DE | FR
Image: Keystone
Interview

«Le vaccin est important, mais il ne peut résoudre le problème à lui seul»

L'experte en soins Bianca Schaffert affirme que la situation n'est pas encore aussi grave que l'année dernière. Pour elle, la vaccination n'est pas le seul moyen de lutter contre le Covid-19.
14.12.2021, 05:1214.12.2021, 07:38
nina fargahi / ch media

Bianca Schaffert travaille comme experte en soins au service des urgences d'un hôpital régional du Plateau. Elle est également vice-présidente de la Commission centrale d'éthique de l'Académie des sciences médicales.

Vous travaillez en tant qu'infirmière de première ligne. Quelle est la situation dans les hôpitaux?
Bianca Schaffert: Le nombre de patients Covid est en augmentation. Au cours des dernières semaines, environ 40% des patients ont été vaccinés et 60% n'ont pas été vaccinés. Cela correspond aux chiffres publiés par la direction de la santé pour l'ensemble du canton de Zurich. Dans les unités de soins intensifs, environ cinq patients sur six atteints du Covid ne sont pas vaccinés. Depuis que le variant Delta domine, de nombreux patients âgés de 30 à 50 ans, sans antécédents médicaux, se rendent également aux soins intensifs. En outre, comme chaque hiver, nous prenons en charge de très nombreux autres patients sans Covid. Il est très difficile de satisfaire tout le monde à tout moment.

La situation est-elle aussi grave que l'année dernière?
Non, mais si nous ne parvenons pas à faire baisser rapidement les taux de contamination quotidiens, nous pourrions en arriver là dans quelques semaines. Il faut toujours garder à l'esprit que les personnes contaminées aujourd'hui ne seront testées positives que dans 5 à 7 jours et qu'en cas d'évolution grave, elles ne seront hospitalisées que 5 à 7 jours plus tard. Cela signifie que les patients Covid que nous traitons et soignons actuellement ont déjà été infectés il y a plus de 10 jours et que le nombre de cas d'aujourd'hui détermine le nombre de patients à l'hôpital dans les semaines à venir. Cependant, nous n'avons pas les mêmes ressources que l'an dernier.

Vous faites allusion au manque de personnel?
Oui, de nombreux facteurs entrent en jeu. D'une part, selon l'Association suisse des infirmières et infirmiers, environ 10% du personnel soignant a démissionné. Ensuite, nous avons actuellement des arrêts maladie et du personnel qui se trouve en isolement ou en quarantaine. Certains d'entre eux sont en rupture de vaccins. En outre, le personnel en place est fatigué et il est pesant de ne pas voir la fin de cette situation chargée. L'année dernière, pendant le confinement, il était également plus facile de trouver du personnel d'assistance supplémentaire. Beaucoup de gens étaient assis chez eux et voulaient faire quelque chose d'utile.

Maintenant, on parle souvent d'un éventuel tri des malades si les lits de soins intensifs devaient se faire rares. Est-ce également un sujet de préoccupation dans votre hôpital?
Nous pouvons actuellement exploiter tous les lits IPS certifiés, alors que certains hôpitaux ont fermé des lits IPS et des services de lits en raison d'un manque de personnel. Avant que le triage ne devienne un thème, d'autres mesures sont d'abord appliquées. Par exemple, l'exploitation de lits de surveillance supplémentaires dans la salle de réveil, le transfert plus précoce de patients des soins intensifs vers le service des lits ou le report d'opérations. Certaines opérations planifiées peuvent être reportées. On ne peut pas planifier les patients qui arrivent par les urgences, et donc nous ne pouvons pas gérer l'occupation des lits.

Il y a encore des gens qui ne sont pas convaincus par la vaccination. Que leur dites-vous?
Nous voyons clairement que l'évolution des patients vaccinés est moins grave que celle des patients non vaccinés. Ils se rétablissent plus rapidement, ils sont généralement plus stables pendant la phase de maladie et ont moins souvent des évolutions graves lorsqu'ils tombent malades. C'est très simple: ceux qui sont vaccinés partent avec de meilleures chances dans la course contre le Covid. C'est comme pour un marathon: le système immunitaire des personnes vaccinées est entraîné. Celui des personnes non vaccinées doit prendre un départ à froid et, si nécessaire, affronter un long marathon sans entraînement.

Que pensez-vous d'une vaccination obligatoire?
Dans notre culture, la liberté de décider soi-même est considérée comme un bien très précieux. C'est pourquoi l'utilité de la vaccination doit être très élevée pour qu'une obligation de vaccination prescrite par le droit en vigueur soit justifiée comme étant proportionnée. Par ailleurs, il existe des arguments qui peuvent plaider en faveur d'une obligation morale de vaccination et qui font actuellement l'objet d'un vif débat dans la société, afin d'éviter de nombreuses souffrances, de réduire les coûts et de rendre à nouveau la vie des gens plus facile. Il est également important de reconnaître que, d'une part, la vaccination contribue énormément à soulager le système de santé, mais que, d'autre part, elle ne peut pas résoudre à elle seule le problème du Covid:

«Les nombreuses percées avec un potentiel de contagion montrent qu'il est urgent et impératif pour tous – vaccinés et non vaccinés – de respecter des mesures d'hygiène et de sécurité telles que porter correctement le masque, se tenir à distance, faire des tests en cas de symptômes et éviter les grands rassemblements de personnes à l'intérieur.»

La Saint-Martin en mode Covid ça ressemble à ça

1 / 17
La Saint-Martin en mode Covid ça ressemble à ça
source: sda / jean-christophe bott
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Pass sanitaire dans les restaurants, Jour 1: le verdict

Le Covid, les vaccins, tout ça

Faut-il exclure les non-vaccinés? «Ils vivent aux crochets des vaccinés»

Link zum Artikel

Si vous avez des enfants, vous avez plus de risques d'attraper le Covid

Link zum Artikel

«On devrait vacciner les enfants de manière ciblée et individualisée»

Link zum Artikel

Envie de vacances? Voici les mesures et restrictions de vos destinations préférées

Link zum Artikel
Des Suisses ont combattu les nazis et la Confédération les a punis
Des milliers de citoyens et citoyennes suisses ont contribué à la libération de la France pendant l’occupation allemande. C’est pour cette raison que bon nombre d’entre eux furent condamnés en Suisse. Ils pourraient désormais être réhabilités.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, des Suisses et des Suissesses ont participé à la libération de la France: 1730 personnes nées en Suisse sont répertoriées dans les dossiers de la Résistance conservés aujourd’hui au Service historique de la Défense (SHD) du ministère de la Défense et des Armées. Elles s’étaient portées volontaires pour soutenir la Résistance, en France et partout où elle combattait les Allemands, c'est-à-dire au Proche-Orient et en Afrique.

L’article