DE | FR

11 élèves appréhendés après une 12ème alerte à la bombe

Image: KEYSTONE
La police a appréhendé onze personnes, jeudi, après la 12ème alerte à la bombe venue perturber les étudiants vaudois.
25.03.2021, 19:2626.03.2021, 14:59

La série des fausses alertes à la bombe se poursuit dans le canton de Vaud et surtout à Lausanne. Jeudi après-midi, deux nouveaux incidents ont été signalés, l'un à l'EPCL et l'autre à l'EPSIC, sans danger, mais avec à chaque fois une évacuation de tous les élèves. A l'EPCL, onze apprentis ont été appréhendés par la police.

Depuis le 27 janvier, c'est désormais une douzaine d'alertes à la bombe, toutes fausses jusqu'ici, qui ont perturbé des écoles, essentiellement des établissements du post-obligatoire lausannois. Mercredi déjà, la police avait dû intervenir dans deux d'entre eux.

La police a appréhendé onze personnes, des élèves-apprentis de l'EPCL, en lien avec l'incident de jeudi. Ils ont tous été emmenés à l'Hôtel de police de Lausanne pour y être interrogés, selon M. Pittet. Le porte-parole n'a pas pu donner plus de détails sur ces interrogatoires en cours. (ats)

Thèmes

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Nous pouvons être seins nus!» Des activistes acquittées mais...
Six personnes ont comparu jeudi au Tribunal de police de Lausanne. Elles contestaient leur condamnation pour habillement contraire à la décence publique. Le juge les a entendues.

Le verdict est tombé, jeudi après-midi, pour les six personnes qui avaient manifesté, avec une dizaine d'autres, torse nu à Lausanne, le 8 mars 2021. Elles comparaissaient, entre autres, pour habillement contraire à la décence ou à la morale publique. Leurs avocats avaient plaidé l'acquittement.

L’article