Suisse
Santé

Covid en Suisse: pourquoi le variant Eris se propage si vite

Pourquoi le nouveau variant Covid Eris se propage si vite en Suisse

En Suisse, Eris représente désormais 33% des infections par le coronavirus. Un variant qui gagne du terrain dans le monde entier. Et des scientifiques ont découverts pourquoi et expliquent s'il est dangereux.
27.09.2023, 16:3228.09.2023, 10:08
Bruno Knellwolf / ch media
Plus de «Suisse»

En principe, nous sommes bien équipés: grâce aux vaccins et aux infections antérieures, notre système immunitaire produit des anticorps neutralisants qui se fixent sur la fameuse protéine Spike au Covid et empêchent ainsi le coronavirus de pénétrer dans les cellules et de s'y multiplier. Cependant, le virus se défend et développe des mutations qui ont pour effet de réduire l'efficacité de la liaison des anticorps à la protéine Spike.

Il existe tellement de ces mutations et, par conséquent, de nouveaux variants, qu'il est facile de se perdre dans cette jungle. En Suisse, Omicron BA.2.75 est actuellement en hausse, représentant 25% des cas, tandis que la prédominance de XBB diminue légèrement.

Un variant au nom évocateur

Mais, c'est le variant EG.5.1, nommée «Eris» d'après la déesse grecque de la discorde et du chaos, qui gagne du terrain dans le monde entier. Eris gagne du terrain dans le combat constant entre le virus et le système immunitaire. En Suisse, elle représente 33% des cas, explique Richard Neher, analyste des virus au biocentre de l'université de Bâle.

EEG.5.1 est également une descendante des variants XBB. On lui a toutefois donné un nouveau nom, car les noms de la lignée XBB devenaient de plus en plus compliqués en raison de la ramification permanente de l'arbre généalogique d'Omicron.

Voici pourquoi Eris se propage si vite

Cette lignée EG.5 du Sars-Cov-2 est déjà en circulation depuis le mois de mai, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) l'a désignée comme «variante virale d'intérêt». Des scientifiques de l'Institut Leibniz de recherche sur les primates à Göttingen ont voulu savoir pourquoi Eris se propageait si rapidement et ont publié leurs résultats dans une étude parue dans la revue spécialisée The Lancet.

Ils ont découvert que EG.5.1 n'est pas plus infectieux que ses prédécesseurs. Elle n'infecte donc pas plus efficacement les cellules hôtes. La raison de sa propagation croissante est qu'Eris échappe mieux aux anticorps neutralisants que les autres lignées de Sars-Cov-2 actuellement en circulation. C'est ce que confirme le professeur Richard Neher:

«EG.5.1 possède la modification F456L dans la protéine Spike, qui permet sans doute au virus d'empêcher certains anticorps de se fixer à elle»
Le professeur Richard Neher.
Le professeur Richard NeherImage: DR

Ainsi, Eris a un avantage chez les personnes dont le système immunitaire a produit des anticorps neutralisants après la vaccination et l'infection – donc pour ainsi dire tout le monde.

Il n'est pas possible de dire si EG.5.1 deviendra la variante dominante, malgré sa capacité à échapper aux anticorps.

«Il existe un certain nombre d'autres variantes qui ont en partie des mutations similaires. Il est difficile de prédire qui va finir par dominer»
Richard Neher

Est-il dangereux?

La capacité de contamination d'Eris ne dit, toutefois, pas grand-chose sur sa dangerosité. «A ma connaissance, elle ne se distingue pas des autres variantes en termes de pathogénicité», explique Neher. Le responsable de l'étude, Markus Hoffmann, de l'institut Leibnitz, estime lui aussi que sa capacité à échapper aux anticorps n'est pas suffisante pour qu'elle puisse complètement subvertir l'immunité de base.

Les nouveaux vaccins actuellement en cours d'autorisation auprès de Swissmedic sont adaptés à la variante XBB.1.5. Ce sont les vaccins que l'Office fédéral de la santé publique et la Commission pour les vaccinations recommandent pour la vaccination automnale. Ce vaccin est probablement aussi efficace contre Eris, explique Neher:

«XBB.1.5 est un ancêtre direct de EG.5.1, donc Eris est assez similaire à XBB.1.5»

Un dernier variant à surveiller: Pirola

En Angleterre, c'est Pirola qui fait parler, car ce variant a été détecté dans un nombre croissant d'endroits. Les experts en virologie ont mis en garde contre cette variante BA.2.86, car elle présente certaines caractéristiques similaires à celles des tristement célèbres variants alpha. Selon Neher, BA.2.86 a également été détectée à plusieurs reprises dans les eaux usées suisses et retrouvée dans un échantillon clinique. «Mais rien n'indique que sa fréquence augmente». (aargauerzeitung.ch)

Traduit et adapté de l'allemand par Léa Krejci

Copin comme cochon: la fin des restrictions Covid
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Une collision interrompt la circulation entre La Chaux-de-Fonds et Le Locle
Une collision a provoqué l'interruption de la liaison CFF entre La Chaux-de-Fonds et Le Locle jeudi à 17h. La circulation ferroviaire devrait reprendre vers 19h30.

Le trafic ferroviaire a été interrompu entre La Chaux-de-Fonds et Le Locle, dans le canton de Neuchâtel. Une collision entre un train et un véhicule est à l'origine de la perturbation.

L’article