DE | FR

Cesla Amarelle éjectée d'un Conseil d'Etat vaudois qui vire à droite

Le revers est cinglant pour la socialiste sortante Cesla Amarelle, qui siège depuis 2017 au Conseil d'Etat.
Le revers est cinglant pour la socialiste sortante Cesla Amarelle, qui siège depuis 2017 au Conseil d'Etat.keystone
Le gouvernement vaudois bascule à droite. La jeune centriste Valérie Dittli a créé une énorme surprise en accédant dimanche au Conseil d'Etat. La socialiste sortante Cesla Amarelle reste sur la touche de même que le candidat UDC.
10.04.2022, 15:1710.04.2022, 19:06

Le gouvernement vaudois bascule à droite. La centriste Valérie Dittli a créé une énorme surprise en accédant dimanche au Conseil d'Etat. La socialiste sortante Cesla Amarelle reste sur la touche de même que le candidat UDC.

Valérie Dittli, l'énorme surprise centriste qui pousse Cesla Amarelle en dehors du conseil d'Etat vaudois.
Valérie Dittli, l'énorme surprise centriste qui pousse Cesla Amarelle en dehors du conseil d'Etat vaudois.Image: KEYSTONE

Trois PLR, deux socialistes, un Vert et une centriste composent désormais le gouvernement vaudois. Après l'élection de la PLR sortante Christelle Luisier au premier tour, les socialistes sortantes Nuria Gorrite (91 690) et Rebecca Ruiz (90 556) ont terminé en tête dimanche devant les deux conseillers nationaux PLR Isabelle Moret (87 646 voix) et Frédéric Borloz (87 372 ).

Arrivé en cinquième position, le Vert Vassilis Venizelos, relativement discret pendant la campagne, a réussi à redresser la barre par rapport au premier tour. Avec 81 509 voix, il sauve le siège que son parti occupe depuis 28 ans au Conseil d'Etat.

Majorité gagnée sans l'UDC

Tout s'est joué ensuite entre la nouvelle venue, Valérie Dittli, et la socialiste sortante Cesla Amarelle. L'Alliance de droite a placé Valérie Dittli, 29 ans (80 431 voix), quasi inconnue avant le scrutin et qui n'a jamais occupé de mandat électoral. La présidente du micro-parti du Centre (ex-PDC), a été préférée à son colistier UDC, Michaël Buffat, arrivé en huitième et dernière position (73'374).

La droite regagne ainsi la majorité perdue en 2011, après le décès de l'UDC Jean-Claude Mermoud. Mais le parti agrarien reste une nouvelle fois aux portes du Château cantonal, une déconvenue.

Cinglant revers

Le revers est cinglant pour la socialiste sortante Cesla Amarelle, qui siège depuis 2017 au Conseil d'Etat. Elle termine en septième position (76 060 voix), loin derrière ses colistières Nuria Gorrite et Rebecca Ruiz. Elle a vraisemblablement fait les frais d'un Département exposé, celui de l'école.

La participation s'élève à 37.59%. Elle a légèrement augmenté par rapport au premier tour. (ats)

Boris Johnson en visite à Kiev

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
«Le risque d'abus existe»: l'UDC ne veut accueillir que les Ukrainiens de l'Est
Près de 50 000 réfugiés ukrainiens auraient déjà été accueillis en Suisse. Un nombre qui inquiète l'UDC et le PLR, les deux partis proposent des mesures pour limiter l'afflux.

Depuis le début de l'invasion russe, en Ukraine, de nombreux habitants de ce pays d'Europe de l'Est ont pris la fuite. Selon l'ONU, plus de douze millions de personnes auraient déjà quitté leur pays, notamment en direction de la Suisse. Ainsi, près de 50 000 Ukrainiens se trouveraient actuellement dans le pays.

L’article