Suisse
Tessin

Mort de Dick Marty, le Suisse qui a fait trembler mafia et CIA

Dick Marty, le Suisse que la CIA voulait faire taire et la mafia assassiner est mort.
Dick Marty est mort ce jeudi 28 décembre.Image: keystone/watson

Dick Marty, le Suisse que la CIA aurait aimé faire taire et la mafia assassiner

Il était un combattant infatigable de l'Etat de droit et s'était fait de très nombreux ennemis à travers le monde. Le Tessinois Dick Marty a vécu jusqu'à la fin de sa vie sous protection policière.
29.12.2023, 12:0129.12.2023, 18:27
Henry Habegger / ch media
Plus de «Suisse»

Jeudi, Dick Marty est décédé dans sa maison de Fescoggia dans le Malcantone, au Tessin. Il a succombé à une tumeur. L'ancien conseiller aux Etats du PLR avait 78 ans.

Sa mort a profondément affecté les personnes qui le connaissaient de près. Dick Marty était une personnalité d'exception et il n'était pas un politicien ordinaire. Simonetta Sommaruga, 63 ans, ancienne conseillère fédérale socialiste, constate simplement:

«Dick Marty était l'un des hommes politiques les plus droits, les plus honnêtes et les plus francs que j'ai jamais connus. J'ai beaucoup appris de lui»

L'ex-conseillère fédérale faisait partie des amis proches de Dick Marty qui sont restés en contact avec lui jusqu'à sa mort. Un autre ami notable de Marty est Franco Cavalli, 81 ans, ancien conseiller national tessinois PS et chef du groupe parlementaire au Palais fédéral. L'oncologue a accompagné Marty jusqu'à la fin. «C'était l'un de mes meilleurs amis», dit Cavalli, visiblement très ému. Comme Sommaruga, Cavalli dresse le portrait d'un homme distingué, indépendant et incorruptible.

L'un des derniers radicaux

Cavalli considère que Dick Marty était l'un des derniers véritables radicaux. Avec l'âge, sa position s'est déplacée vers la gauche, mais il est toujours resté radical, et ce dans la conception originelle des pères fondateurs du PLR: «Dans le sens où les gens doivent être libres». En tant que calviniste, Marty avait des exigences morales strictes pour lui-même et pour les autres. Il n'a jamais compromis ses principes, dit Cavalli:.

«Sinon, il serait probablement devenu conseiller fédéral»

Marty s'est éloigné du PLR, ou le PLR s'est éloigné de Marty. Plus le parti s'orientait vers l'UDC, plus la distance se creusait.

Ce désamour s'est manifesté en 2020 lors de sa dispute avec Karin Keller-Sutter pendant la campagne de votation sur l'initiative sur la responsabilité des multinationales. Marty a reproché à Keller-Sutter de mentir. Cavalli dit que le comportement de la ministre de la Justice de l'époque, sa collègue de parti, a beaucoup affecté Marty.

Un rayonnement international qui n'a pas plus à la CIA

Dick Marty, ancien procureur et conseiller d'Etat tessinois, était l'un des Suisses les plus connus au niveau mondial. Il a mené plusieurs enquêtes internationales qui ont fait sensation, et ces affaires, lui ont fait prendre de gros risques en matière de sécurité personnelle.

La première grande enquête fut celle menée pour le Conseil de l'Europe sur les actions secrètes de la CIA en Europe. En 2007, Marty a porté de graves accusations contre plusieurs pays, notamment contre la Pologne et la Roumanie, où les Américains ont exploité des prisons secrètes à la suite des attentats terroristes de New York.

Mais Marty a également critiqué l'Italie et l'Allemagne, car ces pays ont entravé son enquête. Ses relations avec les Etats-Unis ont été durablement entachées par cette affaire. Franco Cavalli se souvient que Marty ne s'est plus rendu aux Etats-Unis après cette enquête, car il craignait qu'on lui refuse l'entrée ou qu'on le retienne pour l'interroger.

Menacé par des assassins et déçu par le Conseil fédéral

Il s'est attaqué à des adversaires encore plus dangereux, en 2010. Marty était alors enquêteur spécial du Conseil de l'Europe lorsqu'il a publié son rapport sur les crimes de l'Armée de libération du Kosovo (UCK). Il y incriminait notamment le futur président du Kosovo, Hashim Thaci. Cette enquête devait brutalement rattraper Marty dix ans plus tard.

En décembre 2020, les projets d'assassinat d'un groupe d'extrémistes des services secrets serbes ont été découverts. Ces derniers avaient l'intention d'assassiner Marty et de faire porter le chapeau au Kosovo. Le Conseil fédéral a fait appel à une unité spéciale de l'armée pour protéger l'ancien conseiller aux Etats.

Pendant des années, presque jusqu'à la fin de sa vie, Marty a vécu sous haute protection policière. Il trouvait «déprimant» que le Conseil fédéral le fasse certes protéger, sans pour autant être prêt à faire respecter l'Etat de droit et à poursuivre les criminels. Marty estimait que le gouvernement ne voulait pas se fâcher avec la Serbie pour des raisons de politique étrangère.

Un héros pour les forces de l'ordre

Au Tessin, l'ancien procureur était vu comme une sorte de héros par des policiers tels que l'ancien agent sous couverture Fausto Cattaneo, lui aussi récemment décédé. Ils n'ont jamais eu autant d'estime pour un autre procureur que Marty, qui leur a apporté un soutien sans compromis dans leur travail contre la mafia, le crime organisé, et les cartels de la drogue. Marty a été l'un des premiers procureurs à s'attaquer résolument au crime organisé transfrontalier. Le fait qu'il ait également remis en question le rôle des banques dans ce contexte n'a pas plu à tout le monde au sein du PLR.

Toutes ces différences ont été mises de côté jeudi. Le président du PLR Thierry Burkart a rendu hommage au défunt sur Twitter:

«Son engagement en faveur de l'Etat de droit et des droits de l'homme restera gravé à jamais dans nos mémoires»

Un dernier livre, une sorte d'héritage

Lorsqu'il a appris qu'il ne lui restait plus longtemps à vivre, Dick Marty a décidé d'écrire un dernier livre. La traduction du titre est à peu près: «Vérités irrévérencieuses. Réflexions d'un magistrat sous protection personnelle». Ce livre est, selon Franco Cavalli, l'héritage de Dick Marty. Des pensées très personnelles, très crues.

Marty lui-même a déclaré dans une interview au Corriere del Ticino qu'il avait d'abord voulu écrire ce livre pour lui-même. Puis, il s'est dit qu'il pourrait être utile de partager certaines de ses expériences. Il lui était important de souligner qu'il avait toujours agi sans calcul:

«J'en ai payé le prix. Mais c'est quelque chose qui m'a fait me sentir mieux. Si je ne l'avais pas fait, je ne pourrais plus me regarder dans le miroir»

Traduit et adapté de l'allemand par Léa Krejci

Immersion dans le plus grand bunker d'or privé de Suisse
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
La BNS tire des enseignements de la crise de Credit Suisse
La crise de Credit Suisse a mis en lumière des lacunes dans la réglementation, notamment en matière de fonds propres.

Ni les exigences actuelles, ni les garanties constituées par la grande banque ne lui ont permis de faire face à ses besoins accrus en mars 2023. C'est ce que pointe la Banque nationale suisse (BNS), dans son rapport sur la stabilité financière publié jeudi. De ce fait, la réglementation doit être adaptée, estime l'institut d'émission.

L’article