Blogs
Sport

Le sport, un pion sur l’échiquier de la guerre froide

Cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Moscou, 19 juillet 1980.
https://de.wikipedia.org/wiki/Datei:RIAN_archive_487025_Opening_ceremony_of_the_1980_Olympic_Games.jpg
Cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Moscou, 19 juillet 1980.Image: Wikimedia / Sergey Guneev
Vintage

L'année où la neutralité a divisé le sport suisse

La participation des athlètes à des compétitions organisées dans des pays autoritaires ou en guerre suscite régulièrement des controverses. Les acteurs politiques n’hésitent pas à appeler leurs délégations au boycott. Ce discours va à l’encontre du sport, qui revendique son apolitisme. Retour sur la campagne de boycott menée par l’Occident à la veille des Jeux Olympiques de Moscou en 1980.
19.08.2023, 08:0019.08.2023, 18:54
Simon Engel / musée national suisse
Plus de «Blogs»

Le 25 décembre 1979, les troupes soviétiques envahissaient l’Afghanistan. L’objectif: mettre fin à la guerre civile qui y sévissait et asseoir le fragile pouvoir des communistes locaux. Trois semaines après l’invasion, une grande majorité de la communauté internationale exigeait le retrait des Soviétiques. Seuls les pays frères socialistes du bloc de l’Est ont soutenu l’Union soviétique.

Le blog du Musée national suisse
Des histoires passionnantes sur l'histoire de la Suisse plusieurs fois par semaine: on y parle des Romains, des familles d'émigrants ou encore des débuts du football féminin.
blog.nationalmuseum.ch/fr

Suivant la logique de la guerre froide de ne pas intervenir directement et «à chaud», le bloc occidental a, sous l’égide des Etats-Unis, soutenu les moudjahidine afghans insurgés en leur fournissant de l’argent et des armes. Ces opérations étant conduites par les services secrets, les contre-mesures officielles et communiquées publiquement se limitaient aux domaines civils. Le président américain Jimmy Carter a ainsi annulé les livraisons de blé promises à l’Union soviétique, stoppé l’exportation de technologies de pointe pour l’extraction du pétrole et appelé le Comité National Olympique des Etats-Unis (USOC) à boycotter les Jeux olympiques de Moscou à l’été 1980.

Le Président a en outre appelé les pays amis, en particulier ceux d’Europe occidentale faisant autorité dans le monde du sport, à suivre l’exemple américain. Bien que de nombreux athlètes olympiques américains se soient publiquement opposés à cette demande, deux tiers des membres de l’USOC ont répondu à l’appel du Président, notamment à la suite de la menace de Carter de mettre fin au financement public du sport si une délégation américaine se rendait à Moscou. En Europe de l’Ouest, en revanche, la situation politique était beaucoup plus complexe.

Le Russe Andreï Sakharov, prix Nobel de la paix, est appréhendé, tandis que le chef de l’État soviétique Leonid Brejnev justifie avec zèle son arrestation. Après l’invasion soviétique en Afghanistan,  ...
Le Russe Andreï Sakharov, prix Nobel de la paix, est appréhendé, tandis que le chef de l’Etat soviétique Leonid Brejnev justifie avec zèle son arrestation. Après l’invasion soviétique en Afghanistan, Sakharov a appelé la communauté internationale à faire pression et à boycotter les Jeux olympiques. Le gouvernement soviétique l’a alors arrêté, lui a retiré ses distinctions et l’a envoyé en exil à Gorki (aujourd’hui Nijni Novgorod), où les reporters occidentaux ne pouvaient pas l’interviewer.Image: Library of Congress

En Suisse, les fédérations sportives n’avaient guère à craindre de pressions politiques et publiques: le Conseil fédéral a déclaré qu’en Suisse, le sport n’était pas une affaire d’Etat, et que les fédérations devaient décider elles-mêmes de leur (non-)participation. Il a ajouté qu’il conviendrait de rejeter les boycotts, ceux-ci allant à l’encontre de la politique de neutralité de la Suisse.

Lors d’un sondage réalisé en mars 1980, 60% des Suisses interrogés se sont prononcés contre un boycott. Il en est toutefois ressorti que 55% se seraient opposés à une participation aux Jeux si de grands pays d’Europe occidentale avaient choisi de ne pas y participer.

Compte tenu de l’anticommunisme et de l’antisoviétisme qui prévalaient à l’époque dans une grande partie de la bourgeoisie suisse (et en partie encore dans la social-démocratie), ces prises de position étaient plutôt étonnantes, car le bloc bourgeois dominant au Parlement s’était prononcé en faveur d’un boycott, tandis que les partis de gauche y étaient opposés.

Le service de presse de l’UDC a établi un parallèle avec les jeux de 1936, exploités par les nazis à des fins de propagande. Sa conclusion:

«[…] après la mascarade en Afghanistan, il convient de ne pas donner aux Russes de nouvelle occasion de faire de la propagande à Moscou. La leur donner reviendrait à bafouer les grands idéaux sportifs et la volonté de rapprochement entre les peuples des Jeux Olympiques.»

Un porte-parole du PS a déclaré au quotidien bernois Bund que, par expérience, «un boycott n’est pas une politique et encore moins une politique de paix. Une véritable politique de paix doit permettre à l’autre de revenir sur ses ‹erreurs› sans perdre la face. Or, c’est précisément ce qu’empêcherait un boycott des Jeux de Moscou à cause de l’Afghanistan».

Les partis bourgeois étaient fort à leur aise d’exiger un boycott: d’éventuelles contre-mesures de la part de l’Union soviétique n’auraient guère eu d’impact pour le pays. En effet, le commerce avec l’Union soviétique ne représentait qu’entre un et deux pour cent du commerce extérieur de la Suisse.

Les fédérations sportives suisses étaient également en désaccord. Les dirigeants de l’association faîtière du sport de l’époque, l’Association suisse du sport (ASS), étaient favorables à un boycott, mais à l’époque, c’est le Comité olympique suisse (COS) qui décidait d’envoyer les athlètes aux Jeux. L’assemblée générale du COS a ainsi pris la décision, à une très faible majorité (24 voix contre 22), de ne pas boycotter les Jeux de Moscou.

Il appartenait toutefois à chaque fédération sportive de décider si elle souhaitait ou non participer. Les partisans du boycott ont notamment critiqué le fait que l’Union soviétique n’avait pas respecté les principes fondamentaux de la Charte olympique en envahissant l’Afghanistan, et que l’absence de nombreux pays, notamment des Etats-Unis, dévalorisait les Jeux sur le plan sportif. Les détracteurs du boycott ont pour leur part avancé l’argument que renoncer à participer revenait à renier l’essence même des Jeux, à savoir la promotion de la paix et le rapprochement des peuples.

Der Schweizer Judo-Olympiasieger Joerg Roethlisberger, rechts, bei der Siegerehrung an den Olympischen Spielen 1980 in Moskau, aufgenommen am 28. Juli 1980. Links von ihm der Russe Alexander Iatskevic ...
Un succès suisse: le judoka Jürg Röthlisberger remporte l’or dans la catégorie des poids moyens.Image: KEYSTONE

Sur les 16 fédérations de sports olympiques, seules quatre ont finalement refusé de se rendre à Moscou: les fédérations de gymnastique, d’escrime, d’équitation et de tir. Les recherches en histoire du sport menées à ce sujet suggèrent que leur boycott a été motivé par les traditions bourgeoises et militaires qui prévalaient dans ces fédérations, traditions qui s’exprimaient, pendant la guerre froide, par un fort rejet de tout ce qui venait «de Moscou». Cette hypothèse mérite cependant d’être examinée plus en détail.

Les réactions contradictoires au sein des milieux politiques et sportifs montrent que l’image de havre de neutralité que la Suisse aime à se donner n’allait pas de soi, notamment dans la confrontation des blocs de la guerre froide. Etre neutre ne signifie pas rester figé entre deux blocs, mais adopter un positionnement politique international conforme à une opinion majoritaire. Etre neutre, est-ce se rendre à Moscou malgré l’appel au boycott lancé par les Etats-Unis? Ce choix ne légitimise-t-il pas plutôt l’invasion soviétique? Tout est question de positionnement politique.

Chuck Maslim of Parryman, Md., waves a large American flag from the stands of Lenin Stadium during closing ceremonies of the 1980 Moscow Summer Olympic Games in Moscow, Sunday, Aug. 3, 1980. The Unite ...
La présence des Etats-Unis aux Jeux olympiques de Moscou en 1980: un spectateur agite le drapeau américain pendant la cérémonie de clôture.Image: AP

L’histoire nous montre que la neutralité ne fonctionne que tant que les autres pays la respectent. Mais revenons à la campagne de boycott de 1980: dans le cadre de leur positionnement «neutre», les acteurs suisses ont également pris en considération les décisions des autres gouvernements et des Comités Olympiques Nationaux (CNO), notamment ceux de l’Europe occidentale amie. Alors que le Conseil fédéral se montrait très à cheval sur la neutralité, certaines fédérations sportives avaient pris le parti d’attendre.

La votation du COS a certes eu lieu avant les prises de décision des CNO d’Allemagne de l’Ouest, d’Italie et de France, mais la décision définitive n’a été adoptée qu’après qu’ils se soient exprimés. Lorsque les trois grandes nations du sport que sont le Royaume-Uni, la France et l’Italie ont annoncé leur intention de se rendre à Moscou en dépit des fortes pressions politiques, les fédérations suisses indécises ont confirmé leur participation. Tous les «petits» pays d’Europe occidentale, à l’exception de la Norvège, de Monaco et du Liechtenstein, ont également répondu présents.

Parmi les grands pays d’Europe de l’Ouest, seule la République fédérale d’Allemagne a boycotté les Jeux de 1980. Lors d’un vote non contraignant sur le plan juridique, le chancelier Helmut Schmidt et le Bundestag ont, à une large majorité et tous partis confondus, «recommandé» au CNO allemand de se positionner en faveur d’un boycott. Ce dernier a, peu après, soumis la question au vote de ses membres et a décidé, à 59 voix contre 40, de ne pas participer à la compétition.

Ce choix n’empêcha pas le chancelier Schmidt de se rendre en Union soviétique en 1980 pour une visite d’Etat. Les liens économiques entre les deux pays ne s’en sont pas non plus trouvés affectés, le commerce de beurre, de blé et de machines se poursuivant allègrement.

Marathoniens au centre de la ville olympique de Moscou. À gauche, le futur vainqueur Waldemar Cierpinski (RDA).
https://de.wikipedia.org/wiki/Datei:Bundesarchiv_Bild_183-W0801-0120,_Moskau,_XXII._Olym ...
Marathoniens au centre de la ville olympique de Moscou. À gauche, le futur vainqueur Waldemar Cierpinski (RDA).Image: Wikimedia / Archives fédérales allemandes

Au Royaume-Uni, le gouvernement et le parlement (tous deux largement conservateurs) étaient favorables à des sanctions économiques et à un boycott. Comme l’avait fait Jimmy Carter, la Première ministre britannique Margaret Thatcher a menacé les fédérations sportives, de coupes financières en cas de participation. Le CNO britannique était toutefois fermement opposé à un boycott et bénéficiait du soutien de l’opinion publique majoritaire, qui critiquait la pression politique exercée sur le monde du sport. En définitive, seules les fédérations de voile, de hockey sur gazon et d’équitation ont boycotté les Jeux de Moscou de leur propre initiative.

En France, en revanche, le gouvernement et le CNO allaient de concert et ont tous deux voté contre le boycott, la fédération équestre ayant été la seule à renoncer à participer. Le gouvernement français a également renoncé aux sanctions économiques, ne voulant pas mettre en péril la politique de détente (ou «dégel») mise en place depuis les années 1970, qui prônait un rapprochement entre les blocs de l’Ouest et de l’Est.

Caricature soviétique du boycott des Jeux olympiques par les États-Unis. Un bras soviétique tient «Misha», la mascotte inoffensive des Jeux olympiques, hors de la portée des États-Unis. Extrait du rep ...
Caricature soviétique du boycott des Jeux Olympiques par les Etats-Unis. Un bras soviétique tient «Misha», la mascotte inoffensive des Jeux Olympiques, hors de la portée des Etats-Unis. Extrait du reportage diffusé dans l’émission Rundschau du 8 mai 1980.Image: SRF

Quelles conclusions sur le (non-)fonctionnement des boycotts sportifs dégager de l’analyse historique du boycott olympique en demi-teinte de 1980 pour des pays occidentaux démocratiques comme la Suisse?

Les boycotts sportifs sont généralement l’initiative d’acteurs politiques (gouvernements, ONG, partis) et, plus rarement, du milieu du sport lui-même (c’est-à-dire par des fédérations sportives ou de certains sportifs). Quoi qu’il en soit, les motivations des boycotts ne sont pas d’ordre sportif, mais politique. C’est pourquoi les acteurs politiques mènent généralement le débat sur le boycott, tandis que le monde du sport se contente souvent de réagir.

Le sport, en défendant à juste titre l’idée que la pratique d’un sport n’a en soi rien de politique, prétend être de ce fait totalement apolitique. Un idéal qui se heurte brutalement à la réalité, car ne pas prendre position sur un boycott revient déjà à faire un choix politique.

D’un point de vue historique, le sport évolue dans une triade qui regroupe: la masse (au sens de l’intérêt des spectateurs et de l’intérêt médiatique qui s’ensuit), les marchés (donc les intérêts économiques) et le pouvoir (intérêts et influences sur les plans social et politique). Si le sport est donc forcément influencé par la politique, il pourrait faire montre de plus d’indépendance vis-à-vis d’elle. Pour éviter d’être entièrement à sa merci, comme l’a été le CNO américain en 1980, il devrait lui-même se montrer plus politique, notamment en boycottant systématiquement les Etats en guerre, respectant ainsi davantage les valeurs qu’il s’est lui-même imposées.

Des progrès peuvent encore être faits, comme le montre le traitement infligé par le CIO à la Russie. Toutefois, tant que la situation n’évoluera pas, la politique menée demeurera purement symbolique: les fédérations renonceront par exemple à présenter leurs drapeaux et à jouer leurs hymnes nationaux (à Moscou, ce fut le cas notamment de l’Italie, de la France, du Royaume-Uni et de la Suisse), tandis que les acteurs politiques appelleront à des boycotts sportifs lorsque l’occasion se présentera. Bien qu’ils soient «bon marché» en comparaison avec d’autres sanctions qui pourraient être appliquées, les boycotts véhiculent un message politique très fort en raison de l’intérêt élevé des spectateurs pour le sport.

Cérémonie de clôture des Jeux olympiques de Moscou 1980

Vidéo: extern / rest/ Olympics

Swiss Sports History

Swiss Sports History, Logo
Ce texte est le fruit d’une collaboration avec Swiss Sports History, le portail consacré à l’histoire du sport suisse. Ce dernier a pour vocation de fournir des services de médiation scolaire ainsi que des informations aux médias, aux chercheurs et au grand public. Pour en savoir plus, rendez-vous sur sportshistory.ch.
>>> Plus d'articles historiques sur: blog.nationalmuseum.ch/fr
watson adopte des perles sélectionnées du blog du Musée national suisse dans un ordre aléatoire. L'article «Le sport, un pion sur l’échiquier de la guerre froide» est paru le 17 août.
blog.nationalmuseum.ch/fr/2023/08/le-sport-un-pion-sur-lechiquier-de-la-guerre-froide
Les Jeux olympiques de Tokyo, en images
1 / 28
Les Jeux olympiques de Tokyo, en images
Les feux d'artifice au-dessus du stade olympique, lors de la cérémonie d'ouverture le 23 juillet.
source: keystone / keystone
partager sur Facebookpartager sur X
Cet ancien champion olympique a de très beaux restes
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Sans Granit Xhaka, Leverkusen ne serait pas devenu champion
Le capitaine de la Nati a remporté le championnat d'Allemagne avec le Bayer Leverkusen dimanche. Sa contribution est immense, sur le terrain et en dehors.

Le Bayer Leverkusen n'a strictement rien lâché. Ça s'est confirmé ce dimanche avec la large victoire 5-0 face au Werder Brême. Un succès synonyme de sacre.

L’article