Suisse
LGBTIQ+

Les attaques contre les non binaires se multiplient en Suisse

Les attaques contre les personnes non binaires se multiplient en Suisse

epa11336241 Swiss singer Nemo (L), the winner of the 68th edition of the Eurovision Song Contest (ESC), arrives at Zurich Airport in Kloten, Switzerland, 12 May 2024. Nemo represented Switzerland with ...
Le chanteur suisse Nemo, vainqueur de la 68e édition du Concours Eurovision de la chanson (ESC), arrive à l'aéroport de Zurich à Kloten, en Suisse, le 12 mai 2024.Keystone
Après l'euphorie de la victoire de Nemo à l'Eurovision, le retour à la réalité est dur. Une nouvelle étude révèle une forte hausse des agressions contre les personnes LGBTIQ en Suisse. Les associations demandent des mesures rapides.
17.05.2024, 16:4817.05.2024, 18:57
Michael Graber / ch media
Plus de «Suisse»

Peu avant 1 heure du matin dimanche, la Suisse exulte après la victoire de Nemo à l'Eurovision. L'artiste non-binaire mérite pleinement son sacre. Seulement voilà, lors de nombreuses autres nuits dominicales, la vie des personnes non binaires se résume à un parcours du combattant. Car que l'on appelle les «hatecrimes», les crimes haineux contre les personnes LGBTIQ ont nettement augmenté en Suisse.

Elles peuvent être lesbiennes, gays, bisexuelles, trans, intersexuées, queer ou non binaires. L'année dernière, le numéro d'assistance dédié a enregistré 305 agressions de ce type. C'est plus du double de l'année précédente. Environ un quart de tous les signalements proviennent de personnes qui se définissent comme non-binaires.

«Cela va des insultes aux agressions physiques», explique Sandro Niederer, de la direction du Transgender Network Switzerland. Parfois, l'irritation se transforme en rejet, voire en haine.

«Notre société est encore souvent dépassée par les individus qui ne peuvent pas être clairement identifiées comme hommes ou femmes»

Pensées suicidaires fréquentes

Les commentaires sur les médias sociaux traduisent de manière affolante cette hostilité. A chaque post sur Nemo, les expressions de joie se mélangent instantanément aux pires injures. «Abominable», «complètement fou», «tout simplement effrayant». Une visibilité accrue conduit également à une haine accrue, analyse Niederer. On verra «dans les prochaines semaines» si la victoire de Nemo profite aux personnes non binaires de Suisse dans leur ensemble.

Actuellement, le succès de Nemo donne également une impulsion aux revendications politiques. Par exemple, celle de l'inscription dans la loi d'un troisième sexe. Pour Sandro Niederer, cela résoudrait plusieurs problèmes. Pour lui, le plus important serait de créer une «meilleure acceptation sociale». «En officialisant les choses, on les rend plus faciles et automatiquement plus visibles», estime le responsable. De plus, cela permettrait d'empêcher ou de punir de nombreuses discriminations - par exemple sur le lieu de travail.

Un autre sondage illustre les répercussions de cette hostilité sur les personnes visées. «Plus de la moitié des individus trans*, non-binaires et de genre différent déclarent avoir des pensées suicidaires», peut-on lire dans un communiqué de l'Agence des droits fondamentaux de l'UE. «Cela est lié à la haine et au rejet», selon Sandro Niederer. La non-binarité existe depuis longtemps et «n'a jamais été perçue comme un problème jusque-là». Ce n'est que dans la société prétendument moderne que la situation a changé.

Élaborer rapidement un plan d'action

«Nous ne pouvons pas attendre!», conclut alors l'étude suisse sur les offenses à la communauté LGBTIQ. «Les chiffres et les incidents sont effrayants et doivent conduire d'urgence à une réaction étatique pour contrer cela», peut-on lire dans le texte. Le Conseil fédéral, les cantons et les communes sont «appelés à développer et à appliquer des mesures efficaces» pour garantir une meilleure protection.

Le Conseil national a exigé du gouvernement un plan d'action, qui devrait être mis en œuvre rapidement. Nemo et le conseiller fédéral Beat Jans devraient bientôt se rencontrer pour réfléchir ensemble aux améliorations à instaurer pour les non binaires. En conférence de presse, le ministre socialiste a parlé à plusieurs reprises de Nemo avec le pronom «il». Le chemin sera - de toute évidence - encore long.

(Traduit de l'allemand par Valentine Zenker)

VOILA POURQUOI TOUT LE MONDE AIME NEMO
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Le congé paternité accordé même en cas de décès du bébé
Le National veut corriger une inégalité de traitement pour le congé paternité, lors du décès précoce de l'enfant.

Un père doit avoir droit à son congé paternité dans son intégralité même si son enfant est mort-né ou meurt à la naissance ou dans les quatorze premiers jours. Le Conseil national a transmis mercredi par une motion en ce sens.

L’article