DE | FR

Thierry Burkart est le nouveau président du PLR

L'Argovien de 46 ans a été élu samedi haut la main à la tête du PLR. Il succède ainsi à la Schwyzoise Petra Gössi.
02.10.2021, 14:1203.10.2021, 10:17

Les délégués du PLR ont porté samedi à Bienne (BE) Thierry Burkart à la présidence de leur parti, en remplacement de la conseillère nationale schwyzoise Petra Gössi. Le conseiller aux Etats argovien, âgé de 46 ans, a été élu par 296 voix contre 3 et 4 abstentions.

«Raviver la flamme libérale-radicale»

L'élection ne constitue pas une surprise, dans la mesure où l'avocat de Baden (AG) était le seul candidat en lice lors de l'assemblée tenue au Palais des congrès. Dans un discours de 20 minutes, il a d'abord remercié de son travail la présidente sortante du Parti libérale-radicale (PLR) Petra Gössi, 45 ans, en poste depuis 2016.

Thierry Burkart a dit vouloir «raviver la flamme libérale-radicale». «Façonner la Suisse de demain avec nos valeurs», a affirmé le nouveau président du PLR, pour qui les défis ne manquent pas. Il a cité, sous les applaudissements des délégués, le social et le maintien de conditions cadres favorables au développement économique.

Présidence élargie

«La charge sur l'environnement doit diminuer, en lien avec l'accord de Paris (ndlr: concernant le réchauffement climatique)», a continué le conseiller aux Etats argovien, mentionnant notamment le rôle à jouer par l'innovation. Selon lui, une politique durable ne doit pas s'accompagner «d'un Etat qui prend de plus en plus de place».

«Nous nous battons pour les valeurs qui ont fait le succès de la Suisse: liberté et responsabilité, innovation et cohésion»
Thierry Burkart, lors d'un discours

Thierry Burkart qui a déjà évoqué la perspective des élections fédérales de 2023 prendra ses fonctions avec une équipe de quatre personnes, et non de deux comme jusqu'ici.

La direction sera étoffée du coup. En plus des deux vice-présidents actuels, le conseiller aux Etats Andrea Caroni (AR), 41 ans, et le conseiller national Philippe Nantermod (VS), 37 ans, les délégués ont élu la conseillère aux Etats Johanna Gapany (FR), 33 ans, et le conseiller national Andri Silberschmidt (ZH), 27 ans.

Loi Covid-19

Outre l'élection de Thierry Burkart à la présidence, l'assemblée a apporté un franc soutien à la modification de la loi Covid-19, soumise à référendum le 28 novembre, par 291 voix contre 10 et 11 abstentions. Les plus de 300 délégués ont suivi la position de la Conférence des présidents de partis (CPP), nette elle aussi.

La révision est attaquée, comme sa première mouture en juin, par les milieux défendant la liberté ainsi que s'opposant à la vaccination et au certificat Covid. «Le vaccin marche, sauve des vies et est la solution pour sortir de la crise sanitaire», a relevé avec véhémence Philippe Nantermod, qui a répété son soutien aux tests payants.

Les délégués ont encore voté les mots d'ordre pour les deux autres objets du 28 novembre. Ils ont rejeté l'initiative sur les soins infirmiers, tout en soutenant le contre-projet du Parlement. «Ce n'est pas à la Confédération d'intervenir», a constaté Philippe Nantermod, sur tous les fronts samedi dans la cité seelandaise.

Ce 14 juin, elles dénoncent le sexisme en politique

Plus d'articles Actu

Ces cinq artistes vont marquer l'histoire du prochain Super Bowl

Link zum Artikel

Crise des sous-marins: La France utilise l'UE pour se venger

Link zum Artikel

Comment est votre blanquette? Has-been! (Auprès des jeunes)

Link zum Artikel

Les Etats-Unis échappent à la paralysie, mais pas encore à une crise financière

Link zum Artikel

Un artiste s'enfuit avec l'argent prêté par un musée

Link zum Artikel

Ils lancent un jeu de société qui dénonce les inégalités raciales

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Pierre Maudet face au dimanche de sa vie

Condamné le 22 février (il entend faire appel), Pierre Maudet, 43 ans, la politique aux tripes, part ce 7 mars à la reconquête de son siège au Conseil d'Etat genevois. Des proches et une psy se penchent sur son cas et imaginent la suite. Des fois que...

Pierre Maudet s’approche de ce moment de vérité qui lui aura si souvent souri: le suffrage universel. Mais, qui cette fois-ci, l’enverra peut-être au purgatoire. Son seul échec, en politique, fut sa non-élection au Conseil fédéral, en 2017, devant les Chambres, mais en l’absence du peuple. Maudet, l'ami du peuple. Notre radical genevois, démissionnaire du Conseil d’Etat en octobre dernier, entend jouer l’onction populaire contre la décision judiciaire. Condamné le 22 février …

Lire l’article
Link zum Artikel