larges éclaircies
DE | FR
Suisse
Enfance

Berne veut soutenir les crèches, mais cela n'a pas l'effet prévu

Des enfants de 2 a 4 ans attendent de deposer leur bulletin de vote dans une urne afin de choisir le drapeau officiel du Village Educalis lors de l'initiation a la democratie et a la citoyennete  ...
Image: KEYSTONE

Berne veut soutenir davantage les crèches, mais cela n'a pas l'effet prévu

Lors de la session de printemps, le Conseil national décidera si la Confédération doit baisser les tarifs des crèches pour les parents. Cependant, une étude scientifique démontre qu'aujourd'hui, des prix plus avantageux ne conduisent pas forcément les femmes à augmenter leur taux d'activité. Explications.
21.02.2023, 18:5121.02.2023, 19:05
Kari Kälin / ch media
Plus de «Suisse»

Une offensive de subventionnement se prépare dans le domaine de la garde d'enfants. La Confédération devrait débourser chaque année 710 millions de francs pour réduire jusqu'à 20% les tarifs des crèches pour les parents. Soixante millions supplémentaires devraient être consacrés au développement de l'offre.

Au cours de la première semaine de la session, le Conseil national se prononcera sur le projet élaboré par la commission de l'éducation. Celle-ci espère augmenter le taux d'activité des parents, surtout des femmes, afin de lutter contre la pénurie de personnel qualifié qui s'aggrave.

La commission de l'éducation se réfère à une étude de l'institut BAK Economics, selon laquelle le volume de travail des parents augmente de 46% par place de crèche supplémentaire. Mais une nouvelle étude scientifique du professeur d'économie zurichois Josef Zweimüller suggère que les tarifs réduits des crèches n'augmentent guère le taux d'activité des femmes. Cinq points expliquent la situation.

Les mères gagnent moins

Josef Zweimüller a étudié l'impact de la naissance du premier enfant sur le salaire de la mère dans différents pays, comme l'a rapporté la NZZ am Sonntag. En Suisse, dix ans après la naissance, les femmes gagnent 60% de moins que si elles étaient restées sans enfant. Elles réduisent davantage leur taux d'activité que dans d'autres pays — avec des conséquences négatives sur leur salaire et leur carrière.

L'économiste s'est penché, avec une équipe de recherche, sur la question de l'effet des tarifs réduits des crèches, appelée child penalty (pénalité pour enfant). En Suisse, il a analysé les données des communes et est arrivé à la conclusion que les subventions pour les crèches ne réduisent la child penalty que d'environ 5%.

En Autriche, où les injections financières de l'État sont bien plus généreuses qu'en Suisse, le tableau est le même.

«L'effet est presque nul, les mères n'ont pratiquement pas augmenté leur activité professionnelle»
Josef Zweimüller, professeur d'économie zurichois.

Les espoirs brisés

«Il y avait de grands espoirs que l'on puisse stimuler l'emploi des femmes avec des fonds publics pour les crèches», poursuit Josef Zweimüller. Mais celui-ci ne s'est malheureusement pas confirmé. Il existait déjà auparavant des indications selon lesquelles les parents n'augmentaient pas automatiquement leur taux d'occupation en raison de la baisse des coûts des crèches.

Dans un travail de master en psychologie économique à la Haute école spécialisée du Nord-Ouest de la Suisse, Monika Stampfli est arrivée à la conclusion que les trois quarts des 479 parents de crèches interrogés n'augmenteraient pas leur temps de travail, même s'il existait davantage de structures d'accueil moins chères. L'enquête n'était toutefois pas représentative, car ce sont surtout des parents hautement qualifiés avec des salaires supérieurs à la moyenne qui y ont participé.

Pères et employeurs doivent changer de mentalité

Dans les pays scandinaves, la «pénalité pour enfants» infligée aux mères est nettement plus faible qu'en Suisse. Au Danemark, par exemple, elle est de 20%. La politique tente d'atteindre une plus grande égalité entre les sexes par le biais d'une série de mesures.

En Suisse, il est par exemple question des subventions prévues pour les crèches, du congé parental ou de l'imposition individuelle, afin que la progression ne réduise pas à néant le deuxième salaire.

«C'est une idée naïve de croire que la politique familiale modifie fortement les différences de revenus entre hommes et femmes. En Suisse, c'est toujours une mentalité traditionnelle et conservatrice qui domine en ce qui concerne la répartition des rôles des parents. C'est la principale raison de la "pénalisation des enfants".»

Si le fait que les pères s'occupent des enfants et du ménage à parts égales avec les mères devient la norme, alors l'inégalité des sexes disparaîtra sur le marché du travail.

«Mais pour cela, il faut que les choses changent dans la tête des pères et des employeurs»
Josef Zweimüller.

En effet: selon l'Enquête suisse sur la population active, seuls 12,8% des pères ne travaillent pas à temps plein, c'est même moins que les hommes sans enfants (13,4%). Et le Centre de recherches conjoncturelles de l'EPF de Zurich a démontré dans une étude que les hommes sont désavantagés par les recruteurs lorsqu'ils cherchent un emploi à temps partiel.

Quelle est la répartition de l'activité professionnelle?

Le modèle le plus répandu est le suivant: le père travaille à temps plein, la mère à temps partiel ou pas du tout. Le modèle égalitaire — père et mère à temps partiel — est l'exception. Entre-temps, le taux d'activité des mères a nettement augmenté au cours des 30 dernières années, passant d'environ 60 à 80%. Mais l'enquête sur les forces de travail montre aussi qu'une mère sur cinq travaillant à temps partiel augmenterait son temps de travail si elle le pouvait.

Les réactions du monde politique et économique

Les conclusions de Josef Zweimüller suscitent les réactions attendues de la part des politiques: les opposants au subventionnement des crèches (surtout l'UDC) se voient confortés, les partisans répliquent par des études qui renforcent leur position.

L'Union patronale suisse est favorable au subventionnement des crèches, mais dans une version allégée. L'économiste en chef Simon Wey déclare qu'il ne fait aucun doute que les normes en matière de genre doivent également être modifiées. Et de conclure:

«Indépendamment de la norme de genre, la mère ou le père n'iront plus travailler si le revenu généré par le travail supplémentaire est absorbé par les coûts trop élevés des crèches»
Les fromages suisses, la vie ❤️
1 / 10
Les fromages suisses, la vie ❤️
partager sur Facebookpartager sur X
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Motion déposée pour interdire les relations sexuelles entre enseignants et élèves
Une proposition législative vise à prohiber explicitement les liaisons intimes entre le corps enseignant du secondaire 2 et les élèves majeurs dans les établissements postobligatoires.

Dans le canton de Vaud, une motion veut interdire toute relation sexuelle entre enseignants et élèves majeurs à l'école postobligatoire. Porté par le député écologiste Yannick Maury et soutenu par des élus de tous partis, le texte a été déposé cette semaine au Grand Conseil.

L’article