faible pluie
DE | FR
1
Suisse
Femmes et AVS

AVS 21: «Le combat continue» après le résultat de la votation

Des avions en papier ont
AVS 21: le peuple suisse a voté en faveur de l'augmentation de l'âge de la retraite des femmes à 65 ans et de la TVA.Image: sda
Femmes et AVS

«Nous n'allons pas attendre 30 ans avant d'améliorer les rentes»: le combat continue

Le peuple a dit «oui» à 50,6% à l'augmentation de l'âge de la retraite à 65 ans pour les femmes et à la hausse de la TVA. Des résultats plus serrés que ce qui avait été annoncé dans les sondages. Entretien avec Gabriela Medici (Union syndicale suisse), qui a fait campagne contre la réforme.
25.09.2022, 19:0426.09.2022, 08:56
Suivez-moi

Jusqu'à 16h30 environ, les résultats sur la votation AVS21 n'étaient pas totalement tombés. Le combat était serré. Les chiffres ont finalement été annoncés: le peuple suisse a voté en faveur de l'augmentation de l'âge de la retraite des femmes à 65 ans et de la TVA.

Un dimanche fort d'émotion pour Gabriela Medici, responsable politique sociale et prévoyance vieillesse au sein de l'Union syndicale suisse (USS). Avec les syndicats et les partis de gauche notamment, elle fait campagne, depuis plus d'un an, contre la réforme de l'AVS. Entretien.

Gabriela Medici
Gabriela MediciImage: Union syndicale suisse

Les résultats étaient très serrés, jusqu'à la dernière minute...
C'était une journée très émotionnelle. Nous espérions que ça soit plus serré que ce que les sondages disaient, mais nous ne nous attendions pas à cette tension jusqu'à la fin.

Les Suisses ont soutenu la réforme de l'AVS à seulement 50,6%. Que penser de ce chiffre?
Le sujet reste très important et sensible pour la population. Aujourd'hui, nous avons besoin d'une amélioration et donc d'une augmentation des rentes.

On a vu une différence claire entre les cantons romands et alémaniques. Comment l'expliquer?
Je suis moi-même d'origine suisse-allemande. Pour moi, ce qui a été flagrant durant cette campagne, c'était son traitement médiatique. En effet, j'ai trouvé que les grands médias suisses-allemands étaient favorables au «oui», et que les rédactions se sont exprimées en faveur de la réforme AVS. Avec les associations patronales et économiques en revanche – qui étaient également majoritairement pour AVS21 – nous acceptions mutuellement nos arguments respectifs. Et puis, j'ai également observé qu'en votant «oui», les personnes croyaient voter en faveur de l'égalité, c'est-à-dire la retraite au même âge pour tout le monde.

On a aussi observé un «Gendergraben», c'est-à-dire un fossé dans le vote des électeurs masculins et féminins.
Les femmes ont majoritairement voté contre l'augmentation de l'âge de la retraite. Ces différences entre les genres rappellent que nous devrons continuer à lutter pour obtenir ce que nous méritons (ici, par exemple, des rentes justes pour toutes). Aujourd'hui en Suisse, nous avons un grave problème d'inégalités entre hommes et femmes sur le montant des revenus et des retraites, et on ne peut plus le nier. C'est là-dessus que nous devrons désormais travailler.

Retour sur les chiffres
Comme le rappelle le dernier rapport du Conseil fédéral sur les inégalités salariales entre les femmes et les hommes, «la Suisse connaît toujours des différences sexospécifiques, notamment pour ce qui est des revenus provenant du travail rémunéré et de la prévoyance vieillesse». En 2018, l’écart salarial moyen entre femmes et hommes se situait à 19% (moyenne arithmétique). Des disparités qui sont dues à la manière dont participent les femmes au marché du travail (elles travaillent plus fréquemment à temps partiel par exemple), aux effets du modèle familial et du mode de vie.

Elles ont en effet plus tendance à devoir concilier leur activité professionnelle avec l'éducation des enfants et les tâches domestiques, ou la prise en charge de membres de la famille ou de tiers (le travail dit de «care»). De ce fait, elles effectuent nettement plus d’heures de travail non rémunéré que les hommes. Ces derniers investissent, en revanche, beaucoup plus d’heures dans le travail rémunéré.

Ce travail non rémunéré des femmes représentait 315 milliards de francs en 2016, ainsi que des pertes de revenu subies toute leur vie. Elles touchent ainsi un tiers de rentes en moins que les hommes.

Pour vous, quelle est la suite?
Une initiative a été déposée au Parlement pour une 13ème rente AVS. Nous aimerions également que la question de la réforme du 2ème pilier revienne au coeur des discussions. Nous n'allons plus attendre 30 ans avant d'améliorer les rentes. Finalement, demain, l'augmentation du niveau des rentes sera discutée au Conseil des Etats, pour faire suite à l'inflation.

Malgré la défaite d'aujourd'hui, est-ce que vous êtes fière de la campagne menée?
Bien sûr. Au sein de l’USS, j'ai porté cette campagne dès le début. Par exemple, nous avons lancé notre pétition en ligne en janvier 2021. Nous avons également eu un fort soutien de la part des membres des syndicats, des partis de gauche (le Parti socialiste et les Verts notamment) et des collectifs féministes. Le camp du «non» était composé d'une grande coalition. Mais je ne peux pas dire que je suis contente de ce résultat, car je pense à toutes ces femmes qui, une fois arrivées à l'âge de la retraite, vont subir une péjoration de leurs rentes.

«Pour nous, le combat continue»

#justiceformasha: colère sur les réseaux après la mort de Masha Amini

Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Mais qui est Elisabeth Baume-Schneider? Elle va s'expliquer
«Je sais que je suis solide sur mes dossiers et que j'arrive à les incarner émotionnellement en étant proche des gens», témoigne la socialiste. Elle nous en dit plus sur sa personnalité et sa manière d'agir politiquement.

La Jurassienne Elisabeth Baume-Schneider va «expliquer qui elle est» et «comment elle travaille» pour convaincre l'Assemblée fédérale de voter pour elle dans la course à la succession de la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga. La socialiste dit aimer débattre et expliquer ses racines.

L’article