DE | FR
Celine Vara, politicienne neuchateloise pour le parti Les Verts pose pour le photographe ce jeudi 3 mai 2018 a Neuchatel. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Image: KEYSTONE

Menacée de mort, Céline Vara est placée sous protection policière

«Ecrasez-moi cette punaise», «A mort». Après sa participation à l'émission Infrarouge de la RTS, la Conseillère aux Etats Verte neuchâteloise a reçu une avalanche de commentaires haineux sur les réseaux sociaux ainsi que par courrier. Elle a déposé plainte et a été mise sous protection policière.



«Je prends très au sérieux les menaces à mon encontre et dois veiller à protéger activement ma famille, raison pour laquelle j'ai demandé une protection policière». Céline Vara ne s'attendait assurément pas à cette déferlante de haine suite à ses propos tenus la semaine dernière dans Infrarouge.

Invitée sur le plateau pour débattre des initiatives «eau propre» et «contre les pesticides», la Verte a clairement défendu l'abandon de l'usage des pesticides en Suisse, responsables selon elle de cancers et autres malformations.

«On rend nos enfants malades ». Pour étayer ses propos, Céline Vara a cité une étude menée par l'Université de Genève sur des recrues qui affirme que la qualité du sperme est en forte baisse.

Céline Vara défend son point de vue (Visez la 22')

Vidéo: RTS

Une déferlante de haine et de menaces

« Ecrasez-moi cette punaise», «il faut enfermer les gens de son espèce». Suite à l'émission Infrarouge, Céline Vara a subi une avalanche de commentaires haineux, jusqu'à des menaces de mort. La conseillère aux Etats neuchâteloise a donc décidé de porter plainte. Elle a été placée sous protection policière.

«On ne peut jamais exclure que quelqu'un passe un jour à l'acte et cette éventualité doit m'inquiéter», a déclaré à la RTS l'écologiste.

La campagne se crispe

Le climat délétère qui plane sur la campagne de votation du 13 juin s'envenime. Après l’incendie d’un char arborant les couleurs du double non aux initiatives «phytos», début mai, dans la campagne vaudoise, en Suisse alémanique la mère du texte «Pour une eau potable propre» a également été menacée de mort.

A lire aussi:

Franziska Herren et sa famille ont reçu ce week-end une lettre anonyme de menace. Conséquence, la militante ne compte plus participer physiquement à des événements de campagne.

Nos articles résumé sur les votations du 13 juin 2021

Une Suisse sans pesticides de synthèse. Mais pourquoi?

Link zum Artikel

Pour lutter contre le terrorisme, faut-il donner plus de moyens à la police?

Link zum Artikel

Que dit la «Loi Covid» sur laquelle on votera le 13 juin?

Link zum Artikel

La loi CO2, ça coûte ou ça rapporte des sous? On a sorti la calculette

Link zum Artikel

Pourquoi la Suisse romande ne vote qu’à gauche (ou presque)

Dimanche a raisonné comme une confirmation: notre coin de pays est à gauche. Très à gauche. C’est elle qui désormais a le contrôle sur la quasi-totalité des villes et des cantons romands. Voilà pourquoi.

A Lausanne, à Yverdon, à Renens, à Nyon, à Vevey, à Montreux. Dans le canton de Genève aussi. Le point commun: ces Municipalités et cet exécutif cantonal ont rejoint dimanche la longue liste des gouvernements (à différents niveaux) de gauche en Suisse romande

Cette journée du 28 mars constitue en effet un nouveau triomphe de la gauche unie, composée des socialistes, des Verts et – parfois – d’une gauche plus «radicale». Il y a bien quelques exceptions, comme le Valais et la ville de …

Lire l’article
Link zum Artikel