larges éclaircies
DE | FR
Suisse
grève

Grève Swiss: Votre vol va-t-il être annulé? On fait le point

Grève chez Swiss: votre vol va-t-il être annulé? On fait le point

Swiss Airlines, filiale de Lufthansa, révèle quelles destinations internationales figurent sur une liste de nouvelles lignes long-courriers.
Image: sda
La compagnie aérienne Swiss, du groupe Lufthansa, pourrait faire grève cet automne. Mais à l'approche des vacances scolaires, une telle décision pourrait avoir de lourdes conséquences.
18.10.2022, 16:51
Benjamin Weinmann / ch media
Plus de «Suisse»

La probabilité d'une première grève au sein de la plus grande compagnie aérienne suisse n'a jamais été aussi élevée. Ce week-end, l'association des pilotes Aeropers a annoncé que 93,7% de ses membres s'étaient prononcés en faveur d'un éventuel arrêt de travail lors d'un vote interne. Et maintenant, que va-t-il se passer? Quels sont les risques pour les passagers? Et une grève pourrait-elle encore être évitée? Voici ce que vous devez savoir.

Pourquoi en est-on arrivé là?

En février 2021, Swiss a résilié la convention collective de travail (CCT) de ses pilotes après avoir rompu des mois de négociations pour faire face à la crise du Covid. La compagnie exigeait des concessions de la part de l'équipage afin de compenser les pertes subies suite à la pandémie. En d'autres termes, la CCT n'était pas assez résistante à la crise. Elle est tout de même restée en vigueur jusqu'au printemps de cette année, mais depuis avril, les pilotes volent à travers le monde sans contrat.

Aeropers a qualifié la résiliation du contrat comme étant «un signe inquiétant» de l'engagement de l'entreprise envers ses pilotes. Ceci d'autant plus que pendant la pandémie, Lufthansa avait été très conciliante avec la mise en place de mesures temporaires.

Pourquoi n'y a-t-il pas eu d'accord jusqu'à présent?

Après la résiliation de la CCT par Swiss, de nouvelles négociations ont eu lieu et un accord a été brièvement trouvé, mais retiré par la compagnie depuis. Le problème selon certains initiés? Le directeur de la compagnie aérienne, Dieter Vranckx, a laissé à ses managers une trop grande marge de manœuvre et trop de temps dans les négociations, au lieu de s'imposer plus tôt et de s'asseoir lui-même à la table des négociations.

D'autres voix parlent de dissensions et de désaccords au sein de la direction elle-même. Ce n'est que très, voire trop tard, qu'une rencontre au sommet a eu lieu entre Dieter Vranckx et le président d'Aeropers, Clemens Kopetz. Bien que les négociations aient présenté quelques signes positifs, la rencontre n'a pas apporté de solution favorable pour les deux camps. Résultat, de nouvelles discussions entre les deux présidents sont prévues les 22 et 23 octobre prochain.

Quels risques pour les passagers?

La question de savoir si les prochains vols prévus seront touchés par cette situation est légitime. Voici ce que l'on sait.

Tout va dépendre de la prochaine discussion entre les deux présidents. Si un accord entre Aeropers et Swiss n'est pas trouvé le 23 octobre prochain, l'association des pilotes de Swiss s'est engagée à communiquer sur la suite des événements dès le lendemain, soit le 24 octobre. Problème, les vacances d'automne approchent à grands pas, notamment dans les cantons de Genève, Fribourg, Tessin et Vaud.

Si grève il y a, qu'adviendrait-il de votre billet?

Des centaines de vols pourraient donc être annulés et des milliers de passagers seraient concernés par cette grève. Swiss devrait alors modifier la réservation des clients concernés ou leur rembourser leur billet. Mais le problème n'est pas là. En effet, le droit à une indemnisation supplémentaire n'existe en général que si un vol est annulé moins de 14 jours à l'avance. Et en temps de grève, difficile de prévoir le déroulement des choses.

Selon l'Office fédéral de l'aviation civile (Ofac), le droit à une compensation existe lorsque le montant est de:

  • 250 euros pour les vols de moins de 1500 kilomètres.
  • 400 euros pour les vols d'une distance comprise entre 1500 et 3500 kilomètres.
  • 600 euros pour les vols de plus de 3500 kilomètres.

Les compagnies aériennes peuvent réduire de moitié cette indemnisation si le voyage avec un vol alternatif n'est pas retardé de plus de 2, 3 ou 4 heures, selon la distance. En cas de retards importants, les compagnies aériennes doivent, selon l'Ofac, proposer des repas, voire, une nuit d'hôtel. Si le retard est supérieur à cinq heures, le passager a le droit de demander un remboursement.

Cette grève chez Swiss serait-elle une première?

En effet, cette grève serait la première chez Swiss. Depuis sa création il y a 20 ans, la compagnie aérienne suisse n'a jamais connu de conflit. Mais il y a quelques années, les pilotes ont déjà frôlé la catastrophe. Là aussi, il s'agissait de négociations CCT avec Harry Hohmeister, alors directeur de Swiss et aujourd'hui manager de Lufthansa. Mais un accord a été trouvé à la dernière minute, comme l'attendent aujourd'hui la plupart des pilotes et comme l'espèrent les passagers et les agences de voyages.

Les pilotes de Swiss suivent-ils la tendance lancée par Eurowings?

Eurowings est en grève, et ce, jusqu'à mercredi au moins. Mais le contexte chez Swiss est différent: les discussions et négociations se caractérisent principalement par le mécontentement général qui s'est accumulé au cours des deux dernières années. La faute n'en revient pas seulement à la pandémie, mais aussi au comportement de la direction de la compagnie aérienne qui, pendant la crise, n'a pas toujours agi de manière adéquate.

Plusieurs éléments entrent en compte dans le ras-le-bol général des employés, par exemple:

  • L'industrie des agences de voyages reproche à la compagnie aérienne son arrogance.
  • L'équipage se révolte en portant un pin's représentant un citron pressé: une manière de communiquer son ras-le-bol.
  • L'image de la compagnie aérienne qui se veut premium a également souffert auprès de la clientèle.
«Il s'agit pour nous d'obtenir des plans d'intervention socialement acceptables, d'obtenir une rémunération équitable, mais surtout de retrouver de l'estime pour notre profession et notre engagement quotidien, car celle-ci a été négligée ces dernières années.»
Un pilote de Swiss

Les grèves sont-elles plus fréquentes en Suisse?

Les Suisses ne sont pas un peuple enclin à la grève. En 2017, une étude de l'Institut de sciences économiques et sociales de Düsseldorf a conclu qu'entre 2006 et 2015, les Suisses n'ont cessé le travail que deux jours ouvrables pour 1000 employés par an. En Suède, ce chiffre était de cinq, en Pologne, de six et aux Etats-Unis de sept. Sans surprise, c'est la France qui s'est sont montrée les plus enclins à faire grève, avec 123 jours au total.

Pourtant, plusieurs grèves ont été annoncées ces derniers temps. La semaine dernière, les trams et les bus n'ont pas circulé à Genève pendant deux jours en raison d'une grève du personnel. Les fonctionnaires des autorités cantonales ont l'intention de faire de même très bientôt, comme ils l'ont annoncé.

«Mayday, Mayday, Mayday!»: un vol de Swiss lance un appel de détresse
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le PLR vient de perdre ses 2 vice-présidents romands
Johanna Gapany et Philippe Nantermod ne brigueront pas un nouveau mandat de vice-présidence du PLR Suisse. Le parti cherche déjà leurs successeurs.

La conseillère aux Etats Johanna Gapany (FR) et le conseiller national Philippe Nantermod (VS) renoncent à se représenter pour un nouveau mandat à la vice-présidence du PLR Suisse. Le parti a déjà lancé le processus pour leur trouver des successeurs.

L’article