DE | FR

Le contrôle des portables des requérants admis par le National

Ein Asylbewerber schaut auf sein Smartphone im Asylzentrum

Image: KEYSTONE

Selon le National, les téléphones portables des requérants d'asile peuvent être contrôlés sous certaines conditions. La saisie de l'appareil sans le consentement, comme le demandait l'UDC, n'a toutefois pas été approuvée.



Les autorités doivent pouvoir contrôler les appareils mobiles des requérants si c'est l'unique moyen d'établir leur identité. Le National a validé par 123 voix contre 65 un projet en ce sens. Le dossier passe au Conseil des Etats.

«Proportionnalité respectée»

L'analyse des données mobiles devrait aider dans des cas particuliers à établir:

Elle pourrait aussi permettre de combattre les passeurs et élucider certains délits, a expliqué Gregor Rutz (UDC/ZH).

Selon la ministre de la justice Karin Keller-Sutter, le texte respecte en effet le principe de proportionnalité et la protection des données.

Comparaison internationale

Le projet reprend des pratiques qui ont cours dans d’autres Etats, tels que:

  1. L'Allemagne
  2. Les Pays-Bas

Dans la majorité des cas, il n'est actuellement pas possible de définir avec certitude l'identité des requérants qui, en général, entrent en Suisse sans papiers, mais avec un portable.

La gauche opposée au texte

La gauche jugeait au contraire que les mesures prévues constituaient une atteinte disproportionnée aux droits fondamentaux des requérants. Balthasar Glättli (Verts/ZH) a déclaré:

«Cette procédure est coûteuse et ne sert à rien»

Aussi, pour Ada Marra (PS/VD), le nombre de demandes d'asile en Suisse ne montre pas une situation de surcharge qui nécessiterait de telles mesures.

Importance du consentement

La saisie d'un appareil mobile sans le consentement de son détenteur, s'il refuse de le confier de son propre chef, n'est toutefois pas opportune. Le Conseil national a rejeté deux durcissements en ce sens voulus par l'UDC.

Au contraire, les personnes concernées doivent être informées des étapes de la procédure. Et l'utilité de cette dernière doit être évaluée au préalable. La Chambre du peuple a confirmé respectivement par 102 voix contre 88 et 102 contre 87 ces deux points. (ats/hkr)

Après ce sujet sérieux, dix ans de mariage et de perte de cheveux

1 / 21
Kate et William: dix ans de mariage et de perte de cheveux
source: epa / hugo burnand/clarence house / ha
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

Le Conseil fédéral étudie un outil de contrôle des imams

Link zum Artikel

Les requérants d'asile seront davantage vidéosurveillés

Link zum Artikel

Personnaliser les affiches de l'OFSP? Oui, mais interdit d'écrire «Trump»!

Link zum Artikel

Voici comment les villes et les cantons romands agissent pour le climat

Link zum Artikel

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Analyse

On cause peu religion en Suisse. Sauf de l'islam

Si l’initiative «anti-burqa» l'emporte dimanche 7 mars, un deuxième article lié à l'islam fera son entrée dans notre Constitution, qui reste bien silencieuse sur les autres confessions. Pourquoi cette exception? Et pourquoi cette insistance?

D’après les derniers sondages publiés le 24 février, le oui à l’initiative interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public, bien que toujours donné gagnante, accuse un recul à l'approche de la votation du 7 mars. De 65% à 59% selon Tamedia, de 56% à 49% selon la SSR.

Comme on le sait, c’est l’islam, via la burqa, plus justement le niqab, l’une de ses manifestations les plus rigoristes, qui occupe la tête de gondole de ce texte soutenu par la droite nationaliste, l’UDC en tête.

Comme …

Lire l’article
Link zum Artikel