Suisse
Ski Alpin

Le réchauffement climatique menace les stations de ski suisses

Engelberg (OW), le 7 janvier 2023.
Engelberg (OW), le 7 janvier 2023.Image: KEYSTONE

99% des stations de ski suisses sont menacées par la crise climatique

Si les températures continuent d'augmenter, près de la totalité des stations de ski suisses pourraient disparaître faute de neige naturelle. La production d'or blanc peut limiter le danger, mais soulève d'autres problèmes.
01.09.2023, 06:1201.09.2023, 11:55
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

Les images de la pénurie de neige sur les pistes de ski suisses, parfois réduites à une étroite langue blanche traversant un paysage verdoyant, avaient marqué les esprits et fait le tour du monde en janvier dernier. Le début de l'hiver avait été rude pour les stations helvétiques, confrontées à un important manque de neige naturelle: il y avait jusqu'à 60% d'or blanc en moins par rapport à la moyenne des 30 dernières années.

Ce scénario risque de se produire de plus en plus fréquemment, voire de devenir la norme. Une étude publiée ce lundi dans la revue scientifique Nature Climate Change montre à quel point le réchauffement climatique menace les stations de ski en Europe. Et les résultats sont sans appel: sous certaines conditions, la presque totalité d'entre elles pourrait disparaître.

Les auteurs de la recherche ont étudié 2234 domaines skiables parsemés dans 28 pays européens, allant de la Turquie à l’Islande. Les Alpes suisses comptent 203 stations, auxquelles s'ajoute une partie des 123 installations situées dans les Préalpes franco-helvétiques.

Jusqu'à 99% des stations suisses menacées

Deux scénarios principaux sont évoqués: une hausse des températures de 2 et de 4°C par rapport à la période 1850-1900. Dans le premier cas, 53% des stations de ski européennes seraient exposées à un «risque très élevé» de manque de neige naturelle. Dans le deuxième cas, le nombre d'installations en danger grimperait à 98%.

«Dans tous les cas, le risque augmente systématiquement avec l'augmentation du niveau de réchauffement de la planète»
L'étude de Nature Climate Change

Il s'agit de prévisions inquiétantes pour le secteur du ski dans son ensemble: les auteurs de l'étude rappellent que la moitié des stations mondiales se trouvent en Europe, qui concentre 60% des touristes chaque année.

Les prévisions concernant la Suisse sont tout aussi alarmantes: sans recours à la neige artificielle, 87% des stations alpines sont menacées si la hausse se monte à 3°C. Avec une hausse de 4°C, c’est 99% des installations qui se retrouvent dans cette situation.

D'autres zones affichent des valeurs encore plus extrêmes. Il suffirait en effet d'un réchauffement de 1,5°C pour menacer 73% des stations britanniques, 79% des stations ibériques et 50% des stations de Corse et Sardaigne. Une hausse de 2°C pourrait être fatale pour la totalité de ces installations.

Réchauffement supérieur à la moyenne en Suisse

Ces scénarios ne sont pas des prévisions abstraites et détachées de la réalité. Le réchauffement est en cours et progresse de manière vertigineuse depuis les années 1980. En 2022, la température moyenne sur la planète était supérieure d’environ 1,15°C à la période 1850-1900, selon l'Organisation météorologique mondiale.

Et même si le monde parvenait à limiter le réchauffement au seuil - très ambitieux - de 1,5°C Celsius fixé par le traité de Paris, un tiers des 2234 stations du continent resterait très vulnérable au manque de neige.

En Suisse, la situation est encore pire. Dans notre pays, les températures ont augmenté de près de 2,5°C au cours des 150 dernières années, note MétéoSuisse, «soit bien plus que la moyenne mondiale». Cette situation a des conséquences très tangibles sur l'environnement alpin: le volume global des glaciers a diminué de près de 60% depuis le milieu du 19e siècle, tandis que le nombre annuel de jours de neige à 2000 mètres d'altitude a baissé de 20% depuis 1970.

Les problèmes des canons à neige

Le recours à la neige artificielle permettrait de réduire parfois drastiquement le risque de pénurie. Si la moitié de l'enneigement était réalisé à l'aide de canons, seuls 38% des stations suisses seraient en danger de disparitions avec une hausse de 4°C, contre 99% avec la neige naturelle.

Il ne s'agit pas d'une solution miracle, préviennent les auteurs de l'étude. Tout d'abord, la neige de culture a «peu d’effet» dans les domaines à faible altitude ou situés trop au sud: les températures trop élevées ne permettent pas de fabriquer de la neige de manière efficace.

En effet, les canons à neige ne peuvent produire de l'or blanc que lorsque la température est négative: à partir de -3°C, mais ils deviennent réellement efficaces avec des températures comprises entre -6 et -10°C. Face à ces difficultés, des stations testent des systèmes ne connaissant pas ces contraintes, telles que les «usines à neige». Problème: pour fonctionner, elles consomment une quantité immense d'énergie.

C'est le problème principal soulevé par la neige artificielle: très gourmande en eau et en énergie, sa production contribue à l’accélération du changement climatique. Autrement dit, la solution risque d'aggraver le problème.

Que faire?

Pour ces raisons, la neige artificielle peut, tout au plus, «accompagner l’adaptation des stations de sport d’hiver», a déclaré à l'AFP l'un des auteurs de l'étude. Pour limiter son impact, le secteur du ski devrait passer par des «réductions massives de l'empreinte carbone au niveau des transports et de l'hébergement», argumente l'étude. Avant de conclure:

«On peut se demander si les politiques ambitieuses nécessaires pour limiter le réchauffement de la planète sont compatibles avec les activités touristiques fortement polluantes»
L'étude de Nature Climate Change

Les auteurs de l'étude rappellent finalement que le tourisme dans son ensemble est responsable d'environ 8% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. La moitié d'entre elles sont imputables aux transports.


La pénurie de neige sur les pistes de ski suisses
1 / 14
La pénurie de neige sur les pistes de ski suisses
Engelberg, Obwald.
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Voici à quel point les Suisses vont galérer sur la route ce week-end
Des milliers d'automobilistes vont prendre la route du sud lors du long week-end de Pentecôte (18-20 mai). Des alternatives pour éviter le Gothard existent, mais ces itinéraires seront également très sollicités. Voici les pires endroits.

Le week-end dernier, à l'occasion de l'Ascension, d'importants bouchons se sont formés devant les tunnels du Gothard et du San Bernardino, où les embouteillages ont atteint 16 et 10 kilomètres, respectivement. Ce scénario se répétera ce week-end, pour la Pentecôte, et la situation risque d'être encore pire. En cause: en plus des Suisses, de nombreuses personnes en provenance de l'étranger vont également prendre la route vers le sud.

L’article