là, deux d'entre eux auraient été contraints de donner leurs empreintes digitales avant d'être placés en cellule. Selon Vincent Keller, jamais les personnes concernées n'auraient été explicitement informées de leur détention ou de la possibilité de contacter un avocat. Avant leur libération, on leur aurait indiqué qu'elles seraient poursuivies pour infraction au «règlement général de police». Deux jours plus tard, le samedi matin, la police leur a annoncé qu'après examen, aucune charge ne serait retenue contre elles.

Le député Vincent Keller veut maintenant savoir ce que pense le Conseil d'Etat des moyens de contrainte utilisés et comment il s'assure que la police respecte les droits fondamentaux des citoyens. Le gouvernement cantonal a trois mois pour répondre et donner son avis.

Interrogée, la police cantonale vaudoise ne prend pas position. Elle se contente de répondre que, dans le cadre du dispositif de sécurité mis en place autour de la visite d'Etat, trois personnes ont été arrêtées pour trouble de l'ordre public. Elles ont été soumises à un contrôle d'identité au poste de police et ont ensuite été relâchées sans inculpation.

Traduit de l'allemand par Valentine Zenker

«Incroyable talent»: Des vaudois qualifiés et un autre qui déçoit
Video: watson
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Une alliance contre-nature se prépare contre les armes nucléaires en Suisse
Le premier parti de Suisse se penche sur un dossier de taille: l'intégration de la Suisse à l'Otan. Une adhésion qui «affaiblirait davantage notre neutralité», estime l'UDC.

Comment équiper l'armée suisse le plus rapidement possible? Une thématique qui anime de nombreux milieux. Le chef de l'armée demande 20 000 militaires supplémentaires. De son côté, l'UDC veut rapidement débloquer un fonds. Cette frénésie est liée, dans l'esprit de ces élus, à l'imprévisibilité de Vladimir Poutine, le risque d'une attaque russe contre l'Europe et, par voie de conséquences, aussi contre la Suisse.

L’article