DE | FR

Pourquoi la mort sera bientôt moins mortelle et plus tendance?

Les pratiques funéraires alternatives vont devenir de plus en plus mainstream, estime le professeur François Gauthier.
Les pratiques funéraires alternatives vont devenir de plus en plus mainstream, estime le professeur François Gauthier.Image: Shutterstock
Lancée à l'occasion de la Toussaint, une société fribourgeoise propose des pratiques funéraires alternatives dans l'objectif de briser les tabous autour de la mort. Ce type d'offres se multiplie en Suisse et va devenir de plus en plus populaire, explique un expert.
01.11.2021, 11:5901.11.2021, 15:16
Suivez-moi

S'il y a un sujet dont on n'aime pas parler, c'est la mort. Et pourtant, les choses sont peut-être en train de changer en Suisse. La fin de vie devient-elle un peu moins taboue? C'est ce que le concept derrière la société fribourgeoise Good Mourning, lancée ce lundi, laisse à penser.

«Vous n’êtes pas encore mort? Ça tombe bien», peut-on lire sur leur site internet, au style très flashy et coloré. Le ton est donné. Littéralement «bon deuil» en français, Good Mourning propose des «outils actuels et simples» pour préparer votre décès. Sa spécialité? Les fêtes pré-mortem. «Il s'agit de veillées qui ont lieu avant le décès de la personne», explique Marie Riley, fondatrice de l'entreprise.

«Cela permet de dire adieu à ses proches avant de s'en aller dans l'intimité»
Marie Riley, fondatrice de Good Mourning
Gianni Maranzano, directeur artistique, et Marie Riley, fondatrice de Good Mourning.
Gianni Maranzano, directeur artistique, et Marie Riley, fondatrice de Good Mourning.Image: Instagram

Né dans les années 1990 aux Etats-Unis et au Japon, ce rituel serait pratiqué spontanément en Suisse, estime la responsable de Good Mourning, qui propose également de produire des contenus personnalisés destinés à ceux qui restent. La start-up s'occupe aussi des cérémonies funéraires proprement dites. «Nous collaborons avec des sociétés qui ont une vision, dans l'objectif d'amener un peu de vie pendant l'enterrement», complète Marie Riley.

«Rites très lourds»

Pour la fondatrice de Good Mourning, l'objectif est avant tout de «briser les tabous autour de la mort et de libérer la parole». Et de fournir une alternative.

«Aujourd'hui, les rites funéraires sont très religieux, très lourds. Surtout, on n'a pas beaucoup de choix»
Marie Riley, fondatrice de Good Mourning

«Nous n'avons rien contre le sacré et nous ne voulons pas bousculer ce qui existe déjà», tient à nuancer Riley. «Les rites actuels ne sont pas là pour rien. Mais on constate qu'il y a un vrai intérêt pour des pratiques différentes».

Un cheval de Troie

Good Mourning n'est pas un cas isolé. Les projets proposant une autre manière de prendre en charge la fin de vie se multiplient en Suisse. Un autre exemple? Le cercueil-étagère inventé en 2017 par Kyril Gossweiler. Suite à une discussion avec son fils, cet ancien cadre de la Loterie Romande décide de construire son cercueil lui-même et de le faire signer par ses proches.

«En le dessinant, je me suis rendu compte qu'il ressemblait à une bibliothèque. Et du coup je me suis dit, pourquoi ne pas en faire un objet qu'on peut utiliser dans son vivant?», raconte-t-il. Ainsi est né le concept My Last Home, validé par des centres funéraires: une étagère qui, privée de ses plans horizontaux, fait office de cercueil après le trépas du propriétaire.

Kyril Gossweiler a inventé le cercueil-étagère en 2017.
Kyril Gossweiler a inventé le cercueil-étagère en 2017.Image: dr

Bien que le cercueil-étagère soit avant tout présenté comme une alternative écologique, économique et durable (il est réalisé localement dans des ateliers protégés) aux coûteux cercueils classiques, il participe également de ce mouvement de libération de la parole.

«En permettant aux gens de penser à l'avance à leur mort, mon concept est un cheval de Troie, une manière d'aborder le sujet», explique Kyril Gossweiler. Et d'ajouter:

«J'ai passé 19 ans dans le marketing de la Loterie Romande, et les gens me parlaient souvent de ce qu'ils allaient faire s'ils gagnaient l'Euromillions. Or, presque personne ne gagne gros à l'Euromillions, alors que tout le monde meurt. Mais personne n’aime en parler.»

Vers le point de non-retour

Marie Riley et Kyril Gossweiler sont conscients que leurs offres ne s'adressent pas à tout le monde. Ils constatent pourtant qu'elles ne laissent pas les gens indifférents. «Il y a beaucoup d'intérêt, même si c'est un achat qui demande du temps», confirme le créateur de My Last Home. A ce jour, le Vaudois a vendu une trentaine de cercueils-étagères, disponibles depuis un an et demi.

«Depuis qu'on a décidé de lancer ce projet, beaucoup de personnes nous ont félicité», affirme de son côté la fondatrice de Good Mourning. Celles et ceux qui ont déjà manifesté leur intérêt sont souvent des parents âgés de 30 à 40 ans, qui veulent «se préparer et laisser quelque chose au cas où».

Qu'en pensez vous de ces pratiques alternatives?

Face à l'émergence de ces pratiques, une question s'impose: quelle est la part de ces rituels alternatifs en Suisse? Vont-ils un jour supplanter les cérémonies religieuses traditionnelles? Pour François Gauthier, anthropologue et professeur de sciences des religions à l'Université de Fribourg, c'est très probable.

«C'est un phénomène difficile à mesurer, mais il ne va pas s'arrêter, au contraire, il va devenir de plus en plus mainstream», explique-t-il.

«Quand les baby-boomers vont se mettre à mourir, ce sera le point de non-retour»
François Gauthier, professeur à l'Université de Fribourg

Adeptes d'une spiritualité basée sur l'équilibre et le bien-être, les baby-boomers veulent célébrer la vie, pas la mort. Refusant les pratiques uniformisées de leurs parents, ils vont faire appel aux rituels alternatifs, poursuit le professeur.

«S'adapter ou disparaître»

Ces types de rites sont proposés par ce que François Gauthier appelle les «nouveaux entrepreneurs rituels». Ceux-ci proposent des services très variables, mais reliés ensemble par une matrice commune:

  • Les rituels sont de plus en plus personnalisés
  • Ils sont éloignés des institutions et du christianisme
  • Ils sont organisés afin de permettre une expérience du deuil.

Des caractéristiques qu'on retrouve dans les offres de Good Mourning et My Last Home, qui visent à fournir des prestations qui correspondent à chaque individu. Une tendance qui n'épargne pas les acteurs classiques du secteur, à en croire François Gauthier. «Les salons funéraires et les églises commencent à personnaliser les rituels et à impliquer les personnes», note-t-il. «Ils n'ont pas le choix, ils doivent s'adapter ou disparaître».

A la lumière de ces explications, les choses seraient effectivement en train de changer dans la manière d'approcher la fin de vie. «Mourir, cela arrive à tout le monde», conclut Marie Riley. «Le fait d'en parler et de se préparer est tout sauf triste, au contraire. Pour nous, c'est une manière d'empoigner sa vie».

Après ce long sujet, voici maintenant des images de 200 personnes posant nues près de la mer Morte

1 / 11
200 personnes posent nues près de la mer Morte
source: sda / abir sultan
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

D'autres articles sur la mort

Dans un sport mécanique, mourir reste une option. Ils l'avaient oublié

Link zum Artikel

Le Covid a fait chuter l'espérance de vie dans plus de 25 pays

Link zum Artikel

Nous allons vivre moins longtemps (et c'est la faute du Covid)

Link zum Artikel

Les phtalates dans le plastique auraient tué 100 000 personnes

Link zum Artikel
Qui sont les Suisses qui partent vivre à l'étranger et pourquoi?
Le rêve de quitter un jour le cocon suisse pour s'établir à l'étranger sommeille en chacun de nous. Une nouvelle statistique de la Confédération donne un aperçu du nombre de personnes qui accomplissent ce rêve... et celles pour qui il prend fin.

Jusqu'au 20e siècle, la Suisse était un pays d'émigration: c'est-à-dire que les gens mettaient les voiles et quittaient le pays en raison de la pauvreté. A partir de 2011, le nombre de personnes à abandonner la Suisse pour s'établir à l'étranger a de nouveau augmenté d'année en année.

L’article