Suisse
Harcèlement

Genève Aéroport: virée pour avoir dénoncé des messages WhatsApp

Genève aéroport: virée pour avoir dénoncé des messages WhatsApp
Une ex-employée de l'aéroport de Genève a dénoncé un groupe WhatsApp professionnelImage: Shutterstock

Genève aéroport: enquête sur un groupe WhatsApp graveleux et raciste

Une employée de Genève Aéroport a dénoncé un groupe WhatsApp dans lequel, selon elle, ses collègues partageaient des images et remarques à caractère raciste et sexiste. Elle a été licenciée pour «rupture du lien de confiance».
20.01.2023, 18:5521.01.2023, 18:02
Plus de «Suisse»

La limite entre les discussions publiques et privés est parfois ténue sur les groupes WhatsApp, surtout s'il s'agit d'un groupe dans lequel se trouvent vos collègues. Il suffit de se souvenir de l'affaire Christian Lüscher et de ses remarques sexistes pour s'en faire une petite idée 👇🏽.

Mais le cas de cette quadragénaire, ancienne employée de l'aéroport de Genève est significatif de certaines dérives dans le monde professionnel. Ainsi, comme le révèle la Tribune de Genève, une collaboratrice, employée depuis 2007, a dénoncé des «plaisanteries méprisantes au sein du service dès 2019» selon le syndicat qui défend son dossier. Une procédure pénale et une enquête interne plus tard, résultat des courses: ordonnance de non-entrée en matière.

Que s'est-il passé?

Selon La Tribune de Genève, la collaboratrice employée depuis 2007 tente de revaloriser son poste depuis plusieurs années, sans succès, puis elle se retrouve en congé maladie durant plus d'un an, selon le syndicat SSP Aéroport. C'est à son retour au travail, après son arrêt, qu'elle demande de changer de service évoquant un «climat de travail hostile». Elle révèlera à son employeur l'existence d'un groupe WhatsApp, dont sa cheffe est également membre et dans lequel «sont échangés des images à caractère raciste et sexiste» selon son avocate Me Laïla Batou. La quadragénaire obtient un nouvel entretien auprès de son employeur, mais dans l'intervalle, il lui annonce la suppression de son poste.

De quelles images parle-t-on?

Le quotidien genevois a consulté les images incriminées.

On trouve notamment des dessins d’un couple en train de pratiquer l’acte sexuel, celui d’une mère dite «célibataire» en train de prendre des poses suggestives, des comparaisons de poitrines féminines, une photo de deux jeunes femmes dénudées avec la mention «A partir de 2020, les 2002 seront majeures»
La Tribune de Genève

Il poursuit en évoquant des images qui tournent en dérision certaines nationalités, dont des Chinois ou des Portugais. Les collègues qui fréquentaient le groupe s'étaient aussi moqués de personnes en situation de handicap.
(L'article ci-dessous vous rappelle ce qui est punissable ou non dans un groupe WhatsApp 👇🏽)

Non-entrée en matière

L'aéroport de Genève a effectué lui-même une dénonciation pénale. Ainsi, l'une des images dénoncées par l'employée «évoquerait des rapports sexuels avec des mineurs», une enquête de police est menée, les collègues sont auditionnés, mais la justice a conclu qu'il n'y a rien de pénalement répréhensible. La justice a donc rendu une ordonnance de non-entrée en matière. Une enquête interne sera aussi lancée par l'aéroport et a déterminé l'absence de harcèlement et «l'inexistence d'images racistes ou sexuelles stigmatisant et les femmes noires». Le rapport d'enquête explique aussi que les images sont «sans particularité »et reflètent « le quotidien d'une équipe soudée».

Le groupe, utilisé pour échanger des informations professionnelles, servait surtout «de plateforme d’échange entre ses membres, voire d’exutoire».
Tribune de Genève

Commission de recours saisie

L'avocate représentant l'ancienne employée explique que l'enquête a été «menée à l'envers», car l'employée ayant été auditionnée après les personnes mises en cause vu ses problèmes de santé. Maître Laïla Batou compte toutefois saisir la commission de recours de l'aéroport, ajoutant:

«Il est invraisemblable qu’on puisse encore qualifier des messages stigmatisant les femmes et les étrangers et envoyés dans le cadre professionnel comme «sans particularité».
Laïla Batou, avocate de la victime, citée dans la Tribune de Genève

Du côté de la direction de l'aéroport de Genève, on ne fait aucun commentaire, mais on conteste toutefois le motif et les circonstances du licenciement de son ex-employée.
(cru)​

La première grève féministe de Suisse le 14 juin 1991
1 / 12
La première grève féministe de Suisse le 14 juin 1991
La première grève des femmes* de Suisse avait impliqué plus de 500 000 femmes à travers le pays.
source: keystone
partager sur Facebookpartager sur X
Sonia Grimm, engagée contre la violence sur scène et en politique
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
C'était un peu la gabegie dans la région du Gothard samedi
Il fallait s'armer de patience pour franchir le Gothard en voiture samedi. Un embouteillage de près de douze kilomètres s'est formé à l'entrée nord. Dans le canton d'Obwald, tous les tunnels ont été temporairement fermés. La faute à des problèmes techniques et aux intempéries.

Le temps d'attente à la mi-journée s'élevait à près de deux heures, a indiqué le TCS sur X. Les bouchons sont de plus en plus fréquents en fin de semaine au Gothard.

L’article