DE | FR
Pour le médecin du sport genevois Boris Gojanovic, Roger Federer pourrait envisager de retrouver la compétition en janvier à Melbourne.
Pour le médecin du sport genevois Boris Gojanovic, Roger Federer pourrait envisager de retrouver la compétition en janvier à Melbourne.
Image: keystone/shutterstock

«Roger Federer pourrait revenir dès l'Open d'Australie»

Le Bâlois a annoncé lundi que sa rééducation du genou se passait très bien et qu'il se réjouissait de retrouver les terrains. Un come-back qui pourrait avoir lieu dès le prochain Open d'Australie, selon le médecin du sport Boris Gojanovic.
21.09.2021, 19:0222.09.2021, 16:19
Suivez-moi

Tous les amoureux de tennis ont tremblé le 15 août dernier. La cause de ces tressaillements: une vidéo de Roger Federer postée sur Instagram. Le «Maître» y annonçait qu'il subirait une nouvelle opération à son genou droit – la troisième depuis le début 2020 – et qu'il serait éloigné des courts pour plusieurs mois. Pour toujours?

Non. C'est en tout cas ce que laisse espérer le message plein d'optimisme lancé par le Bâlois lundi, lors d'un événement avec un sponsor.

«Je vais très bien, la rééducation suit son cours. Le pire est derrière moi. Je me réjouis de la suite»
Roger Federer

Balayée donc, la crainte de voir Roger Federer mettre un terme à sa carrière sur un cinglant 6-0 encaissé le 7 juillet en quart de finale de Wimbledon, son jardin. Ce jour-là, il avait subi la loi du Polonais Hubert Hurkacz en trois petits sets, dans ce qui restera peut-être le seul match où le Bâlois a fait de la peine aux spectateurs tant il était dépassé.

Pour ce qui reste à ce jour son dernier match, Roger Federer avait connu une défaite mortifiante en quarts de finale de Wimbledon contre le Polonais Hubert Hurkacz.
Pour ce qui reste à ce jour son dernier match, Roger Federer avait connu une défaite mortifiante en quarts de finale de Wimbledon contre le Polonais Hubert Hurkacz.
image: keystone

Au top ce printemps?

Très discret sur la nature exacte de sa blessure, Roger Federer n'a pas donné plus de détails sur la date de son retour – «dès que possible» – sur le Circuit.

Une opacité bienvenue pour le médecin du sport Boris Gojanovic, qui ne voit «aucun point positif pour les athlètes à exprimer en public des informations sur leurs blessures» et qui déconseille à ses clients de le faire. Le spécialiste basé à l'Hôpital de La Tour à Meyrin (GE) ne sait pas non plus de quoi souffre exactement le tennisman bâlois, mais planche pour des lésions du cartilage et du ménisque. Il juge possible un retour de Roger Federer à l'Open d'Australie (17 au 30 janvier 2022):

«Un retour de Roger Federer à Melbourne est un délai raisonnable. On peut commencer à bien s'entraîner trois-quatre mois après l'opération. Il pourrait retrouver le meilleur de sa forme en avril ou mai»
Boris Gojanovic, médecin du sport

Boris Gojanovic met toutefois en garde sur ces prédictions, établies à partir de données sur des gens de condition physique moyenne et qui «ne valent parfois plus rien avec des athlètes de très haut niveau».

Comme d'habitude, le rendez-vous de Melbourne se jouera sur surface dure. Un problème pour des articulations meurtries? Non, selon le médecin du sport. «La terre battue est moins traumatisante pour les articulations, analyse Boris Gojanovic. Mais les échanges sont plus longs. Au final, c’est la pire surface de toutes. Sur les surfaces rapides, comme le dur, les articulations sont en souffrance, mais il y a plus de chances de conclure le point rapidement. Federer devra donc être offensif et ne pas subir le jeu.»

Roger Federer a remporté six fois l'Open d'Australie, la dernière fois en 2018 contre Marin Cilic en finale.
Roger Federer a remporté six fois l'Open d'Australie, la dernière fois en 2018 contre Marin Cilic en finale.
keystone

Ambiances addictives

Seule certitude pour l'instant: Federer a en ligne de mire la Laver Cup 2022 (l'édition 2021 se dispute ce week-end à Boston), qui aura lieu à Londres.

«L'un de mes objectifs est de tout mettre en oeuvre pour participer à cette compétition l'année prochaine»
Roger Federer

Et puis forcément, dans un coin de sa tête, il y a cette course au record de titres du Grand Chelem. Le Bâlois en est à 20, le même nombre que ses deux rivaux historiques Rafael Nadal et Novak Djokovic.

Pour Yannick Fattebert, ancien entraîneur de Stan Wawrinka, aucun doute: les Majeurs seront au centre du calendrier 2022 de Federer. «Ces gars-là sont taillés pour les Grands Chelems, c'est leur objectif principal», assure le Valaisan. Il a coaché Wawrinka de 2012 à 2019, soit amplement assez pour savoir que ces événements sont addictifs. «Les joueurs et leur staff ont envie de retrouver ces grosses ambiances. Très peu de gens ont la chance de connaître les émotions qu'elles procurent, de la tension d’avant-match à l'explosion de la victoire.»

Yannick Fattebert (t-shirt blanc) à l'entraînement avec Stan Wawrinka, lors de Wimbledon 2018.
Yannick Fattebert (t-shirt blanc) à l'entraînement avec Stan Wawrinka, lors de Wimbledon 2018.
Image: KEYSTONE

ADN de compétiteur

Si Federer regoûte à ces folles atmosphères, il ne le fera pas en dilettante. «Avec un tel état d’esprit de compétiteur et un passé de gagneur, c’est impossible d'y aller que pour faire de la figuration», tranche Benjamin Dracos. Le directeur du Elle Spirit Open de Montreux, ancien numéro 561e mondial, a côtoyé de nombreux champions sur le Circuit. «C’est dans leur ADN de voir loin dans un tournoi, même quand ils disent en conférence de presse qu’ils prennent match après match», rigole-t-il.

Le constat du Dr Gojanovic témoigne aussi de cette volonté, cette obsession du Bâlois, de retrouver la compétition à très haut niveau:

«Les opérations sur le genou de Roger Federer sont de l'ordre du sauvetage à court terme, avec le risque que ça ne marche pas. Une guérison complète est illusoire. Les lésions nécessitant l'opération prétéritent l'avenir de ce genou»
Boris Gojanovic

A quoi bon ruiner sa santé pour simplement tapoter la balle ou faire un dernier tour de piste sous les projecteurs? D'autant plus pour un athlète de 40 ans qui n'a plus rien à prouver et qui pourrait très facilement se reposer sur ses lauriers sportifs et financiers.

Trouver le bon dosage

Mais vouloir est une chose, pouvoir en est une autre. Pour être de nouveau compétitif au plus haut niveau, Roger Federer va devoir trouver un subtil équilibre: enchaîner les matchs pour reprendre confiance et renforcer sa résistance, tout en ménageant son genou. «Sur un match, il peut battre tout le monde, s'avance Benjamin Dracos. Mais j’ai des doutes sur sa capacité à aligner les victoires. Le circuit change vite ces derniers temps, avec de nouveaux venus au top niveau qui auront moins peur de Roger que par le passé.»

Sans compter que le Bâlois, actuel neuvième joueur mondial, va encore perdre des plumes au classement d'ici la fin de l'année. Conséquences: il ne fera plus partie des meilleures têtes de série et devra donc se frotter tôt dans les tableaux à d'autres cadors.

Benjamin Dracos (à gauche) et Yannick Fattebert, co-directeurs du Elle Spirit Open, lors de l'édition 2021 avec Timea Bacsinszky.

Des défaites précoces dans les grands tournois? Clairement pas l'idéal pour retrouver le rythme et la confiance. Le risque existe, et il amène Benjamin Dracos et Yannick Fattebert à penser que Federer pourrait être tenté de jouer à certains moments de la saison davantage de tournois estampillés ATP 250, autrement dit des «petits» tournois.

Mais le Bâlois reste un joueur à part, qui a montré qu'il pouvait être très performant – 1/8e de finale à Roland Garros et 1/4 à Wimbledon – malgré qu'il ait si peu joué ces derniers mois. Les plus optimistes de ses fans se rappelleront qu'il avait remporté l'Open d'Australie 2017 après six mois de pause forcée...

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Roland-Garros

Roland-Garros aura lieu... mais avec des limites

Il y aura bien des spectateurs admis à Roland-Garros, mais dans une double limite de 1 000 par court et d'un tiers de capacité.

Le tournoi du Grand Chelem de tennis a déjà été décalé d'une semaine par les organisateurs (30 mai-13 juin), dans le cadre du déconfinement progressif décidé par le gouvernement. La jauge sera de 35% de la capacité des stades, avec un maximum de 1000 personnes par court, a détaillé Jean-Michel Blanquer, le ministre des Sports, dans l'émission Stade 2 sur France 3. Il n'a toutefois pas précisé si la jauge changerait, notamment pour les finales, à partir du 9 juin.

Autre question pour …

Lire l’article
Link zum Artikel