Suisse
Médias

Gerhard Pfister: «Il faut imposer des limites à la SSR»

Gerhard Pfister, Parteipraesident und Nationalrat von Die Mitte Schweiz, spricht anlaesslich dem Dreikoenigsgespraech, am Donnerstag, 6. Januar 2022, in Bern. (KEYSTONE/Peter Schneider)
Image: KEYSTONE

Gerhard Pfister: «Il faut imposer des limites à la SSR»

Gerhard Pfister veut brider l'offre en ligne de la Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR). Selon le président du Centre, une offre numérique sort du mandat de la SSR.
19.02.2022, 09:5819.02.2022, 23:47
Plus de «Suisse»

Gerhard Pfister, président du Centre, estime que la SSR sort de son mandat avec son offre en ligne. Elle concurrence ainsi les plateformes des éditeurs de journaux.

Dans une interview publiée samedi dans les journaux alémaniques de Tamedia, Gerhard Pfister rappelle que:

«La SSR et son mandat datent de l'ère pré-numérique»

Revoir le mandat de la SSR

Il y a près d'une semaine, le peuple a rejeté un paquet d'aide aux médias. Pour le Zougois, avant de discuteur de nouvelles mesures de soutien aux médias privés, il faut clarifier le mandat de la SSR. Le monde politique doit examiner et redéfinir ce que signifie le service public de la SSR dans un monde numérisé. Il ajoute que:

«Il faut imposer des limites plus précises à la SSR afin qu'elle ne domine pas les journaux privés en ligne»

Pour lui, le coeur du mandat doit être une couverture équilibrée dans le domaine audiovisuel. La SSR n'est pas un journal en ligne et ne doit pas le devenir davantage, insiste le président du Centre.

Gerhard Pfister estime en revanche que la proposition de l'UDC de diviser par deux la redevance est contre-productive. Cela ne résout ni le problème de fond ni ne permet un débat constructif.

Des salaires plus élevés que le gouvernement

Gerhard Pfister critique en outre vivement la décision du conseil d'administration de la SSR d'intégrer les bonus des cadres dans le salaire fixe. Selon lui:

«La SSR fait ainsi preuve d'un manque total de sensibilité»

Il ajoute qu'il n'est pas compréhensible que les salaires des cadres des entreprises proches de la Confédération soient si élevés et que ces managers gagnent plus que des conseillers fédéraux. (sas/ats)

Copin Comme Cochon: les votations
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«L'Occident ne tient pas ses promesses et cela sape sa crédibilité»
Ce week-end, de nombreux chefs d'Etat négocient la paix en Ukraine au Bürgenstock. Le célèbre historien Jörn Leonhard explique ce que l'on peut attendre de ce sommet et pourquoi il est dangereux d'avoir trop d'attentes.

Lorsque l'on se penche sur l'histoire des guerres, le début est toujours concret, mais le retour à une situation de paix est plus difficile à définir. Il semble presque survenir de manière incidente.
Il est beaucoup plus facile de définir le début des guerres que leur fin. Il suffit de penser à la défenestration de Prague, l'attentat de Sarajevo ou l'invasion de l'Ukraine. La fin d'une guerre, en revanche, est souvent confuse et morcelée. En Europe de l'Est, la Première Guerre mondiale s'est terminée dès 1917 à certains endroits, alors qu'en Europe du Sud-Est, elle s'est prolongée jusqu'en 1923.

L’article