DE | FR

Les pédiatres réclament qu'on lâche la grappe aux enfants sur le Covid

Le Groupement des pédiatres vaudois a diffusé, la semaine dernière, un «manifeste pour les enfants et les jeunes en temps de Covid» qui exige qu'on les laisse un peu respirer.
17.09.2021, 09:2817.09.2021, 16:42

Les enfants et les jeunes vont mal. C'est le constat peu réjouissant du manifeste lancé par les pédiatres du canton de Vaud.

Anxiété, dépression, idées suicidaires, addictions, obésité, conflits familiaux, isolement, perte de repères... Bref, le tableau dessiné est sombre. La faute aux mesures sanitaires qui visent directement les jeunes, alors que le Covid est généralement bénin pour cette catégorie de population.

Les pédiatres s'en vont en guerre

Du coup, les pédiatres vaudois s'insurgent contre la stigmatisation des enfants «pour le rôle prétendument négatif et primordial dans cette pandémie» et exigent qu'ils puissent retrouver immédiatement la scolarisation la plus normale possible.

Interviewé par nos collègues de 24 Heures, le président du Groupement des pédiatres vaudois, Claude Bertoncini regrette que les jeunes soient aussi les plus désavantagés dans l'accès aux soins:

«Quand il s’agit de solidarité, ce sont toujours les enfants qui paient»
Claude Bertoncini, Président du Groupement des pédiatres vaudois

Enfants et contamination, on en est où?

Interrogé sur les risques du variant Delta, Claude Bertoncini confirme qu'il n'y a pas davantage de complications que pour le virus «classique»:

«Il est plus contagieux, mais la maladie reste bénigne. Il peut y avoir des syndromes inflammatoires, mais cela concerne moins de 1 cas sur 5000 ou 10 000 et l’enfant en guérit sans problème»

Quant au Covid long, il touche davantage les adolescents.

Le pédiatre juge que:

«La circulation du virus dans les écoles n’est pas un problème. Elle permet d’augmenter l’immunité de groupe»
Claude Bertoncini, Président du Groupement des pédiatres vaudois

D'ailleurs, les contaminations surviendraient davantage au sein de la famille et pas à l’école. «Les chiffres montrent que la classe est un endroit protégé.»

Les pédiatres vaudois réclament un retour à l'école «normal»

Le président du Groupement des pédiatres veut mettre un terme à la panique ambiante. Il juge que le port du masque n'a pas de sens dans une classe et demande la reprise des activités socioculturelles et de loisirs (camps, voyages d’études etc.). «On pourrait même arrêter les tests de dépistage à l'école. Les enfants qui ne vont pas bien restent à la maison, et c’est tout», conclut le médecin.

Ils s'endorment au musée

1 / 8
Ils s'endorment au musée
source: https://stefandraschan.com/ / https://stefandraschan.com/
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Copin comme cochon: Les champignons

Video: watson
4 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
4
L'aventure salissante des forçats suisses de la route
Le cyclocross. Cette discipline a connu son heure de gloire dans les années 1970 et 1980. Tombée par la suite dans un oubli presque total, elle connaît un certain renouveau.

Le cyclocross est apparu au tournant des 19e et 20e siècles dans le sud de la France. A l’époque, les coureurs sur route passaient l’hiver sous le soleil de la Côte d’Azur. Là, ils se préparaient à la saison suivante en avalant les kilomètres, tantôt sur routes classiques, tantôt sur des pistes et autres chemins de traverse, n’hésitant pas, si nécessaire, à porter leur vélo sur l’épaule ou à gravir en courant les pentes les plus escarpées. Ainsi est née une nouvelle discipline, dont les premières courses ont eu lieu en 1902.

L’article