larges éclaircies
DE | FR
Suisse
Femmes

Ce que les femmes ont obtenu depuis la dernière grève féministe

Voici ce que les femmes ont obtenu depuis la dernière grève féministe

Des femmes manifestent lors de la journee internationale pour les droits des femmes ce vendredi 8 mars 2019 a Lausanne. Le 14 juin prochain il y aura une greve feministe en Suisse. (KEYSTONE/Jean-Chri ...
La grève féministe de 2019.Image: KEYSTONE
La grève féministe de 2019 a été suivie par l'entrée de nombreuses femmes au Parlement lors des élections d'automne. La part des femmes au Conseil national est passée à 42%. Qu'est-ce qui a changé depuis? Un petit bilan.
14.06.2023, 12:1914.06.2023, 18:51
Doris Kleck / ch media
Plus de «Suisse»

Lorsque les femmes ont fait grève en 2019, le Parlement a interrompu ses délibérations. Au Parlement, la bière de la grève a été servie par le brasseur et conseiller national du Centre Alois Gmür. Et devant le Palais fédéral, des conseillères fédérales se sont également présentées en violet. Quatre ans plus tard, l'euphorie n'est plus tout à fait la même. Les activités du Conseil se dérouleront normalement. Et parmi les conseillères fédérales, seule Elisabeth Baume-Schneider (PS) ira, aujourd'hui, à la rencontre des femmes sur la Place fédérale.

Pourtant, la conseillère nationale PLR saint-galloise Susanne Vincenz-Stauffacher portait un pantalon tirant sur le rose hier. Elle a gardé le haut de la même couleur pour ce mercredi: le jour de la grève féministe. La présidente des Femmes PLR se détache ainsi de la grève. Les femmes libérales-radicales ne font pas la grève en tant que telle, mais elles ont aussi leurs actions.

Susanne Vincenz-Stauffacher, FDP-SG, links, diskutiert mit Kurt Egger, GP-TG, an der Sommersession der Eidgenoessischen Raete, am Dienstag, 13. Juni 2023 im Nationalrat in Bern. (KEYSTONE/Alessandro d ...
Susanne Vincenz-StauffacherImage: KEYSTONE

En effet, le mouvement divise plus les femmes cette année qu'en 2019. Le mouvement était alors plus largement soutenu. Le camp bourgeois est, en effet, gêné par la rhétorique de la lutte des classes. Leur argument principal est qu'en 2019, la proportion de femmes au Conseil national est passée à 42%. Cela a donc eu des répercussions et la colère n'est plus nécessaire. La législature actuelle est un succès pour les femmes, selon les critiques de la grève.

Est-ce vraiment le cas?

Des avancés et un recul pour la gauche

La question s'adresse à la coprésidente du PS Mattea Meyer. La Zurichoise cite effectivement deux grandes avancées – et un recul. Selon elle, la réforme du droit pénal en matière sexuelle – «Non c'est non» – est un pas de géant, rendu possible grâce à la pression de la rue et à la collaboration avec les parlementaires de droite.

Mattea Meyer cite le financement des crèches comme deuxième progrès vers une meilleure conciliation. Le Conseil national a alloué 710 millions de francs pour réduire les tarifs des crèches. Il manque, toutefois, encore l'approbation du Conseil des Etats – un obstacle de taille.

Mattea Meyer, Nationalraetin ZH, Co-Praesidentin SP Schweiz, spricht waehrend einem Point de Presse der SP zur Reform der beruflichen Vorsorge, am Donnerstag, 12. Januar 2023 im Bundeshaus in Bern. (K ...
Mattea Meyer.Keystone

Pour la conseillère nationale PS, la prévoyance vieillesse constitue une régression. L'âge de la retraite des femmes a été relevé, mais leurs rentes n'ont pas été améliorées. C'est justement sur ce point qu'il y a une rupture. La réforme de la prévoyance professionnelle avec la baisse de la déduction de coordination avait été désignée par l'organisation faîtière des femmes Alliance F comme l'un de ses objectifs de législature.

Ce que pense la droite

Le bilan de la législature a donc toujours une coloration partisane. Pour la conseillère aux Etats libérale-radicale Johanna Gapany, par exemple, il est essentiel que l'introduction de l'imposition individuelle soit en bonne voie. Le Conseil fédéral présentera bientôt un message à ce sujet – sur mandat du Parlement. L'Alliance des femmes avait déjà fait jouer ses forces lors de la planification de la législature.

Le droit pénal en matière sexuelle, le financement des crèches, le congé paternité, l'imposition individuelle: ce sont de gros dossiers. Nombreux sont aussi les sujets plus modestes, mais tout aussi pertinents, où l'évolution des rapports de force est visible. Par exemple, la mise en place d'une hotline 24 heures sur 24 pour les victimes de violence domestique. Ou le mandat donné au Conseil fédéral pour que les maladies et les troubles spécifiques aux femmes fassent l'objet de recherches plus ciblées. «C'est la médecine de genre», explique Susanne Vincenz-Stauffacher:

«Pour cela, les hommes nous auraient ri au nez il y a encore quatre ans»

Avant chaque voix féminine comptait

Lors de la législature précédente, lorsqu'il s'agissait de questions dites «féminines», les femmes ont dû se battre pour obtenir chaque voix. Lors du vote sur les analyses salariales dans les entreprises, par exemple, la conseillère nationale Verte, Irène Kälin, a dû être rappelée au Parlement depuis son congé de maternité pour atteindre une majorité.

Ces enjeux serrés ne se font aujourd'hui plus sentir. Aline Trede, la cheffe du groupe parlementaire des Verts, constate également des améliorations de l'ambiance générale. Il y a plus de femmes dans la commission de l'environnement:

«Avec des équipes mixtes, il est plus facile de trouver un consensus»

Des femmes actives en politique environnementale dans les rangs bourgeois, comme Susanne Vincenz-Stauffacher ou Priska Wismer-Felder (Centre/LU), auraient contribué de manière déterminante à ce que le Parlement mène une politique plus respectueuse de l'environnement.

Elles dénoncent le sexisme en politique

Vidéo: watson

Traduit et adapté de l'allemand par Tanja Maeder

La première grève féministe de Suisse le 14 juin 1991
1 / 12
La première grève féministe de Suisse le 14 juin 1991
La première grève des femmes* de Suisse avait impliqué plus de 500 000 femmes à travers le pays.
source: keystone
partager sur Facebookpartager sur X
Ce 14 juin, elles dénoncent le sexisme en politique
Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Le ras-le-bol des Suisses risque de tuer un mythe
Ce dimanche, la 13ᵉ rente AVS pourrait être acceptée par les Suisses. Un «oui» qui exprimerait un changement radical dans la philosophie helvétique.

Dimanche, nous serons fixés sur le sort de l'initiative populaire de l'Union syndicale suisse pour une 13ᵉ rente AVS. Elle a de réelles chances d'être acceptée par le peuple. Un résultat qui aurait tout d'historique.

L’article