DE | FR
Une manifestation contre le racisme s'est déroulée mardi devant le siège du Grand conseil vaudois, une semaine après des propos de la présidente du Parlement, tirés de <em>Tintin au Congo</em>.
Une manifestation contre le racisme s'est déroulée mardi devant le siège du Grand conseil vaudois, une semaine après des propos de la présidente du Parlement, tirés de Tintin au Congo. watson

Affaire Tintin: «Ils minimisent l'existence du racisme en Suisse»

Plusieurs associations antiracistes ont manifesté mardi matin devant le Grand conseil vaudois pour s'indigner des propos tirés de Tintin au Congo tenus, il y a une semaine, par la présidente Laurence Cretegny.
05.10.2021, 09:1105.10.2021, 14:47

A l'initiative de l'Association des étudiants afro-descendants de l'Université de Lausanne (AEA Unil), cinq autres structures ont pris part mardi matin à une manifestation devant le Parlement vaudois. Les protestataires se disent insatisfaits des excuses de Laurence Cretegny, présidente du Parti libéral-radical (PLR) du Grand conseil, après ses propos équivoques en mimant l'accent africain et tirés de Tintin au Congo.

Ils estiment que la réponse et les excuses de l'élue restent problématiques. «Aucun contexte ne justifie la moquerie d’un groupe ethnique. S’appuyer sur une bande dessinée critiquée et interdite à la vente dans plusieurs pays pour son racisme et sa déshumanisation des personnes noires n’est pas un argument recevable», ont-ils indiqué. Ils dénoncent un racisme ambiant et banalisé.

«Nous sommes choqués, mais aucunement surpris. Le racisme, le racisme anti-noir, le racisme institutionnel, le racisme systémique, le racisme ordinaire et leur nombreux autres masques et déclinaisons, beaucoup ne comprennent pas ces termes, leur ampleur, leur portée. Ils en minimisent la véracité, voire nient toute leur existence sur le sol helvétique», ont renchéri les manifestants.

«Ce sont nos jeunes qui subissent de la discrimination à l’emploi et au logement, qui perdent la vie sous les balles ou les étranglements de la police. C’est notre culture, qui est sans cesse rabaissée, caricaturée et moquée. Jusque dans l’enceinte d’un parlement»
Déclaration d'associations anti-racistes devant le Parlement vaudois

«Nous entendons dire que nos revendications sont excessives... C’est le laxisme de la société face au racisme qui est excessif. Ce sont les dizaines de milliers d’afro-descendants qui vivent dans ce pays qui ont été insultés», ont soutenu les associations devant quelques parlementaires qui se sont arrêtés brièvement avant le début de la séance du Grand Conseil.

Débattre du racisme

Selon les manifestants, l'heure du grand débat sur le racisme a sonné. «Ce débat, cela fait trop d’années qu’il nous est refusé, qu’il nous est nié, sous prétexte que les faits que nous pointons du doigt n’existent qu’ailleurs. Aujourd’hui, nous disons stop. Ce problème existe ici, chez nous, dans nos rues, dans nos institutions. Et il est grand temps d’y trouver des solutions», ont-ils conclu.

Une manif dans la manif
La manifestation s'est déroulée devant une quarantaine de personnes dont des membres de l'association Solidarité- Handicap mental, qui réclament des droits citoyens égaux pour l'ensemble de la population. Une motion sera débattue ce mardi pour «mettre un terme aux discriminations en matière de droits politiques contre les personnes atteintes de troubles psychiques ou de déficience mentale». Présent devant le Parlement avec une pancarte, Flavien Mattenberger, un habitant du Mont-sur-Lausanne âgé de 29 ans et faisant partie des citoyens avec handicap qui réclament «les mêmes droits que les personnes valides».

Pas de réaction

Si quelques députés ont échangé avec les manifestants, Laurence Cretegny a brillé par son absence. La séance du Grand conseil devait commencer à 9h30. Soit 30 minutes avant la manifestation devant les murs du Parlement. «Nous avions pourtant annoncé notre présence», a regretté Jean-David Pantet Tshibamba, vice-président de l'Association des étudiants afro-descendants. A côté de lui, une Africaine avec un accent vaudois, se définit comme une «maman congolaise».

(En vidéo) Une association dénonce des «propos racistes» de Laurence Cretegny

Vidéo: watson

Rien à voir et cette fois plutôt rigolo: des photos étranges prises dans des supermarchés américains

1 / 19
Des photos étranges prises dans des supermarchés américains
source: imgur
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

La prof de yoga vaudoise qui a le plus beau bureau du monde

1 / 7
La prof de yoga vaudoise qui a le plus beau bureau du monde
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Sonia Grimm, engagée contre la violence sur scène et en politique

Plus d'articles sur le Grand conseil

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Grâce à la chaleur, les fruits auront du goût, mais il y a d'autres problèmes
Après le gel de l'an dernier, les chaleurs caniculaires. Les fruits s'annoncent particulièrement aromatiques. Concernant la température, les producteurs ne parlent pas de catastrophe. D'autres problèmes les guettent. Témoignages.

Plus aromatiques et plus sucrés. Mais parfois trop rapidement mûrs. Ce sont les effets typiques des fortes chaleurs sur les fraises, cerises et autres abricots. Effets qui ont, par exemple, été constatés en France par BFM TV: les fruits et légumes d'été sont en avance de plusieurs jours par rapport aux années habituelles. Qu'en est-il en Suisse?

L’article