DE | FR

Vidéo: watson

Vidéo

«Etre Suisse, c'est être blanc? Non!»



C'est un chiffre qui a son importance: 40% des 15 à 24 ans estiment avoir été discriminés durant ces cinq dernières années, selon une étude du Service de lutte contre le racisme dévoilée ce mardi.

En font partie les discriminations ancrées dans des clichés coriaces et subies quotidiennement: «tu parles super bien pour un noir», «Je ne sors qu'avec des noirs», «Tu es belle pour une noire». Des commentaires comme ceux-ci, les personnes de couleur, plus justement qualifiées d'afro-descendantes, l'entendent au quotidien. Cela porte un nom: ce sont des micro-agressions.

Considéré pour certains comme anodin, parfois même proche du compliment, ce type de remarque provoque, en réalité, pour les gens qui le subissent, un malaise. Et son impact, subtil, mais non moins douloureux, est rarement compris par ceux qui en usent, même en Suisse. C'est en tout cas ce que l'on comprend lorsque l'on écoute Amani, Betty, Mélissa, Will et Yaël livrer leur propre expérience dans le pays.

Dans cet entretien inédit, ces jeunes, membres de l'organisation suisse Safro, pointent le doigt sur le caractère discriminatoire qui gravite autour de ces phrases. Leur but: en finir avec les préjugés.

Vidéo: watson

D'autres jeunes suisses vont vous inspirer, chacun dans leur domaine:

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Elle boit cul sec sa bière et vole la vedette aux joueurs à l'US Open

En plein match, les caméras se braquent sur une femme qui fait le show avec ses bières. Deux fois. Pour Twitter, c'est comme si elle avait gagné le tournoi.

C'est carrément sur le compte Twitter de l'US Open qu'on a pu (re)voir ces prestations sportives de haut vol. Entre une interview de Novak Djokovic (boring) et un post sur les chaussures de Naomi Osaka (qui s'en fout?), une spectatrice a mis le feu durant le Grand Chelem de tennis new-yorkais.

Pendant le match entre Félix Auger-Aliassime et Robert Bautista-Agut, le 3 septembre, une caméra, dont les images sont retransmises sur grand écran, se promène sur le public. Elle s'arrête sur la jeune …

Lire l’article
Link zum Artikel