DE | FR
Christine Lagarde se veut rassurante. Elle estime que la reprise sera au rendez-vous en 2021.

Christine Lagarde en est à sa 3ème crise majeure Image: sda

«2021 sera l'année de la reprise»

La dirigeante de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, est confiante quant au retour de la croissance en 2021. Pas question en revanche d'annuler la dette.



Le contexte

A la tête de la Banque centrale européenne depuis septembre 2019, l'ancienne directrice générale du FMI et ex-ministre de l'Economie et des Finances a dû gérer les conséquences de la crise du Covid-19, en mettant en place avec le conseil des gouverneurs un plan d'urgence pour épauler les économies des dix-neuf Etats de la zone euro. La pandémie est la troisième crise d'envergure mondiale qu'a connu Christine Lagarde. Ce qui lui permet de conserver son sang-froid et un optimisme raisonné.

Croissance en vue?

Aux alentours de 4%. Peut-être un peu en dessous. Cela représenterait déjà une hausse très significative par rapport à la chute du PIB de 6,8% enregistrée dans la zone euro en 2020. Tout dépendra de la politique de vaccination et du déroulement des campagnes. Ainsi que des mesures économiques prises par les gouvernements en réponse aux conditions sanitaires.Le 21 juillet 2020, les chefs d'Etat et de gouvernement européens ont décidé un plan de relance de 750 milliards d'euros. Avez-vous des inquiétudes sur sa concrétisation?

Annulation de la dette?

Nous demeurons convaincus, à la BCE, que 2021 sera une année de reprise. La reprise économique a été retardée, mais non battue en brèche. Elle est évidemment attendue avec impatience. Nous anticipons une montée en puissance autour du milieu de l'année, même si des incertitudes persistent. Nous ne sommes pas à l'abri de risques encore inconnus. Soyons lucides : nous ne retrouverons pas les niveaux d'activité économique d'avant la pandémie avant mi-2022.

«Pas question d'annuler la dette. Les conséquences seraient terribles»

Et maintenant?

Aux alentours de 4%. Peut-être un peu en dessous. Cela représenterait déjà une hausse très significative par rapport à la chute du PIB de 6,8% enregistrée dans la zone euro en 2020. Tout dépendra de la politique de vaccination et du déroulement des campagnes. Ainsi que des mesures économiques prises par les gouvernements en réponse aux conditions sanitaires.Le 21 juillet 2020, les chefs d'Etat et de gouvernement européens ont décidé un plan de relance de 750 milliards d'euros.

Comment Lagarde gère la crise

abspielen

Vidéo: YouTube/Financial Times

Aujourd'hui, ces incertitudes majeures ont toutes été dissipées. Notamment la plus cruciale d'entre elles, la mise à disposition de vaccins fiables, puisque plusieurs ont été validés depuis par les autorités de santé internationales compétentes. C'est une nouvelle donne. Et un facteur indéniable d'optimisme.

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Litige aux Etats-Unis: Swiss Life va payer 69 millions de francs

Quatre filiales de l’assureur-vie suisse ont été rendues coupables d’avoir aidé des contribuables américains à dissimuler plus de 1,5 milliard de dollars du fisc des Etats-Unis.

L'assureur-vie Swiss Life a conclu un accord avec les autorités américaines dans le cadre d'une affaire d'aide à l'évasion fiscale et va payer 77,3 millions de dollars au Trésor américain (69,5 milliards de francs).

La justice américaine a estimé que plusieurs filiales de Swiss Life s'étaient rendues coupables d'avoir aidé des contribuables américains à dissimuler plus de 1.5 milliard de dollars (1.4 milliard de francs) d'assurance-vie au fisc des Etats-Unis (Internal Revenue Service, IRS), …

Lire l’article
Link zum Artikel