DE | FR

En Valais, on soupçonne (encore) une fraude électorale

Urne illustration

L'infraction concernait l'élection au parlement valaisan du 7 mars. Image: Shutterstock

Brigue-Glis dénonce de potentielles fraudes électorales. Elles concerneraient l'élection au parlement valaisan du 7 mars. En 2017, une affaire semblable avait agité le canton.



Nouveau soupçon de fraude électorale dans le Haut-Valais. La commune de Brigue-Glis a dénoncé une potentielle infraction au Ministère public, dans le cadre des élections au Grand Conseil de ce dimanche 7 mars. Des investigations sont en cours.

Près de 50 listes concernées

L’infraction concernerait environ 25 listes pour la députation et quasi le même nombre pour la suppléance, indique le Ministère public, qui ne fera pas davantage de commentaire. Selon Le Temps, il s'agirait de «listes qui ont subi les mêmes corrections, dont l’écriture est identique.»

Le Canton affirme avoir pris connaissance des faits, et que les résultats de l'élection du parlement ont été confirmés.

Le Conseil d'Etat fera part de la dénonciation au Grand Conseil lorsque celui-ci devra valider les élections. Donc lors de sa session constitutive, le 19 avril.

En 2017, des vols dans les boîtes aux lettres

Cette affaire en rappelle une autre. Lors des élections cantonales de mars 2017, un individu avait volé près de 200 bulletins de vote dans des boîtes aux lettres du Haut-Valais (à Brigue, Naters et Viège). Il les avait remplis selon ses préférences et renvoyés munis d’une fausse signature.

L’homme, un membre de l’UDC au moment des faits, avait été condamné à douze mois de prison avec sursis. Le parlement avait été agité par l'affaire et avait décidé de ne pas opter pour un retour aux urnes. Selon «Le Nouvelliste», cette fraude avait «sans doute faussé le résultat des élections au Grand conseil

Pas vraiment comparable

Reste que pour le chancelier d'Etat valaisan Philipp Spoerri, interrogé par Le Temps, les deux affaires ne sont pas vraiment comparables. «Tout d'abord parce que le nombre de listes concernées est bien moindre cette année, mais aussi parce qu’il y a quatre ans, "il y avait falsification de l’identité de l’électeur, ce qui n’est pas forcément le cas cette fois"», note le quotidien romand.

Aussi, cette fois, la dénonciation de Brigue-Glis intervient avant la validation des résultats de l'élection par le Grand Conseil, contrairement à 2017. (ATS/AS)

Nos articles sur le dimanche politique

Les résultats des votations et des élections en un coup d’oeil

Link zum Artikel

Scrutins fédéraux définitifs ++ poussée des Verts sur Vaud et Fribourg

Link zum Artikel

Refus de l’e-ID: la Suisse a un problème avec le numérique

Link zum Artikel

Les 5 raisons de l'excellent score de Pierre Maudet

Link zum Artikel

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

«Berset était obligé de lâcher un peu de lest»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

«Meurtre passionnel» restera tel quel dans le Code pénal

En Suisse, le parlement a refusé la proposition d'une député qui souhaitait supprimer la terminologie «meurtre passionnel».

Le terme «Meurtre passionnel» pourra continuer de figurer dans la loi. Cela, malgré son côté ambigu. Les partisans affirment que l’utilisation de cette expression peut avoir «un effet d’atténuation de la responsabilité de l’auteur du meurtre». Dans la loi, le terme est d'ailleurs plus neutre en allemand, contrairement au français et à l'italien.

Le vote des sénateurs en a décidé autrement, mais la question pourrait être débattue dans le cadre du projet d'harmonisation des peines (selon leur …

Lire l’article
Link zum Artikel