DE | FR

Omicron: des chercheurs de l'EPFL font une avancée notable

Des super microscopes de l'EPFL, à Lausanne, tentent de percer les mystères d'Omicron. Leur travail pourrait permettre de comprendre les mécanismes par lesquels ce nouveau variant du coronavirus échappe aux vaccins et aux anticorps.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
30.12.2021, 10:4730.12.2021, 21:20

Depuis quelques semaines, Lausanne héberge des microscopes électroniques parmi les plus puissants du monde. Ils sont rassemblés au sein du Dubochet Center for Imaging (DCI), qui regroupe aussi des chercheurs des universités de Lausanne (Unil) et de Genève (Unige). «Nous avons établi une image précise de la structure de la protéine Spike du variant Omicron du Sars-CoV-2», déclare Henning Stahlberg, qui a installé le DCI sur le campus lausannois de l'Ecole polytechnique fédérale (EPF).

Mais qu'est-ce qu'une protéine Spike?
La protéine Spike est la protéine fixée à la surface du coronavirus et qui permet à celui-ci de pénétrer dans une cellule humaine afin de s'y multiplier. Ce qui entraîne alors l'apparition de la maladie.
vaccination-info.eu

Le Centre Dubochet, du nom du prix Nobel de chimie 2017, a déjà réalisé, il y a quelques semaines, l'image la plus précise à ce jour qui illustre chaque atome de la protéine Spike du virus original. De cette manière, il est possible d'observer «avec précision quelles modifications dues à Omicron peuvent expliquer que ce variant échappe totalement au vaccin d'Astrazeneca, et partiellement à celui de Pfizer», précise Henning Stahlberg.

Un potentiel «extraordinaire»

Grâce aux images de microscopie électronique à haute résolution, les scientifiques peuvent améliorer leur compréhension de la manière dont la protéine Spike modifiée se lie aux récepteurs cellulaires ACE2, ce qui permet au virus de pénétrer dans les cellules humaines. Ces connaissances pourraient se révéler de précieux alliés dans la lutte contre la pandémie de Covid-19 et ouvrir la voie à de nouvelles approches thérapeutiques, relève l'EPFL.

«Obtenir la structure de la Spike d'Omicron moins d’un mois après que ce variant a été identifié, c'est comme atterrir sur une planète dans les semaines suivant sa première observation au télescope», illustre Didier Trono. «Le potentiel de cette technologie est tout simplement extraordinaire», souligne-t-il.

L'EPFL précise néanmoins que ces premiers résultats n'ont pas encore été revus par d'autres scientifiques. Ils ont été mis à disposition sur un site open source (bioRxiv.org). Les scientifiques du monde entier peuvent désormais s'en emparer pour mener des recherches sur les interactions du nouveau variant avec les diverses molécules thérapeutiques existantes. (ats/mndl)

Sinon, c'était Noël il y a quelques jours. Voici les pulls

1 / 22
Les plus moches pulls de Noël
source: imgur
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Lutter contre le Covid avec Maman j'ai raté l'avion

Plus de Covid? En veux-tu en voilà

Tanja Stadler: «Il est trop tôt pour dire si nous nous ferons vacciner régulièrement»

Link zum Artikel

«On pourra se détendre mi-avril»: ce virologue se montre optimiste sur Omicron

Link zum Artikel

La Suisse frôle les 40 000 cas +++ Calendrier de levée des mesures présenté en France

Link zum Artikel

Les vaccinés à bout envers les non-vaccinés? «Il y a un grand malaise»

Link zum Artikel
Non-respect des mesures Covid: un élu UDC fait appel de sa condamnation
Condamné à 3000 francs d'amende en juin pour non-respect des mesures sanitaires, Ruben Ramchurn, président de l'UDC Yverdon, avait vu sa sanction divisée par trois en novembre. Le Ministère public ayant fait appel en décembre, l'élu, représenté par Jean-Luc Addor, a décidé de l'imiter.

En juin 2021, Ruben Ramchurn, président de l'UDC yverdonnoise, avait été condamné par ordonnance pénale à une amende de 3000 francs pour non-respect des mesures sanitaires. Il lui était notamment reproché d'avoir mal porté son masque à plusieurs reprises en public et d'avoir tenu un stand de son parti le 27 février 2021 alors qu'il était censé être en quarantaine, car il était cas contact.

L’article