assez dégagé-1°
DE | FR
Suisse
Vaud

Procès climatique: Valérie D'Acremont et Blaise Genton au tribunal

Procès climatique: deux figures de la lutte contre le Covid au tribunal

Blaise Genton, gauche, medecin-chef a Unisante et responsable medical de la campagne de vaccination Covid-19 du Canton de Vaudet Valerie d'Acremont, centre, infectiologue a Unisante particent a u ...
Blaise Genton et Valérie D'Acremont devant le tribunal lors du procès des activistes de la ZAD du Mormont.Image: sda
12 activistes ont été jugés, à Lausanne, pour avoir bloqué la rue Centrale en 2019. Parmi les prévenus, deux figures de la santé: Valérie D'Acremont et Blaise Genton.
07.02.2022, 23:2408.02.2022, 06:47
Plus de «Suisse»

Un nouveau procès climatique s'est déroulé lundi à Lausanne, où 12 activistes ont été jugés pour avoir bloqué la rue Centrale en 2019. Deux figures du monde de la santé, Valérie D'Acremont et Blaise Genton, font partie des prévenus.

Les deux médecins d'Unisanté, qui sont par ailleurs mariés, sont des visages connus dans la lutte contre le coronavirus:

  • Valérie D'Acremont comme infectiologue.
  • Blaise Genton en tant que responsable de la campagne de vaccination vaudoise

Ce sont aussi des militants assidus pour le climat, ce qui leur a valu leur convocation au tribunal.

Pourquoi sont-ils au tribunal?

Le 14 décembre 2019, les deux scientifiques, leurs dix coprévenus et des dizaines d'autres militants (dont certains ont déjà été condamnés) avaient pris part à une action d'Extinction Rebellion. Ils avaient participé à un sit-in sur la rue Centrale, au cœur de Lausanne, bloquant ainsi la circulation. Refusant de quitter les lieux, ils avaient été évacués à tour de rôle par la police.

Que vient faire le Covid dans cette histoire?

Devant le juge, Valérie D'Acremont et Blaise Genton ont répété qu'ils n'avaient fait que leur «travail et devoir de soignant» en alertant la population sur les conséquences du dérèglement climatique, dont ils ont listé quelques «ravages» en Suisse et ailleurs.

Ils ont critiqué l'inaction des autorités, sourdes selon eux «aux messages d'alerte» des scientifiques. «J'ai essayé de faire tout ce que je pouvais, d'agir à tous les niveaux», a relevé Valérie D'Acremont.

Elle a reconnu qu'à certains moments, elle avait le sentiment que son travail «n'avait plus de sens». Et de demander:

«Comment soigner les gens si on leur nuit d'abord?»

Elle a pris l'exemple du Covid-19 et, selon elle, des inévitables futures pandémies, pour lesquelles «personne ne cherche à agir sur les véritables causes.»

Grosse émotion face à l'inaction

Blaise Genton a, lui, admis sa «honte» de laisser à la jeunesse «une planète qui va dans le mur». «En m'asseyant ce jour-là dans la rue, je me suis dit que je pourrais au moins dire à mes enfants et petits-enfants que j'avais essayé de faire quelque chose», a-t-il dit, des sanglots dans la voix.

Plusieurs autres prévenus ont été rattrapés par l'émotion. Ils ont dit leur «peur» et leur «sentiment d'impuissance» face à l'urgence climatique. Ils ont estimé qu'une condamnation serait contraire à leurs droits fondamentaux, en l'occurrence les libertés d'expression et de manifester pacifiquement.

Ils ont appelé le juge Lionel Chambour, qui rendra son verdict vendredi à 10h, à «prendre ses responsabilités» et à «changer le cours de l'histoire.»

Le Ministère public n'était pas présent

De son côté, le Ministère public n'était pas présent pour soutenir l'accusation. Dans son ordonnance pénale, il a requis, contre chacun des prévenus, une peine pécuniaire de 20 jours-amende avec sursis, ainsi qu'une amende de 300 francs et des frais de procédure à hauteur de 200 francs.

Attaques politiques à droite

Le passage au tribunal de Valérie D'Acremont et Blaise Genton n'a pas manqué de faire réagir sur la scène politique vaudoise. Interrogé lundi dans la Matinale de la RTS, le président du PLR vaudois, Marc-Olivier Buffat, a estimé que «les hauts fonctionnaires de la santé ont un devoir de loyauté vis-à-vis de leurs employeurs». Il a ajouté avoir interpellé le Conseil d'Etat à ce sujet.

A la sortie du tribunal, Blaise Genton a expliqué que des «discussions» avaient eu lieu avec son employeur Unisanté, mais que ni lui ni son épouse n'avaient été «mis de côté» en raison de leur militantisme.

«J'ai toujours été clair avec mes convictions. J'ai reçu un mandat des autorités pour protéger la population, et c'est ce que je m'efforce de faire», a-t-il dit.

Série de procès

Une cinquantaine de sympathisants, dont une partie venue du monde médical et vêtue de blouses blanches, sont venus soutenir les prévenus lundi au Tribunal d'arrondissement de Lausanne.

A noter finalement que ce procès fait partie de la série dite du «procès des 200», entamée en septembre dernier et qui voit défiler les militants au tribunal pour divers faits de désobéissance civile à Lausanne entre 2019 et 2020. (jah/ats)

Il sauve un chien d'un lac gelé

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Hausse abusive des loyers: voici une arme qui aiderait les locataires
Le taux référence est passé à 1,75 %, entraînant de nombreuses augmentations de loyer. Alors que l'association des propriétaires fonciers parle d'une étape logique, l'association des locataires, elle, tire la sonnette d'alarme. Et le Conseil fédéral s'active lui aussi.

La Poste aura fort à faire dans les semaines à venir. Et pour cause, il lui faudra distribuer des lettres recommandées à la pelle. Après le relèvement, vendredi, du taux d'intérêt de référence pour la deuxième fois cette année, de nombreux locataires recevront une augmentation de loyer. En cas de contestation, la valse des recommandés reprendra, dans le sens inverse cette fois.

L’article