DE | FR

Pourquoi l'armée et l'OFSP ne sont pas d'accord sur l'obligation du masque FFP2

Membres du bataillon d'hôpital 2, en décembre 2021, à la caserne de Moudon (VD).
Membres du bataillon d'hôpital 2, en décembre 2021, à la caserne de Moudon (VD).image: keystone
Variant Omicron oblige, tous les membres de l'armée doivent désormais porter des masques FFP2 à l'intérieur: une directive qui entre en contradiction avec la recommandation de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Toutefois, une conseillère nationale espère que cette mesure aura un effet symbolique.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
10.01.2022, 17:0510.01.2022, 17:51
Christoph Bernet / ch media

L'armée se prépare à la vague Omicron: avant d'entrer à l'école de recrues qui débute la semaine prochaine, tous les militaires doivent présenter un test Covid négatif.

L'Ecole de recrue (ER) commence en outre de manière échelonnée: un tiers des recrues restera à la maison. Celui-ci devra acquérir des connaissances théoriques de base sur l'armée et suivre un programme sportif prédéfini, le tout à distance.

Une autre mesure n’a guère attiré l'attention jusqu'à présent: sur instruction du médecin en chef de l'armée, Andreas Stettbacher, le port du masque FFP2 est désormais obligatoire dans l'armée. Cette mesure concerne:

  • Les recrues.
  • Les participants aux cours de répétition.
  • Les cadres de l'armée.
  • Les collaborateurs civils du Groupement Défense du Département de la défense qui ne travaillent pas à domicile, notamment des collaborateurs de la Base logistique de l'armée.

Pourquoi rendre obligatoire le masque FFP2?

«Le médecin en chef de l'armée a ordonné le port obligatoire du masque FFP2 en réponse à la haute transmissibilité du variant Omicron », explique le porte-parole de l'armée Daniel Reist à CH Media. Les mesures de protection doivent être conçues de la manière la plus efficace possible, afin d'éviter toute transmission:

«C'est ce qui nous a incités à ordonner le port des masques FFP2, plus efficaces que les masques d'hygiène, dans les espaces intérieurs»
Daniel Reist, porte-parole de l'armée

Outre la prévention des pertes d'effectif dues aux infections, cette mesure vise à éviter la surcharge des infrastructures des casernes et des hôpitaux de l'armée par des personnes placées en isolement ou en quarantaine.

Le médecin-chef de l'armée, Andreas Stettbacher.
Le médecin-chef de l'armée, Andreas Stettbacher.image: keystone

Mais l'OFSP s'inquiète

L'obligation du FFP2 pour l'armée ordonnée par Stettbacher est en contradiction avec la réserve de l'OFSP concernant ce type de masque. Officiellement, les masques FFP2 sont actuellement seulement recommandés dans le cadre des soins aux patients, lors de certains contacts à risque.

Selon le site Internet de l'OFSP, ces masques ne sont utiles pour un usage privé «que dans les situations où une protection supplémentaire est souhaitée et où un port correct est garanti en permanence».

L'OFSP a souligné à plusieurs reprises l'efficacité limitée des masques FFP2 lorsqu'ils ne sont pas portés correctement. Le ministre de la santé Alain Berset a tenu un discours similaire lorsqu'il a indiqué en décembre, dans une réponse à la conseillère nationale Maja Riniker (PLR), que la différence d'efficacité entre les types de masques «est beaucoup plus faible au quotidien, car les masques ne sont pas toujours portés correctement».

La conseillère nationale Maja Riniker se réjouit que l'armée prenne les devants

La conseillère nationale Maja Riniker (PLR).
La conseillère nationale Maja Riniker (PLR).image: keystone

La réponse d’Alain Berset a irrité la conseillère nationale Maja Riniker: «Ceux qui se déplacent dans les transports publics savent que les autres masques sont également mal portés», a-t-elle réagi. La meilleure efficacité des masques FFP2 est prouvée depuis longtemps, selon elle.

«Je suis contente que l'armée prenne les devants et envoie un message»

Elle attend de l'OFSP «une recommandation claire sur le port de masques FFP2 dans les espaces intérieurs où la qualité de l'air est mauvaise». Cela permettrait de réduire le nombre de nouvelles infections et le risque de nouvelles fermetures forcées.

Interrogé par CH Media, un porte-parole de l'OFSP a déclaré que l'armée était libre d'introduire une obligation de porter le masque FFP2: «Nous partons du principe que les militaires sont instruits sur l'utilisation correcte des masques.» (saw/aargauerzeitung.ch)

Aussi dans l'actu: dans la nouvelle pub Free, le patron se prend pour le président

Les dernières nouvelles sur le front Omicron...

Ce que l'on sait sur Deltacron, ce cocktail entre Delta et Omicron

Link zum Artikel

L'Italie resserre ses mesures anti-Covid face à Omicron

Link zum Artikel

Omicron: «Un taux d'hospitalisation plus faible que pour Delta»

Link zum Artikel

Seuls ces deux vaccins semblent être efficaces contre Omicron

Link zum Artikel

Omicron sera-t-il le dernier variant super flippant? Réponse en 5 points

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Historique: après 30 ans de baisse, le budget de l'armée suisse repart à la hausse
Contre l'avis de la gauche, le Conseil national a approuvé, lundi, une hausse de deux milliards de francs du budget de la défense d'ici à 2030, qui devrait atteindre alors au moins 1% du PIB. La Suisse s'aligne sur la tendance en Europe et notamment sur celle de pays neutres comme elle.

Finlande, Suède, Autriche, tous les neutres en Europe ont décidé d’augmenter dans des proportions importantes leur budget de la défense. Et lundi après-midi à Berne, le Conseil national a fait de même en votant par 111 voix pour, 79 contre et deux abstentions, une hausse de deux milliards de francs dans les dépenses militaires d’ici à 2030, avec l’engagement de les porter au minimum à 1% du PIB, contre 0,7% actuellement. Une majoration présentée comme «modérée» par ses promoteurs, essentiellement la droite du parlement. C'est historique: la décision du National met fin à une baisse quasi ininterrompue du budget de la défense depuis 1990.

L’article