stratus fréquent-1°
DE | FR
Suisse
OFSP

OFSP: Où en est Omicron en Suisse? Le point en 10 punchlines

Rudolf Hauri, Tanja Stadler et Patrick Mathys s'expriment souvent lors des points presse de l'Office fédéral de la santé publique de Suisse (OFSP).
Rudolf Hauri, Tanja Stadler et Patrick Mathys s'expriment souvent lors des points presse de l'Office fédéral de la santé publique de Suisse (OFSP).Image: Keystone/Shutterstock

Où en est Omicron en Suisse? Le point en 10 punchlines

C'est le nouveau variant du coronavirus qui a occupé les experts de l'OFSP pendant leur point de presse mardi. Vous l'avez raté? Récap' en punchlines.
28.12.2021, 16:0028.12.2021, 17:19

La conférence de presse commence avec quatre constats, d'abord:

«Omicron se propage extrêmement rapidement»
Patrick Mathys, responsable de la section Gestion de crise et coopération internationale, OFSP

Ensuite:

«Omicron est devenu le variant dominant en Suisse»
Patrick Mathys

A tel point que:

«Nous nous attendons à ce qu'Omicron couvre 100% des cas dans les semaines à venir»
Tanja Stadler, présidente du Groupe de travail scientifique national sur la Covid-19

Et pour finir:

«Nos hypothèses se confirment, le nouveau variant est, en effet, nettement plus contagieux que Delta»
Patrick Mathys

Les fêtes ont-elles joué un rôle?

«Il est encore un peu tôt pour voir l'effet de Noël sur les contaminations, mais on s'attend à une augmentation des cas»
Tanja Stadler

Quant à la gravité des cas Omicron, que sait-on?

«Elle se situe probablement entre les variants de début 2020 et le variant Delta»
Tanja Stadler

Donc, les vaccins sont efficaces?

«La vaccination est moins efficace contre Omicron. Par exemple, la protection contre les maladies graves n'est que de 70% avec deux doses, avec Delta, elle était d'environ 90%»
Tanja Stadler

Quelle est la solution, selon les experts?

«Si les gens reçoivent maintenant une troisième vaccination, de nombreuses hospitalisations pourront être évitées»
Tanja Stadler

>>> Toutes les infos sur le coronavirus en Suisse et dans le monde

Les directives ne changent pas:

«Nous devrons probablement réduire les contacts. Nous pouvons tous contribuer à ce qu'Omicron ne puisse pas se propager aussi loin. Ce n'est vraiment pas si compliqué»
Patrick Mathys

Malgré tout, selon tous les scénarios développés, une seule répercussion:

«Nous devons nous préparer au fait que de nombreuses personnes seront en quarantaine. Mais la Suisse fonctionnera encore si 20 000 personnes sont en quarantaine»
Tanja Stadler

Joe Biden se fait insulter en direct via une expression codée

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'Université de Genève veut une femme comme recteur, elles refusent toutes
Le recteur de l'Université de Genève n'a toujours pas de successeur. Une dizaine de femmes ont été approchées l'an dernier afin qu'elles se portent candidates au poste. Elles ont toutes dit non. Explications.

En refusant de nommer le Canadien Eric Bauce au poste de recteur de l’Université de Genève (Unige), le Conseil d’Etat genevois a ouvert une crise au sein de l’institution académique. Une crise, non seulement de succession, mais aussi de confiance. Eric Bauce, auparavant vice-recteur de l’Université Laval, à Québec, 43 000 étudiants, avait pourtant été plébiscité par l’Assemblée de l’Unige, une structure créée en 2009, dont l’une des attributions est de désigner les dirigeants de l’alma mater, la décision finale incombant toutefois au Conseil d’Etat. Lequel a donc désavoué ladite Assemblée.

L’article