DE | FR
Image: Shutterstock / Montage watson

Tabac et internet: interdire la pub qu'aux jeunes, c'est possible?

Les Suisses ont tranché (et on ne parle pas de morceaux de cervelas): il n'y aura plus de publicité pour le tabac visible par les enfants. Y compris sur internet. D'ailleurs: comment fait-on pour planquer des pubs à une tranche d'âge spécifique sur la toile?
14.02.2022, 18:4614.02.2022, 18:57
Suivez-moi

Des pubs pour la snus ou pour les vapoteuses, vous en trouvez sur des réseaux sociaux comme TikTok ou Facebook, ou sur un grand média gratuit, allez savoir. Enfin, quand on dit «vous»... encore faut-il que vous soyez dans le public cible de ces réclames, à savoir les jeunes. Mais maintenant que la population suisse a accepté en votation populaire l'initiative «Enfants sans tabac», la publicité pour la fumée et ses équivalents sera interdite partout où elle est visible pour les mineurs. Y compris... sur internet! Concrètement, ce sera appliqué comment?

Rien dans la proposition de mise en œuvre

Les initiants ont établi une proposition de mise en œuvre de leur texte, accessible sur leur site. Mais concernant l'application technique de l'interdiction des publicités pour le tabac sur internet, rien ne figure dans le document. Il est seulement spécifié que «la publicité pour les produits du tabac et les cigarettes électroniques ainsi que pour les objets qui forment une unité fonctionnelle avec un produit du tabac est interdite lorsqu’elle s’adresse aux mineurs ou qu’elle touche les mineurs, notamment (...) sur les sites Internet», ajoutant, comme «mise en œuvre possible»:

«Sauf si des mesures adéquates garantissent que seuls des adultes peuvent les consulter»

En clair: pas de pub pour les clopes, si on ne peut pas s'assurer qu'un mineur ne tombera pas dessus. Or, aucun détail sur ce que peuvent être les mesures en question, sur le plan technique ou même légal. Le porte-parole du comité «Enfants sans tabac», Markus Meury, confirme que l'association n'a rien à communiquer de plus à ce sujet et qu'il revient maintenant au parlement de préparer la loi d'application de l'initiative. L'idée générale étant:

«Quand on veut, on peut!»
Markus Meury, porte-parole du comité «Enfants sans tabac»

«Assez facilement réalisable» selon Gerhard Andrey

Au parlement, justement, le conseiller national Gerhard Andrey (Les Verts/FR), qui a co-fondé l'agence digitale Liip, est d'avis que la mise en pratique de l'initiative est «assez facilement réalisable». Selon lui, «les plateformes ont déjà maintenant la possibilité technique de cibler leurs publicités selon les régions et les catégories d'âge».

Il s'agira simplement pour elles de respecter la loi. «Il faudra un organisme de contrôle», ajoute-t-il, «je pense d'ailleurs que cela se fera via une auto-règlementation de la filière et que celle-ci sera relativement légère».

Quant à Google Ads, le service de pubs proposé par le géant américain, très utilisé par des sites et des blogs en Suisse, cela ne devrait pas poser de problèmes particuliers selon lui: Google ne fait que mettre à disposition ce service, c'est ensuite aux diffuseurs d'en assumer la responsabilité.

«Bien sûr, il y aura toujours des effets secondaires, avec des enfants qui se retrouveront devant une page ouverte sur l'ordinateur de leurs parents», modère le politicien. «Mais c'est exactement comme avec les journaux papier sur abonnement.» Or, c'est bien ça le problème: l'initiative n'interdit pas seulement les réclames qui ciblent les jeunes, mais bien toutes celles qui peuvent les atteindre (art. 118, al. 2, let. b du texte).

Le travail des chambres fédérales reviendra in fine à décider dans quelle mesure c'est une interdiction totale de la publicité pour le tabac qui devra être obtenue dans les faits. Les initiants (soutenus notamment par le corps médical et les grandes organisations de la santé), qui ne se cachaient pas d'avoir cet objectif en tête, doivent s'en réjouir.

La crise ukrainienne en images

1 / 13
La crise ukrainienne en images
source: sda
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Un zoo britannique a accueilli un nouveau pensionnaire

Articles sur les tensions entre Russie et Ukraine

L'armée ukrainienne a-t-elle une chance de résister à une attaque russe?

Link zum Artikel

La crise ukrainienne fait planer le spectre d'une guerre en Europe

Link zum Artikel

Ukraine: le G7 prêt à imposer des sanctions aux «conséquences massives»

Link zum Artikel

Des risques élevés de guerre en Europe, selon ce haut diplomate suisse

Link zum Artikel

En cas de guerre en Ukraine, voici les pénuries qui nous guettent en Suisse

Link zum Artikel

La Russie préparerait une opération pour justifier l'invasion de l'Ukraine

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Peur du black-out: faut-il parer les Alpes d'énormes panneaux solaires?
Avec la guerre en Ukraine, les craintes d'un black-out énergétique cet hiver se renforcent et les discussions se multiplient sur la nécessité de développer les énergies renouvelables en Suisse. Au niveau politique, le Conseil des Etats réfléchit à l'installation de grands parcs photovoltaïques dans les montagnes. Eclairage en 5 points.

Le risque d'un black-out électrique cet hiver se fait de plus en plus sérieux. Christoph Brand, le chef du plus grand groupe énergétique suisse Axpo, a enfoncé le clou ce jeudi 23 juin sur Blick TV: soulignant que la Russie a réduit de 60% ses livraisons de gaz à l’Europe depuis une semaine et que la moitié du parc nucléaire français est actuellement hors service, il dit ne pas exclure une pénurie d'électricité en hiver prochain et une politique de rationnement à l'avenir.

L’article