DE | FR
La décision de confiner les personnes non vaccinées fragilise la solidarité et pointe des coupables du doigt. Le peuple autrichien en est furieusement conscient, lui qui manifeste dans les rues depuis le début de la semaine.
La décision de confiner les personnes non vaccinées fragilise la solidarité et pointe des coupables du doigt. Le peuple autrichien en est furieusement conscient, lui qui manifeste dans les rues depuis le début de la semaine.Image: shutterstock
Commentaire

Non vaccinés et assignés à résistance

Les gouvernements les ont dragués, conseillés, priés pour qu'ils se vaccinent. Les voilà confinés jusqu'à nouvel ordre. Avec ce coup de canif dans l'éthique, c'est le concept même de solidarité contre la pandémie qui trinque. Sans compter que la colère dispose désormais d'une autoroute pour s'exprimer.
16.11.2021, 18:0716.11.2021, 19:23
Suivez-moi

Nous avons un peu vite oublié que la vie quotidienne des Autrichiens est à l'étroit depuis le 8 novembre déjà: pas de resto, pas de coiffeur, pas de concerts sans une vaccination complète ou une guérison de moins de six mois. Cette fameuse 2G qui n’est pas (encore) tout à fait sur la table des négociations en Suisse. Mais les nouvelles injonctions déposées lundi sur les épaules des Autrichiens non vaccinés piquent les yeux:

«Aller travailler moyennant un test est autorisé, tout comme acheter de la nourriture et s’aérer physiquement et mentalement»

Ceux qui ne se sont pas encore approchés d’une fiole de vaccin sont confinés. Jusqu'à nouvel ordre. Et des contrôles seront réalisés. Oui, on se croirait retombés en 2020. Lockdown is back. A la différence que les restaurants, les coiffeurs, les théâtres, eux, sont toujours bien ouverts et que les citoyens ayant obéi à l’intimation vaccinale peuvent continuer de s’y rendre.

Résultat: une tranche non négligeable de la population autrichienne est désormais réduite à sa seule force de travail, tandis que les bons élèves pourront acheter leurs cadeaux de Noël avec du vin chaud dans les moufles sans avoir à engraisser Jeff Bezos.

Les citoyens autrichiens sont, pour la première fois depuis le début de la pandémie, en mesure de pointer le coupable du doigt. A même la rue. «Lui, il n'est pas vacciné.» Bonne ambiance. De celles qui consistent à dire «Partez devant, je vais vous ralentir».

«Cet hiver va être un hiver pour ceux qui ont des anticorps… Pour les autres, ça sera plutôt un hiver solitaire et rude»
Alexander Schallenberg, chancelier autrichien

Le chancelier s'est défendu bec et ongles de vouloir diviser son pays en deux. Mais ce qui ressemble de loin à une punition est bel et bien une punition. Et le peuple autrichien en est furieusement conscient, lui qui manifeste dans les rues depuis le début de la semaine.

Enfermer les citoyens parce qu'ils sont «coupables» de naïveté immunologique, c'est faire preuve de naïveté démocratique. Et nul besoin d'être farouchement anti-vaccin pour le regretter. Une décision qui, même en cas de rebond miracle du taux de vaccination autrichien, ne sera rien d'autre qu'un coup de canif dans l'éthique.

On ne se serre plus les coudes?

«Sortons de la pandémie ensemble», scandait Guy Parmelin en lançant la «Semaine de la vaccination en Suisse». En Autriche, se serrer les coudes, c'est terminé. Le concept de solidarité contre le Covid-19 a sauté avec ce confinement des derniers réfractaires. Certes, la vaccination est une arme fiable et capitale pour combattre le virus. Mais l'éthique et la solidarité lui permettent de maintenir un pays en paix.

Lundi, le gouvernement autrichien n'a pas seulement tenté de freiner la flambée (dramatique) des cas. Il a donné du fuel à une colère qui, si elle ne se justifiera jamais, ne se contient plus. Dans une Europe où les politiciens, les scientifiques et les journalistes, aussi en Suisse romande, sont menacés de mort. Punir les citoyens non vaccinés en les assignant, eux seuls, à résidence, c'est aussi les assigner officiellement à résistance.

Vente d'alcool à la Migros? On a trouvé des produits bien plus punk

L'actu chaude sur le Covid-19

Parmelin appelle à la 3ᵉ dose pour tout le monde, 5 questions que cela soulève

Link zum Artikel

Voici la seule bonne idée de la «Semaine de la vaccination»

Link zum Artikel

Exclure du certif' les personnes testées? L'idée ne convainc pas en Suisse

Link zum Artikel

Un club genevois offre une fellation à chaque nouveau vacciné

Link zum Artikel
Fin du port du masque à l'école: le point par canton en Suisse romande
Fin du port du masque, fin des tests, reprise des camps de ski: plusieurs cantons romands ont annoncé jeudi des allègements des règles sanitaires à l'école. Voici tous les détails.

Le canton de Fribourg abandonnera l'obligation de porter le masque à l'école en deux étapes. Les élèves de l’école primaire ne seront plus tenus de l'arborer dès lundi, alors que ceux du cycle d'orientation devront attendre le 14 février.

L’article