Blogs
Suisse

Voici pourquoi le Tessin fait partie de la Suisse

Le Corps des volontaires luganais, vers 1798. Encre à la plume de Rocco Torricelli.
https://swisscovery.slsp.ch/permalink/41SLSP_NETWORK/1ufb5t2/alma991013980699705501
Le Corps des volontaires luganais, vers 1798. Encre à la plume de Rocco Torricelli.Image: Collezione Città di Lugano
Vintage

Pourquoi le Tessin fait-il partie de la Suisse?

Aujourd’hui, plus personne ne remet en question l’appartenance du canton du Tessin à la Suisse (enfin, presque). Cependant, des coups d’Etat, révolutions et mouvements indépendantistes ont profondément marqué cette relation. Intéressons-nous donc de plus près à ce qui se cache derrière l’apparente évidence de cette Suisse du sud des Alpes.
17.02.2024, 07:0122.03.2024, 11:23
Noah Businger / musée national suisse
Plus de «Blogs»

Au matin du 15 février 1798, un groupe d’hommes armés prend d’assaut l’hôtel de ville de Lugano. Les putschistes renversent les souverains confédérés de Lugano, prennent en otage le bailli Jost Remigi Traxler de Nidwald et exigent l’incorporation de Lugano dans la République cisalpine. Qu’en est-il? Qui est ce bailli et pourquoi devrait-il céder la place à cette république?

Le blog du Musée national suisse
Des histoires passionnantes sur l'histoire de la Suisse plusieurs fois par semaine: on y parle des Romains, des familles d'émigrants ou encore des débuts du football féminin.
blog.nationalmuseum.ch/fr

En 1798, ce qui est aujourd’hui le Tessin se composait exclusivement de pays sujets de l’ancienne Confédération. Jusqu’en 1521, les confédérés avaient conquis la région du col du Saint-Gothard à Chiasso, grignotant le duché de Milan. Mais la route est encore longue jusqu’à la naissance du canton du Tessin. Uri règne seul sur la Lévantine et, avec Schwytz et Nidwald, fonde les bailliages de Blenio, Riviera et Bellinzone. Les 12 chefs-lieux confédérés gouvernent conjointement les autres bailliages de Locarno, Vallemaggia, Lugano et Mendrisio, pays assujettis qui devaient fournir des soldats à leurs maîtres étrangers et leur verser des impôts tels que la dîme.

Villes de Lugano et Bellinzone, gravure sur bois de Matthäus Merian, vers 1654.
https://ad.e-pics.ethz.ch/catalog/ETHBIB.AD-v1.0/r/16516
Villes de Lugano et Bellinzone, gravure sur bois de Matthäus Merian, vers 1654.Image: ETH Bibliothek Zürich

Le système de gouvernement confédéré ne commence à vaciller qu’à l’été 1797, lorsque Napoléon Bonaparte achève sa victorieuse campagne d’Italie et établit la République cisalpine sur le modèle français inspiré des idéaux révolutionnaires de liberté, d’égalité et de fraternité. Napoléon libère donc les sujets de sa république, puis étend les principes égalitaires et libertaires aux pays sujets de la région. Il intègre ainsi la Valteline, autrefois grisonne, dans la République cisalpine.

Un vent de révolution

Ces événements commencent à attiser la résistance contre les baillis. Le 15 février 1798 à Lugano, les partisans de la République cisalpine saisissent l’occasion et mettent fin à la domination confédérale. La voie semble libre vers la République cisalpine.

La République cisalpine (en vert) en 1799.
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Italy_1799.jpg
La République cisalpine (en vert) en 1799.carte: Wikimedia

Or, il n’en est rien. Un corps de volontaires émanant de Lugano chasse les putschistes le jour-même du coup d’Etat pour empêcher toute incorporation dans la république révolutionnaire de Napoléon, sans pour autant restaurer la domination confédérale qui vient d’être renversée. Le bailli Traxler est libéré, mais il doit quitter la ville et laisser le gouvernement aux Luganais, lesquels érigent le soir-même – sur le modèle de la Révolution française – un arbre de la liberté sur la Piazza Grande.

Mais au lieu d’un bonnet jacobin, ils couronnent l’arbre d’un chapeau semblable à celui de Guillaume Tell et le slogan «liberi e svizzeri» se répand dans toute la ville. Nous voulons être des Suisses libres!

L’insurrection du 15 février 1798, aquarelle de Rocco Torricelli. Collezione Città di Lugano
https://swisscovery.slsp.ch/permalink/41SLSP_NETWORK/1ufb5t2/alma991013980699705501
L’insurrection du 15 février 1798, aquarelle de Rocco Torricelli.Image: Collezione Città di Lugano

Les autres bailliages suivent rapidement l’exemple de Lugano. Leurs sujets se libèrent tout en déclarant allégeance à la Confédération, d’où cette question: pourquoi les anciens sujets ne tournent-ils pas le dos à leurs anciens dirigeants? Qu’est-ce qui rend l’ancienne Confédération si attrayante par rapport à la République cisalpine révolutionnaire?

Une précieuse autonomie

En ces temps agités, la préservation d’une autonomie locale est cruciale pour les anciens assujettis. Sous l’autorité de la Confédération, chaque commune était en effet largement autonome. Celle que l’on appelait alors Vicinanza (communauté) gérait en toute autonomie des biens communs tels que forêts et autres bien-fonds. L’organisation nécessaire à l’utilisation des biens collectifs et l’absence d’ingérence des dirigeants confédérés contribuèrent à l’émergence de systèmes politiques, juridiques et économiques autonomes au niveau local.

En 1798, ces Vicinanze veulent préserver leurs anciennes structures et leur autonomie, qui correspondent à celles des corporations et des coopératives dans les villes fédérales. Dans la République cisalpine, en revanche, les communes ont été réduites à de simples unités administratives sans autonomie politique. Les structures fédérales offrent donc des avantages tangibles aux anciens pays sujets: en restant au sein de la Confédération, ils préservent leurs acquis matériels, politiques et culturels.

Vue au-dessus de Campo dans la vallée de Blenio à l’est, dessin vers 1819.
https://www.e-manuscripta.ch/zuzneb/content/titleinfo/1120596
Vue au-dessus de Campo dans la vallée de Blenio à l’est, dessin vers 1819.Image: Zentralbibliothek Zürich

L'apparition du Tessin

Parce qu’en 1798, ce canton n’existe toujours pas. Chaque bailliage s’est lui-même déclaré indépendant, et ces nouveaux petits Etats n’ont que peu de points communs. Ils diffèrent sur les plans politique, culturel et économique. Ces différences régionales persistent aussi en République helvétique. A l’été 1798, une intervention militaire française transforme l’ancienne Confédération en un Etat unitaire centralisé sur le modèle français.

Les généraux français veulent réunir les anciens pays sujets des Alpes méridionales en un seul canton, mais ils échouent. De profondes différences locales et des exigences élevées en matière d’autonomie voient naître précipitamment deux cantons: Lugano et Bellinzone.

Carte de la République helvétique et de ses cantons à partir de 1799. À l’époque, le territoire de l’actuel canton du Tessin était divisé en deux cantons de Bellinzone (jaune) et de Lugano (bleu).
htt ...
Carte de la République helvétique et de ses cantons à partir de 1799. À l’époque, le territoire de l’actuel canton du Tessin était divisé en deux cantons de Bellinzone (jaune) et de Lugano (bleu).Image: Zentralbibliothek Zürich

La République helvétique disparaît presque aussi vite qu’elle a vu le jour, dissoute par l’Acte de médiation en 1803. Napoléon établit ainsi la Confédération helvétique, désormais conçue comme un Etat fédéral. Cette réorganisation voit entre autres la création du canton du Tessin, petit Etat souverain incluant les huit anciens bailliages.

Mais à peine unifié, le Tessin risque à nouveau de s’effondrer. En 1815, la Suisse en veut à son intégrité territoriale. Après la fin du règne de Napoléon et le début de la Restauration consécutive au congrès de Vienne, certains cantons lorgnent leurs anciens pays sujets. Uri veut aussi récupérer la Lévantine. Le gouvernement tessinois ne parvient qu’avec peine à éviter le rétablissement des inféodations d’avant 1798. Le canton préservera son existence et rejoindra finalement la Confédération suisse en 1848.

Les armoiries des huit districts du canton du Tessin fondé en 1803.
Les armoiries des huit districts du canton du Tessin fondé en 1803.Image: Musée national suisse

Mais le Tessin n’en connaît pas la tranquillité pour autant. A partir de 1848, le mouvement d’unification italienne, mené par le Royaume de Sardaigne-Piémont et Giuseppe Garibaldi, aura un fort impact sur le Tessin dont l’appartenance à la Suisse sera remise en question de toutes parts.

Pendant les guerres d’indépendance italiennes de 1848 et 1859, plusieurs milliers de combattants qui voulaient libérer la Lombardie de la domination étrangère autrichienne trouvent refuge au Tessin. De nombreux Tessinois participent aussi à ces luttes. Quand, après la bataille de Solférino en 1859, Milan est libérée de la domination autrichienne, l’aspiration à l’unification nationale gagne le nord de l’Italie et le Tessin italophone. Troublé par ces revendications et la sympathie parfois forte du peuple tessinois pour l’unification italienne, le Conseil fédéral pose au Tessin la question de la loyauté: voulez-vous vraiment rester suisses?

Furieux, le gouvernement tessinois adresse à Berne une lettre cinglante, niant avec véhémence tout manque de loyauté envers la Confédération. Et pour mieux démontrer son appartenance à la Suisse, le gouvernement tessinois rappelle au Conseil fédéral les événements historiques du 15 février 1798, le chapeau de Tell sur l’arbre de la liberté, le slogan «liberi e svizzeri» et le rejet de la République cisalpine: autant de preuves irréfutables de l’appartenance du Tessin à la Suisse.

L’arbre de la liberté avec le chapeau de Tell sur la Piazza Grande à Lugano, 1799. Encre à la plume de Rocco Torricelli.
https://swisscovery.slsp.ch/permalink/41SLSP_NETWORK/1ufb5t2/alma99101398069970 ...
L’arbre de la liberté avec le chapeau de Tell sur la Piazza Grande à Lugano, 1799. Encre à la plume de Rocco Torricelli.Image: Collezione Città di Lugano

L’avènement du Tessin, passé du statut de territoire sujet à celui de canton, n’avait rien de délibéré ni d’évident. Mais en faisant du 15 février 1798 une date constitutive, nous avons choisi d’ignorer les troubles qui ont agité notre histoire.

Le 1er mai 1898, un monument a été érigé à l’occasion du 100e anniversaire de l’indépendance du Tessin et le site a été rebaptisé «Piazza dell’Indipendenza». Sur le socle du monument, il y a, entre au ...
Le 1er mai 1898, un monument a été érigé à l’occasion du 100e anniversaire de l’indépendance du Tessin et le site a été rebaptisé «Piazza dell’Indipendenza». Sur le socle du monument, il y a, entre autres, l’inscription «Liberi e Svizzeri» et un relief montrant la mise en place de l’Arbre de la Liberté.Image: Lugano Cultura
>>> Plus d'articles historiques sur: blog.nationalmuseum.ch/fr
watson adopte des perles sélectionnées du blog du Musée national suisse dans un ordre aléatoire. L'article «Pourquoi le Tessin fait-il partie de la Suisse?» est paru le 8 février.
blog.nationalmuseum.ch/fr/2024/02/pourquoi-le-tessin-fait-il-partie-de-la-suisse
Voici à quoi pourrait ressembler la Suisse en 2085
1 / 10
Voici à quoi pourrait ressembler la Suisse en 2085
partager sur Facebookpartager sur X
Manifestation festive à Lugano
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
On a testé la voiture électrique la moins chère du marché et on a adoré
Parangon du bon sens automobile, Dacia a lancé depuis le printemps 2021 sa Spring, puce des villes électrique. A nouveau une recette qui fait mouche pour le constructeur roumain puisque la Spring figure parmi les bestsellers électriques européens.

Ils sont plus 110 000 dans le monde à avoir craqué pour elle. Elle s’arroge la première place du podium des ventes des citadines électriques en Europe, devant la Fiat 500e, et pointe même à la seconde place toutes catégories confondues en France, derrière la Tesla Model Y. Elle réussit aussi le pari de conquérir 93% des primo-accédants à l’automobile. Elle, c’est la Dacia Spring, puce de 3,75 m et 1045 kg, mue par un moteur électrique au choix de 45 ch ou 65 ch et vendue dès 19 990 francs au catalogue, voire actuellement 5000.- francs de moins grâce à une offre en cours.

L’article