DE | FR
L’intérieur des bars et restos va continuer à accumuler la poussière.
L’intérieur des bars et restos va continuer à accumuler la poussière.Image: KEYSTONE

Manger au resto à l’intérieur? Pas avant juin (avec beaucoup d’optimisme)

On a écouté le Conseil fédéral mercredi après-midi et fait nos calculs: selon le modèle d’assouplissement en trois phases présenté, les restaurants n’ouvriront pas leur espace intérieur avant le mois de juin. Et ça, c’est seulement si on prend un scénario particulièrement optimiste.
21.04.2021, 18:5521.04.2021, 19:25

Les terrasses sont ouvertes mais les places sont chères et il fait encore un peu frisquet. Et puis certaines des meilleures tables n’ont tout simplement pas d’espace extérieur à proposer. Pour que cela change, il va falloir être patient.

Dans la communication du Conseil fédéral, la réouverture des espaces intérieurs des restaurants est possible une fois que toutes les personnes vulnérables qui le souhaitent ont été complètement vaccinées. Pas avant fin mai, estime la Confédération, qui ne ferme pas la porte à un durcissement des mesures si la situation se dégrade.

Si ce n’est pas le cas et «si la situation épidémiologique est très bonne», les salles des restos pourraient rouvrir. Soit en juin, si on est particulièrement optimiste. De quoi allumer la lumière au fond du tunnel de la restauration? Que nenni, soupire Laurent Terlinchamp, président de la Société des cafetiers, restaurateurs et hôteliers de Genève (SCRHG), qui représente 1550 établissements dans le canton.

Nous caressions l’espoir d’une réouverture plus rapide. Mais c’est encore une mauvaise nouvelle, une catastrophe qui dure depuis huit mois et qui continue…
Laurent Terlinchamp

L’homme est dépité: «Pour certains, les aides aux cas de rigueur permettent juste de survivre alors que les dettes de l’an dernier se sont accumulées. Pour d’autres, c’est déjà trop tard… Nous n’avons plus les mots pour décrire la situation.» Et de pointer une contradiction qui le dérange profondément. «Comment accepter qu’on se réunisse à dix pour un repas en privé et qu’il est interdit de manger à quatre dans un restaurant ?»

Aussi questionné sur l’intérêt d’un certificat Covid, qui pourrait «récompenser» ceux qui ont été vaccinés, guéris, ou testés négatif, le président n’y voit aucun intérêt. «Pour notre quotidien, ça ne change rien. Il y a encore beaucoup d’incertitudes et nous manquons de recul. Je rappelle aussi que pour l’heure, ceux qui ont été vaccinés doivent toujours se plier aux mesures barrière.»

Selon Gastrosuisse, «les perspectives pour le secteur de l'hôtellerie sont extrêmement sombres». La faîtière de la restauration dénonce une «situation dramatique et désavantageuse» pour l'industrie. Une fois de plus, estime Gastrosuisse, «le Conseil fédéral semble ignorer complètement les aspects sociaux et économiques dans son évaluation de la situation».

On se détend avec ces quelques binômes que tout oppose

1 / 16
Quelques binômes que tout oppose
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles sur le Covid

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

L'OFSP promet le vaccin aux jeunes pour cet été

Link zum Artikel

Dispo fin juin, le certificat Covid de la Confédération sera «convivial»

Link zum Artikel

La situation du Covid en Inde en 4 points

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Suisse estime qu'elle a fait (presque) tout juste avec les réfugiés
L'accueil des réfugiés ukrainiens en Suisse, quoiqu'imparfait, a été efficace. C'est, en substance, ce qu'affirme le Département de justice et police (DFJP) dans un premier bilan de la gestion de cette crise historique.

La guerre en Ukraine a provoqué l'exil de plus de six millions de personnes. C'est le plus grand mouvement de fuite en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale, souligne vendredi le Département de justice et police (DFJP). De plus, il est extrêmement rapide. Près de 50 000 réfugiés sont arrivés en Suisse en moins de trois mois. C'est davantage que durant toute la crise du Kosovo en 1999.

L’article