DE | FR

Birmanie: le parti d'Aung San Suu Kyi bientôt dissout?

Image: AP
Le chef de la junte militaire accuse la lauréate du prix Nobel de la paix 1991 d'avoir truqué le scrutin qu'elle a remporté en novembre dernier.
22.05.2021, 09:4423.05.2021, 10:02

La junte au pouvoir en Birmanie menace de dissoudre le parti politique de l'ex-dirigeante civile démise, Aung San Suu Kyi. Les raisons invoquées? Des accusations de fraudes aux dernières élections législatives.

Enquête achevée

L'enquête menée sur les résultats de ces élections de novembre 2020 est quasiment achevée, a ajouté vendredi le président de la commission électorale de l'Union de la Birmanie, Thein Soe.

«Qu'allons-nous faire avec le parti (Ligue nationale pour la démocratie, LND) qui a (agi) illégalement, devrions nous dissoudre le parti ou inculper ceux qui ont commis (ces actions illégales) en tant que traîtres envers la nation? Nous allons réfléchir et envisager d'entreprendre cette action»,

Un média local a rapporté, jeudi, que la junte avait supprimé la limite d'âge de la mise à la retraite des généraux, ce qui permettrait au général Min Aung Hlaing de rester en fonctions, même après ses 65 ans en juillet.

Plus de 800 morts

La Birmanie est en proie au chaos et son économie est paralysée depuis le putsch. La répression des manifestants pro-démocratie et des dissidents a fait plus de 800 morts. Parallèlement, des dizaines de milliers de civils sont déplacés en raison d'affrontements entre l'armée et des milices ethniques, nombreuses dans le pays.

Mme Suu Kyi, 75 ans, n'a pas été vue en public depuis son arrestation lors du putsch. Assignée à résidence dans la capitale Naypyidaw, elle devrait comparaître lundi pour la première fois en personne devant la justice.

Nombreux chefs d'accusation

La lauréate du prix Nobel de la paix 1991 a été inculpée à six reprises depuis son arrestation. Elle n'a pu rencontrer ses avocats que lors de brèves séances de visioconférences, sous étroite surveillance des forces de sécurité.

Elle est notamment poursuivie pour:

  • Non respect des restrictions liées à la pandémie
  • Importation illégale de talkies-walkies
  • Incitation aux troubles publics
  • Violation d'une loi sur les secrets d'État datant de l'époque coloniale.
  • Réception de pots-de-vin

Si elle était reconnue coupable, elle pourrait être bannie de la politique, voire condamnée à de longues années de prison. (ats/hkr)

La répression militaire en Birmanie en images

1 / 6
La répression militaire en Birmanie en images
source: sda / lynn bo bo
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

La Birmanie pourrait bien entrer en «guerre civile»

L'ONU a mis en garde, mercredi, contre un risque de «guerre civile» en Birmanie. Depuis le coup d’État du 1er février, plus de 520 civils ont été tués.

La Birmanie est confrontée à un risque «sans précédent» de «guerre civile», a déclaré mercredi l'émissaire de l'ONU, Christine Schraner Burgener. La Suissesse a appelé le Conseil de sécurité à utiliser «tous les moyens» pour éviter une «catastrophe» et un «bain de sang».

«Cela risque de se passer sous nos yeux, et un échec à éviter une nouvelle escalade dans les atrocités coûtera au monde beaucoup plus, sur le long terme», qu'une action immédiate, a déclaré l'envoyée spéciale du …

Lire l’article
Link zum Artikel