ciel couvert
DE | FR
Suisse
Politique

Le cinéma suisse profitera des revenus des plateformes de streaming

Un technicien fait le clap devant l'actrice Sarah Spale, dans le role de Rosa Wilder, a la patinoire des Melezes, lors du tournage de la troisieme saison de la serie Wilder co-produit par la SRF  ...
Image: KEYSTONE

Le cinéma suisse profitera des revenus des plateformes de streaming

En Suisse, les services de streaming devront reverser une partie de leurs revenus au cinéma suisse. Le pays reste toutefois peu généreux par rapport à ses voisins.
16.09.2021, 21:3817.09.2021, 16:01
Plus de «Suisse»

Les services de streaming, comme Netflix, HBO ou Disney+, devront passer à la caisse et consacrer une partie de leurs recettes au cinéma suisse. C’est le Conseil national qui a suivi jeudi le Conseil des Etats en votant un «Lex Netflix» par 119 voix contre 71.

Face à l'explosion des plateformes en ligne, le gouvernement a concocté un projet pour protéger le secteur. Les services de streaming et les diffuseurs étrangers, comme TF1 ou M6, devront affecter 4% de leurs recettes brutes réalisées en Suisse à la création cinématographique suisse indépendante, ce qui correspond à un montant à investir d'environ 18 millions de francs, a précisé à Keystone-ATS, Anne Weibel, porte-parole de l’Office fédéral de la culture (OFC).

Plus de films européens

Cela permettra de créer les mêmes conditions pour les prestataires étrangers et suisses, a expliqué Marie-France Roth Pasquier (Centre/FR) au nom de la commission. Tous les pays voisins connaissent un système d'investissement ou de taxe. Isabelle Chevalley (PVL/VD) a rappelé qu'en France, ce seuil est de 26% du chiffre d'affaires et en Italie de 20%.

Les entreprises de streaming devront garantir qu'au moins 30% de la programmation est dédiée à des films européens. Ceux-ci devront être désignés comme tels et faciles à trouver. Il s'agit de contrecarrer le risque d'une monoculture et de défendre les spécificités suisses, selon le ministre de la Culture Alain Berset.

Tout n'est pas encore joué puisque la loi doit repasser devant le Conseil des Etats lundi, même s'il a déjà précédemment dit oui à la taxe Netflix. (sda/ats)

C’est Netflix, mais en mieux

Vidéo: watson

Là, c’est en moins bien

1 / 17
Le Covid-19 en Suisse, retour en images
Le port du masque se généralise en Suisse et dans le monde au cours de l'année 2020.
source: keystone / jean-christophe bott
partager sur Facebookpartager sur X
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Tamedia envisage de fermer ses imprimeries d'ici 2032
Selon un document interne consulté par la «NZZ Am Sonntag», le groupe de presse envisage de fermer ses trois imprimeries, qui souffrent depuis des années en raison de la baisse des volumes.

C'est «la fin d'une époque», titre la NZZ Am Sonntag ce dimanche. Et pour cause: selon le journal zurichois, l'entreprise TX Group, propriétaire du groupe de presse Tamedia, envisage de vendre ses trois sites d'impression.

L’article