DE | FR

Mia, retrouvée à Sainte-Croix, a été remise à sa grand-mère

L'ancienne usine Reuge est le squat où ont été retrouvées Mia et sa mère, dimanche, à Sainte-Croix, dans le canton de Vaud
L'ancienne usine Reuge est le squat où ont été retrouvées Mia et sa mère, dimanche, à Sainte-Croix, dans le canton de Vaud keystone
Mia, la fillette de 8 ans enlevée la semaine passée dans l'est de la France et retrouvée saine et sauve dimanche dans un squat suisse, a été remise lundi à sa grand-mère.
19.04.2021, 19:0420.04.2021, 15:12

La petite fille qui était portée disparue «a retrouvé sa grand-mère aujourd'hui» dans un endroit qui a été tenu secret, a-t-on appris auprès de la gendarmerie française.

La fillette avait été enlevée mardi dernier à la demande de sa mère par plusieurs hommes alors que l'enfant était hébergée chez sa grand-mère maternelle aux Poulières, un village vosgien. Sa mère n'avait plus le droit de la voir seule ni de lui parler au téléphone.

Une alerte enlèvement avait rapidement été diffusée et d'importants moyens policiers, en France et dans plusieurs pays frontaliers, ont permis de la retrouver dimanche matin avec sa mère en Suisse, dans un squat de la commune de Sainte-Croix, dans le canton de Vaud.

«Enlèvement en bande organisée»

Les cinq hommes qui ont organisé son kidnapping sont poursuivis pour «enlèvement en bande organisée d'une mineure de (moins de) quinze ans et association de malfaiteurs». Quatre d'entre eux ont été placés en détention.

Lola Montemaggi, la mère de la fillette, ainsi qu'un ressortissant français l'ayant aidée en Suisse, sont quant à eux en détention dans le canton de Vaud dans l'attente d'une procédure d'extradition. (ats/hkr)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Greenpeace veut interdire la pub pour la viande, le lait et les œufs en Suisse
La publicité pour les produits d'origine animale est «manipulatrice» et contredit les objectifs de durabilité, critique Greenpeace. L'organisation écologiste veut les interdire en Suisse. Il ne devrait y avoir des exceptions que pour les magasins de la ferme.

L'Office fédéral de l'agriculture soutient des organisations telles que Swissmilk ou Proviande à hauteur de près de 40 millions de francs par an. Avec cette soi-disant promotion des ventes de lait ou de viande d'origine suisse, ces organisations interprofessionnelles tentent de stimuler le chiffre d'affaires des agriculteurs locaux, fortement orientés vers l'élevage.

L’article