DE | FR
Image: Montage watson
Interview

Enquête sur Credit Suisse: «Du ressassé» selon Carlo Lombardini

La banque Credit Suisse aurait accepté comme clients de grands criminels durant des années, selon une enquête de plusieurs médias. Interview sans filtre de Carlo Lombardini, avocat et professeur de droit bancaire à l'Université de Lausanne.
21.02.2022, 19:0522.02.2022, 06:30
Suivez-moi

En très résumé, un consortium de 48 médias a révélé dimanche que des banques suisses planquaient l’argent de gens méchants durant le 20e siècle. Oui... et?
Carlo Lombardini: Et rien… C’est du ressassé. Comme cela avait été le cas pour les Swissleaks. Je conçois tout à fait que les pratiques bancaires visées ne correspondent plus à nos valeurs contemporaines. Mais à l’époque, ce n’étaient pas les mêmes règles. La société évolue.

A qui ça fait du mal?
A la place financière suisse.

Credit Suisse ne semble pourtant pas beaucoup en pâtir directement. Sur quel plan la banque helvétique – et les autres – pâtit-elle de ces révélations?
Elle subit d’abord un dégât d’image important.

Un dégât d’image si important que ça? En bourse, ça n’a pas l’air catastrophique, et il est difficile de dire que la population s’émeut de l’affaire.
J’ai en effet l’impression que les gens finissent par en avoir un peu ras-le-bol de ce genre de contenus présentés comme de grandes enquêtes. Là où il y a un danger pour les banques, c’est au niveau politique: la gauche va sûrement se saisir de ce dossier et la droite va certainement se défendre assez maladroitement – nous n’avons pas la droite la plus intelligente du monde.

Qui peut être la source, décrite comme un «lanceur d’alerte»?
On n’a pas affaire à un lanceur d’alerte. Un lanceur d’alerte est quelqu’un qui s’aperçoit qu’une société ne respecte pas le droit et qui avertit alors ses supérieurs. Dans le cas qui nous occupe, on a plutôt affaire à un criminel de droit commun.

A qui profite le crime, du coup?
A tous ceux qui n’aiment pas les banques, c’est-à-dire à beaucoup de monde: certains journalistes, la gauche, l’opinion populaire dans une certaine mesure, et bien sûr surtout les concurrents des banques suisses… Mais je ne suis pas certain qu’il y ait un dessein là derrière.

C’est-à-dire?
Je pense que ces personnes envoient des données à certains médias spécifiques parce qu’elles savent que ces médias vont faire un suivi. Autrement, elles transmettraient leurs infos à un procureur, qui déciderait s’il y a matière à faire une enquête ou pas.

En l’occurrence, est-il probable qu’il y ait une enquête pénale?
Non. Il y a des règles de prescription de 5, 10 ou 15 ans qui s’appliquent. Ici, les faits remontent à des dizaines d’années.

Depuis la modification de la loi sur les banques en 2015, les journalistes suisses risquent une condamnation s’ils écrivent sur des données bancaires volées. On peut lire dans des papiers du groupe Tamedia du week-end – dont l’édito d’Ariane Dayer – et dans le communiqué de Reporters sans frontière Suisse notamment, qu’il s’agit d’un danger pour la liberté de la presse et pour la démocratie. Votre avis à ce sujet?
C’est faux. On peut tout à fait publier des affaires sans identifier les noms. Et si ces données proviennent d’infractions pénales, je ne vois pas pourquoi on les promouvrait.

Depuis la chute du Mur de Berlin, plusieurs événements ont participé à la fin du secret bancaire. Lequel a été le plus déterminant selon vous?
Outre les affaires anti-corruption il y a une trentaine d’années et les attaques américaines, le troisième élément le plus déterminant consiste au fond en un changement de perception: avec la crise financière, l’infraction fiscale, qui était plutôt bénigne, s’est transformée en infraction grave.

La crise ukrainienne en images

1 / 13
La crise ukrainienne en images
source: sda
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Un village espagnol ressurgit des eaux à cause de la sécheresse

Plus d'articles sur la Suisse

Pourquoi la Suisse a-t-elle les trains les plus lents d'Europe?

Link zum Artikel

«Vous vous sentez discriminés», l'enquête de trop à la SSR?

Link zum Artikel

Le piratage de Swissport est plus grave que prévu

Link zum Artikel

Les nouveaux avions F-35 américains de la Suisse pourraient être... italiens

Link zum Artikel

Tabac et internet: interdire la pub qu'aux jeunes, c'est possible?

Link zum Artikel

Berne se prépare contre d'éventuelles pénuries d'électricité

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«J'ai honte de mon pays»: à Genève ce haut diplomate russe en a marre de Poutine
Le conseiller russe auprès des Nations unies à Genève a démissionné avec fracas. Dans une lettre ouverte, il dénonce un système russe dysfonctionnel.

L'ambassadeur russe auprès de l'ONU à Genève, Boris Bondarev, a démissionné de son poste. Il est jusqu'à présent le plus haut diplomate russe à avoir quitté son poste depuis le début de la guerre.

L’article